Philippines : les syndicalistes peuvent être arrêtés pour terrorisme

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Plusieurs syndicats mondiaux, représentant 200 millions de travailleurs et travailleuses, condamnent la loi anti-terroriste qui sévit aux Philippines. Ils dénoncent les attaques incessantes du gouvernement philippin contre les institutions démocratiques et contre les droits des travailleurs philippins.

Dans une déclaration publiée le 20 juillet 2020 par le Conseil des syndicats mondiaux (CGU), les syndicats mondiaux ont déclaré que cette loi permet au pouvoir exécutif philippin de qualifier de «terroriste» tout individu ou groupe s’opposant au pouvoir (à commencer par les syndicalistes) et de procéder à des arrestations arbitraires pendant au moins 14 jours.

Lire en anglais :

The Council of Global Unions (CGU) – representing more than 200 million workers from across the International Trade Union Confederation (ITUC) and Global Union Federations including the Trade Union Advisory Committee to the OECD join Philippine trade unions in condemning the Philippine government’s continued attacks on democratic institutions and its relentless suppression of the democratic rights of Filipino workers.

We register alarm over the passage of Republic Act 11479 or the Anti- Terrorism Act of 2020. This law could easily be abused. While human security, the supposed aim of the anti-Terrorism Act, is a real concern, the same should not be pursued through undemocratic means. The Act undermines due process as it empowers the Executive Branch to identify “terrorist” individuals or groups and to conduct warrantless arrests for at least fourteen (14) days. With its deplorable record of human rights violations in the past four years in its “war on drugs”, the Philippines does not need another legal instrument to legitimize illegal arrests and extrajudicial killings.

We support the initiative of NAGKAISA (United Coalition), Federation of Free Workers (FFW), Kilusang Mayo Uno (KMU), SENTRO and other labor groups to petition the Philippine Supreme Court to stop the implementation of this law “for being inimical to workers’ interests and for being unconstitutional”.

In the ITUC Report of 2020, the Philippines is included in the top 10 most dangerous countries in the world for workers. The Philippine trade union movement can attest to the alarming level of repression of workers’ rights in the country. There have been too many unexplained disappearances and killings of labor leaders and members. Moreover, in its attempt to silence dissident labor leaders, the Philippine government has resorted to ‘red-tagging’. This tactic has not only jeopardized the lives of labor leaders, it has also undermined efforts of trade unions to hold employers and government accountable for anti-labor actions since these efforts are always maliciously exposed as bearing ‘communist sentiments.

The United Nations and the ILO Committee of Experts on the Application of Conventions and Recommendations have on several occasions expressed disquiet about government’s use of anti-terror and other public order legislation to suppress human rights. The Anti-terrorism Act is a violation of ILO Convention 87 on Freedom of Association and other international human rights obligations.

In the context of COVID-19, the situation of Filipino workers has worsened. The Philippine government itself projects that some 10 million Filipinos will be out of jobs by the end of this year. Hundreds of thousands of Overseas Filipino Workers (OFWs) are also expected to return to the country due to job loss.

The health pandemic has also been used as a pretext by many employers to cut costs and further labor flexibility. The Department of Labor and Employment (DOLE) has bolstered employers’ efforts to circumvent existing labor standards by issuing advisories that allow employers to negotiate new terms of work. Under Labor Advisory No. 17 issued May 16, for example, employers are allowed to do the following: transfer employees to another branch or outlet of the same employer, assign employees to another function or position in the same office or branch, reduce normal working hours, rotate jobs, and, partially shutdown some units while continuing work in other units. Needless to say, employers have been given the elbow room to “negotiate” reduction of pay along with these flexible work arrangements. The pandemic has also been used by some to justify or deliberately conduct union-busting activities. For example, at Coca-Cola Philippines three union leaders who were asserting the right of their members to a safe workplace were terminated for “economic sabotage”. The government is also using the pandemic to attack informal sector workers who are most vulnerable, denying them the right to livelihood. The government is attempting to phase out jeepneys – a move that would deny the livelihood of more than 500,000 transport workers around the country.

On top of this economic situation, the Philippines now has the second highest number of COVID- 19 positive cases in Southeast Asia. Yet, the actions of government do not reflect the worsening situation. Instead of focusing on boosting its public health system and planning for economic recovery, the Philippine government has focused its energies on self-serving political agendas such as the anti-terrorism law and the closure of the ABS-CBN, the largest TV network in the country. The latter has resulted in the firing of at least 11,000 workers and the government does not seem to be disturbed by this massive job loss. Displaced workers of ABS-CBN have thus very little chances of finding new jobs. Ever since the Congressional rejection of the ABS-CBN franchise renewal on July 10, trade unions have been rallying the Philippine government to provide assistance and safety nets to displaced ABS-CBN workers. The government’s denial to renew its permit to operate, after Rappler editor Maria Ressa was convicted of libel, is clearly an attack on freedom of expression and freedom of the press.

The situation of workers in the Philippines is beyond appalling. The attacks on the jobs and lives of workers must stop! We call on the Philippine government to rethink its current priorities and to focus instead on measures that will contain the pandemic and alleviate the lives of those severely affected – especially those of displaced Filipino workers, in the country and overseas.

