dossier

Écologie populaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

l'article

Texas : gros sous et faible énergie

Alors qu’une nouvelle vague de froid a frappé l’État du sud des États-Unis, 70 000 personnes se sont retrouvées sans accès à l’électricité ou à l’eau. Le fruit d’une politique de dérégulation totale du secteur énergétique qui montre désormais au grand jour ses limites.

Lorsqu’une vague de froid touche le territoire texan, nombreux sont les ménages qui se mobilisent, dévalisant les rayons de supermarché de leurs conserves ou bidons d’eau. Ce bal surréaliste se déploie à chaque once d’alerte. C’est que le Texas n’est pas paré aux conditions climatiques extrême. En février 2021, lors de la tempête hivernale Uri, 5 millions de personnes se sont retrouvées dans le noir soit 16 % de la population de l’État. 246 personnes ont également perdu la vie dans ce phénomène climatique. Le régulateur public de l’électricité ERCOT avait alors demandé en catastrophe aux opérateurs de couper la distribution de courant afin d’éviter un effondrement du réseau électrique. Un an plus tard, ce sont 70 000 personnes qui ont dû subir des coupures malgré un phénomène d’une ampleur moindre. Dans le même temps, la production de gaz de schiste a plongé.

Les curseurs de ces échecs successifs pointent vers la façon dont fonctionne le secteur énergétique texan, comme le souligne Truthout. Acteurs publics et privés se mêlent dans un système indépendant et unique dans le pays qui n’est pas connecté aux deux principaux réseaux électriques nationaux. Ce système n’est donc pas soumis aux régulations et contrôles fédéraux. Encouragé par des politiques publiques, le secteur est désormais fortement financiarisé et bénéficie d’une dérégulation visant à encourager la concurrence.

Aucune obligation de financement ou d’entretien du réseau à long terme n’existe. Au Texas, le secteur énergétique se caractérise donc par une course au profit à court-terme. Avec une conséquence simple : tout le réseau dépend pour moitié d’une source d’énergie unique, la moins chère à extraire et exploiter, le gaz de schiste. Quand l’extraction de cette ressource n’est plus possible, c’est tout le réseau qui prend le risque d’un écroulement, provoquant les situations dramatiques de l’hiver dernier.

Cette défense irrationnelle de la libre concurrence dans un secteur aussi stratégique ne connaît aucune remise en cause de la part du gouverneur Greg Abbott et de son équipe qui sont persuadés du bien-fondé de leur démarche. Et tout cela malgré une épreuve des faits qui inquiète et soulève les limites importantes de cette privatisation croissante. Plus grave, ce choix politique a des conséquences concrètes sur une autre victime de ce système : le climat. En ne soutenant pas un entretien à long terme du réseau énergétique, le développement et l’essor des énergies renouvelables au détriment du gaz naturel, l’intégration de la notion de développement durable auprès des acteurs du marché, le Texas participe activement à la démultiplication des mêmes phénomènes climatiques extrêmes qui mettent son réseau à genoux.

Lire l’article original de Truthout

Dans le même dossier

Les vidéos