dossier

Écologie populaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

l'article

Une semaine de travail de quatre jours réduirait l’empreinte carbone du Royaume-Uni

D’après une nouvelle étude britannique, raccourcir la semaine de travail réduirait très significativement les émissions de CO2. Preuve qu’on ne résoudra pas la crise climatique sans interroger fondamentalement les rapports sociaux de production. Nous avons traduit en français l’article du Guardian qui relaie ce rapport.

Une étude révèle que le changement réduirait les émissions de 127 millions de tonnes, aidant le pays à atteindre ses objectifs climatiques.

L’introduction d’une semaine de travail de quatre jours sans perte de salaire réduirait considérablement l’empreinte carbone du Royaume-Uni et aiderait le pays à atteindre ses objectifs climatiques contraignants, selon un rapport.

L’étude a révélé que passer à une semaine de quatre jours d’ici 2025 réduirait les émissions du Royaume-Uni de 127 millions de tonnes, soit une réduction de plus de 20% , ce qui serait équivalent à supprimer la totalité du parc de voitures privées du pays.

La durée de la semaine de travail plus courte a gagné du terrain parmi les économistes, les entreprises et certains politiciens au cours des dernières années. La société de biens de consommation Unilever a annoncé un essai d’un an en Nouvelle-Zélande à partir de décembre dernier et les gouvernements espagnol et écossais ont lancé des projets pilotes au niveau national.

Les partisans disent que la réduction des heures de travail créerait des emplois, améliorerait la santé mentale et physique des gens et renforcerait les familles et les communautés. Un rapport récent a révélé que le changement pourrait empêcher une forte augmentation du chômage après la pandémie de Covid et que la plupart des grandes entreprises seraient en mesure de faire face au changement en augmentant la productivité ou en augmentant les prix.

L’étude, réalisée par l’organisation environnementale Platform London et la 4 Day Week Campaign, a révélé qu’une semaine de travail de quatre jours pourrait également jouer un rôle clé dans la lutte contre l’urgence climatique croissante, non seulement en réduisant les émissions des lieux de travail à haute énergie et des transports, mais aussi en réduisant l’empreinte carbone des biens consommés au Royaume-Uni mais produits à l’étranger.

Caroline Lucas, députée du Parti vert, fait partie du nombre croissant de politiciens qui soutiennent l’idée :

« Cela aiderait non seulement à tenir la promesse de reconstruire en mieux, mais cela aurait également un impact majeur sur les émissions de carbone. Cela améliorerait la santé des gens, leur donnerait le temps de redonner à leurs communautés comme beaucoup le souhaitent et aiderait à faire face à l’urgence climatique. »

Le rapport a révélé qu’une réduction des heures de travail réduirait la consommation d’énergie sur le lieu de travail ainsi que les émissions des transports (en réduisant les déplacements domicile-travail). Il est également constaté que le fait d’accorder aux gens un jour de congé supplémentaire augmenterait la quantité d’activités « à faible émission de carbone », comme le repos et le sport, ou encore voir ses amis ou sa famille, contribuant ainsi à réduire la consommation globale.

Laurie Mompelat, chercheuse en environnement chez Platform London, a déclaré :

« Le passage à une semaine de travail de quatre jours avec un salaire équitable pour tous peut nous aider à changer la façon dont la valeur est créée dans la société en créant plus d’espace pour les soins, le repos et les relations. Une semaine de travail plus courte sans perte de salaire est un investissement crucial dans le capital humain, à un moment où la contribution, l’attention et la créativité de chacun sont nécessaires pour instaurer une société plus durable. »

Joe Ryle, un militant de la 4 Day Week Campaign, a déclaré : 

« Nous savons déjà que la semaine de quatre jours est bonne pour la santé mentale et le bien-être des travailleurs, mais ce rapport prouve qu’elle peut également être un grand pas pour l’environnement. Le mouvement environnemental doit soutenir les appels à une semaine de travail plus courte, car cela pourrait faire une réelle différence dans la course contre le changement climatique. »

Lire l’article sur le site du Guardian.

la revue de presse en direct

Dans le même dossier

Les vidéos