We remain in solidarity with the Philippine trade union movement in its fight against increasing authoritarianism. We pledge our continued support for the efforts of Filipino unions and workers to restore democracy and peace in the country.

Lors de la présentation de son plan d’investissement “France 2030” le mercredi 12 octobre, Emmanuel Macron a affirmé que les Français travaillent moins que leurs voisins européens : “Quand on compare, nous sommes un pays qui travaille moins que les autres, en quantité." Une idée régulièrement reprise par les porte-paroles de la droite et du centre, et souvent utilisée pour justifier les réformes anti-sociales des gouvernements successifs. RTT, jours fériés, assurance-chômage… autant de raisons qui expliqueraient, selon leurs pourfendeurs, le manque d’activité des Français. Pourtant, si cette idée a la peau dure et revient souvent dans le débat public... il…
La justice argentine a innocenté la vice-présidente Cristina Kirchner dans une affaire liée à la dissimulation présumée de l’implication éventuelle de l’Iran dans l’attentat à la bombe de 1994 contre une mutuelle juive (l’AMIA). 85 personnes sont mortes dans cet attentat, la pire attaque terroriste sur le sol argentin, et plus de 300 ont été blessées. L’affaire contre Cristina Kirchner et plusieurs des responsables de sa présidence de 2007 à 2015 se fondait sur le protocole d’accord conclu avec l’Iran pour interroger les accusés hors d’Argentine. Le tribunal oral fédéral n° 8, dirigé par les juges María Gabriela López Iñiguez,…
En 2050, 5 milliards d’êtres humains auront du mal à accéder à l’eau potable. C’est un nouveau rapport de l’Organisation Météorologique Mondiale, rattaché à l’ONU, qui tire la sonnette d’alarme. D’après les projections, nous serons 10 milliards sur Terre en 2050. Cela signifie que la moitié de la population mondiale sera concernée par la crise de l’eau. En clair, au XXIe siècle, la sécurité hydrique est le défi numéro un de l’humanité.
Mardi 5 octobre, deux jours après les révélations des Pandora Papers, l’Union européenne a retiré Anguilla, la Dominique et les Seychelles de sa liste noire des paradis fiscaux, suscitant la consternation de l’ONG Oxfam. "La décision de retirer Anguilla, la seule juridiction restante avec un taux d’imposition de zéro pour cent, et les Seychelles, qui sont au cœur du dernier scandale fiscal, fait de la liste noire de l’UE une plaisanterie". @ChiaraPutaturohttps://t.co/siOnWhwrFu— Oxfam France (@oxfamfrance) October 6, 2021 L’annonce par les ministres de l’Economie et des Finances de l’Union européenne de retirer Anguilla, la Dominique et les Seychelles de la…
Mardi matin, Emmanuel Macron a été interviewé par Léa Salamé sur des questions d’ordre international. C’était à l’occasion d’une journée spéciale de France Inter et Konbini consacrée aux femmes afghanes #AvecLesAfghanes. Mais le Président a aussi parlé d’autres sujets, lors d’un exercice pur d’interview passe-plat pendant laquelle il a tranquillement pu dérouler ses « éléments de langage », sans qu’aucune question un tant soit peu dérangeante ne lui soit posée. L’actualité des dernières semaines soulève pourtant quelques interrogations sur sa politique étrangère…
Marta Lucia Ramirez est la vice-présidente et la ministre des affaires étrangères de l'un des gouvernements les plus criminels du monde : la Colombie. Elle a été reçue par Jean Castex mardi 5 octobre 2021. Plusieurs élus insoumis ont adressé une lettre ouverte au premier ministre, exhortant le gouvernement français de ne plus poursuivre ses actions de coopération internationale avec la Colombie, tant que son gouvernement ne respectera pas les droits humains.
"La figure d'un Mbembe vent debout contre la Françafrique a été réduite à néant. Macron sait parfaitement à quel genre d'intellectuel africain il va avoir affaire. Le maître se plaint que l'esclave ne râle pas assez..." Ce texte de Boubacar Boris Diop est tiré d’un important ouvrage collectif contre le sommet de Montpellier intitulé : "De Brazzaville à Montpellier, regards critiques sur le néocolonialisme français" avec la participation d’une vingtaine de contributeurs. Le projet a été initié par le Collectif pour la Renaissance africaine (CORA) de l’économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla entre autres.
Les semaines écoulées ont vu une intensification des grandes manœuvres qui marquent la scène internationale depuis que le processus de transformation de la hiérarchie des puissances s’est accéléré au tournant des années 2010. Pendant ce temps, après avoir un peu boudé face à Joe Biden suite à « l’affaire des sous-marins » Emmanuel Macron a capitulé puis est resté invisible, à l’ONU notamment.
