dossier

La fin du libéralisme

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Texte de référence à venir…

l'article

Récession ou pas, l’économie craint

Pour les politiciens et les médias, la grande question semble être : sommes-nous techniquement en récession ou non ? Pour les millions de personnes en difficulté, la question est : quelle est la différence ? Nous publions la traduction de cet article écrit par Branko Marcetic pour le magazine socialiste américain Jacobin.

Les États-Unis sont-ils en récession ou non ? C’est la grande question qui a obsédé Washington la semaine dernière. Mais il y a peut-être une meilleure question : Qui s’en soucie ?

Nous devrions, bien sûr, nous préoccuper profondément des difficultés économiques croissantes et bien réelles que les Américains ordinaires endurent en ce moment. Mais face à cette souffrance, les méta-débats sur la question de savoir si ces conditions sont techniquement considérées comme une récession ou non semblent excessivement insignifiants. Le fait est que, qu’il y ait ou non une forte croissance de l’emploi, ou que l’économie se soit peu contractée au cours de tel ou tel trimestre, les Américains vivent des moments difficiles dans une économie dont on ne cesse de leur répéter qu’elle est en réalité très forte.

En réalité, la pauvreté est en hausse. Avec la hausse de l’inflation et la fin des aides fédérales, les ménages ont soudain beaucoup plus de mal à joindre les deux bouts. Depuis l’expiration, en décembre, du crédit d’impôt pour enfants, qui a connu un grand succès, près de la moitié des parents qui en bénéficiaient ont déclaré avoir du mal à nourrir leur famille, et plus de 60 % disent ne pas pouvoir payer les produits de première nécessité. La pauvreté des enfants a augmenté d’un peu moins de 5 points de pourcentage entre décembre 2021 et janvier 2022, ce qui signifie que 3,7 millions d’enfants supplémentaires se sont retrouvés soudainement sous le seuil de pauvreté.

Les ménages avec enfants ne sont pas les seuls concernés : 54 % des femmes âgées célibataires et 45 % des hommes âgés célibataires sont considérés comme pauvres ou ne gagnent pas assez pour payer l’essentiel. En juin dernier, un peu moins des deux tiers des Américains vivaient au jour le jour, soit une augmentation de 4 points de pourcentage par rapport à l’année précédente.

Les chiffres flatteurs de l’emploi et du chômage peuvent être utiles pour les communiqués de presse de la Maison Blanche, mais ils ne disent pas tout. Conscient des limites de ces chiffres, qui ne tiennent pas compte du sous-emploi et des salaires de misère, le Ludwig Institute for Shared Economic Prosperity (LISEP) a mis au point une mesure différente du chômage, qui tient compte du nombre de travailleurs qui souhaitent un emploi à temps plein mais n’en ont pas, ou qui gagnent moins de 20 000 dollars par an avant impôts. Selon ces mesures, le taux de chômage en juin 2022 était de 22,1 %, soit plus de six fois supérieur au taux de 3,6 % enregistré par le Bureau of Labor Statistics ce mois-là.

Ceux qui ont du travail, quant à eux, sont loin d’en tirer un revenu suffisant. Les nouvelles sur la hausse des salaires ignorent souvent que le coût de tout le reste augmente aussi, et à un rythme plus rapide que ce que le portefeuille des travailleurs peut suivre. Un travailleur sur trois gagne moins de 15 dollars de l’heure, ce qui est déjà bien moins que lorsque la campagne « Fight for $15 » a débuté il y a dix ans, tandis qu’environ 243 000 travailleurs gagnent aussi peu que le salaire minimum fédéral, qui est resté au même niveau dérisoire pendant treize ans, et qui vaut aujourd’hui le moins possible depuis soixante ans.

Les Américains, quant à eux, sont de moins en moins en mesure d’assumer la hausse vertigineuse du prix du logement. En mai dernier, le loyer médian demandé pour l’ensemble des États-Unis a dépassé les 2 000 dollars par mois pour la première fois de l’histoire, après avoir augmenté de 14,8 % par rapport à l’année précédente. Cela signifie concrètement que seuls les ménages gagnant 80 000 dollars par an paient désormais un loyer officiellement « abordable » selon les normes gouvernementales. Même les maisons mobiles ont vu leur loyer grimper en flèche, grâce aux sociétés de capital-investissement et autres investisseurs qui les ont achetées comme des vaches à lait.

En conséquence, la crise des sans-abri aux États-Unis, déjà grave, s’aggrave de manière palpable. Dans tout le pays, les refuges voient leurs listes d’attente doubler et tripler, les mères célibataires et même les familles ayant un emploi étant de plus en plus nombreuses à demander de l’aide. Il ne s’agit pas seulement d’une preuve anecdotique : les villes et les États de tout le pays enregistrent une hausse.

Pendant ce temps, les Américains s’endettent de plus en plus pour garder la tête hors de l’eau. L’endettement des ménages est en hausse, et 43 % des Américains s’attendent à s’enfoncer davantage dans les mois à venir, en grande partie grâce à des hypothèques de plus en plus coûteuses, mais surtout grâce aux cartes de crédit. Pour beaucoup, c’est le seul moyen de payer des traitements pour des problèmes de santé et des problèmes médicaux, ce qui, ajouté au système de santé américain dysfonctionnel dominé par les compagnies d’assurance et qui n’a pas été réformé, a laissé cent millions d’Américains avec une certaine forme de dette de santé aujourd’hui.

Toute personne saine d’esprit lirait tout cela et vous dirait que les chiffres de l’emploi et le PIB – qui ne nous renseigne que sur la richesse totale d’un pays dans un système où ceux qui sont au sommet en prennent une part massive pour eux-mêmes – ne vous donnent pas une image très complète de cette économie. Mais nous sommes de nouveau en terrain connu. Pendant des années, Barack Obama a mis en avant la croissance et les chiffres de l’emploi alors que les revenus des Américains chutaient et qu’ils quittaient le marché du travail. Puis ce fut au tour de Donald Trump de se vanter de chiffres macroéconomiques qui masquaient l’inégalité du partage du butin. Et maintenant, c’est celui de Joe Biden.

Il faut donc se demander si les chiffres indiquent une récession ou non. Mais quelle que soit la réponse, des millions de personnes continueront à s’endetter, à avoir du mal à payer leur loyer et à sauter des repas pour nourrir leurs enfants. Il est préférable de se demander ce que le gouvernement peut faire à ce sujet.

Lire l’article original.

la revue de presse en direct

Dans le même dossier

Les vidéos