« Face aux tentations protectionnistes et nationalistes, le fédéralisme doit redevenir notre horizon partagé […] On peut imaginer, au-delà de 2030, que la France partage son siège au Conseil de sécurité de l’Onu avec les autres nations européennes. » C’est ce qu’a déclaré Roland Lescure, député LREM et porte-parole du parti présidentiel le 29 septembre dans un entretien au Figaro. Cette rumeur avait déjà été agitée par le quotidien britannique The Telegraph en septembre, en pleine crise diplomatique des sous-marins. Démentie par l’Elysée dans un tweet, voilà que l’hypothèse du partage du siège français avec l’Europe au Conseil de sécurité de l’ONU,…
Mardi 28 septembre, des retraités espagnols ont manifesté devant le Parlement européen à Bruxelles, pour des retraites dignes. En Espagne aussi, le gouvernement avance sur sa réforme des retraites… qui est l’une des conditions au déblocage des fonds du plan de relance européen. Le gouvernement a approuvé fin août une première série de changements qui devraient être votés au Parlement d’ici à la fin de l’année. Un texte qui instaure « une incitation à travailler plus longtemps ». Dans un pays où la retraite s’établit actuellement à 65 ans, avant d’atteindre 67 ans en 2027 (résultat de la réforme de 2013 de Mariano Rajoy ),…
Alors que le gouvernement américain se bat pour extrader le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, un nouveau rapport qui fait l'effet d'une bombe révèle jusqu'où la CIA a envisagé d'aller dans sa guerre contre le journaliste australien. Elle a envisagé non seulement d'enlever mais aussi d'assassiner Assange. Nous avons traduit cet article complet sur le sujet publié dans le magazine américain socialiste Jacobin.
L’ancien candidat à la présidentielle Gustavo Petro a partagé sur Twitter l’alerte du défenseur des droits Luis Guillermo Pérez, qui a partagé une vidéo montrant la police de Bogota utiliser des armes interdites contre les manifestants. Il interpelle la maire de Bogota Claudia Lopez et le secrétaire du gouvernement de Bogota Luis Ernesto Gomez : « Qui a donné l’ordre ? » Otra vez usan armas prohibidas contra manifestantes en Bogotá. https://t.co/gUCFT3TJdm— Gustavo Petro (@petrogustavo) September 29, 2021 Au mois de mai dernier, le pays a connu une vague de contestation historique contre la réforme fiscale d’Ivan Duque qui prévoyait de faire…
Arrivé deuxième lors des présidentielles mauritaniennes en 2019, le leader de l’opposition Biram Dah Abeid a fait de l’abolition de l’esclavage son fer de lance et a reçu pour cela, le prix des Droits de l’Homme des Nations Unies. La journaliste équatorienne Tania Tinoco vient de publier aux éditions Impretur un livre intitulé : « Biram Dah Abeid et le pacte de la Renaissance. » Le Pacte de la Renaissance de la Mauritanie était le projet de la campagne présidentielle de Biram Dah Abeid, qui avait déclaré lors de l’annonce de sa candidature : « Le pacte de la renaissance s’attellera à…
Victoire des insoumis à Bruxelles ! Le Parlement européen reconnait que le statut « indépendant » d’Uber & Deliveroo c’est du fake. Leurs salariés doivent donc avoir accès aux congés payés et à la protection sociale. Une victoire arrachée par Leïla Chaibi, l’eurodéputée insoumise de combat, en guerre contre l’ubérisation. Les lobbyistes échouent cette fois-ci à rentrer par la porte des institutions européennes. Alors Macron, a décidé de leur ouvrir grand les fenêtres du Parlement français ! Nous ne les laisserons pas faire.
La politique unilatérale des USA qui ont mis leurs alliés devant le fait accompli en Afghanistan, puis l’humiliation infligée à la France dans l’affaire des sous-marins australiens ont été l’occasion d’une relance des mantras sur « l’Europe de la défense ». Nous sommes prévenus, l’Europe de La Défense, couplée à celle de l’ « autonomie stratégique » européenne soi-disant recherchée par Emmanuel Macron, sera au cœur de l’agenda de la présidence française de l’Union européenne qui débute en janvier 2022. Mais cette direction n’est en aucun cas une alternative à l’inféodation aux USA. Au contraire, elle révèle surtout le vide de vision stratégique des…
Amazon annonce qu’il va recruter 125 000 personnes aux Etats-Unis dans ses entrepôts et pour ses services de transport. Un job affreux ? Think again, aux Etats-Unis les tensions sur la main d’œuvre sont telles que pour ces postes faiblement qualifiés, Amazon offre 20% au-dessus du salaire minimum public (15$/h) et 2,5x le minimum légal (7,25$), et dans les états ou la situation est la plus tendue, jusqu’à 23$ + 3 000$ de signing bonus + assurance santé + épargne retraite + paiement des études.Anecdotique ? Non plus : aux Etats-Unis, 1 salarié sur 150 travaille chez Amazon (2e employeur…
Il y a vingt ans, la représentante Barbara Lee a été le seul membre du Congrès à voter contre la guerre au lendemain des attentats dévastateurs du 11 septembre 2001 qui ont tué environ 3 000 personnes. « Ne devenons pas le mal que nous déplorons », avait-t-elle exhorté à ses collègues dans un discours émouvant prononcé à la Chambre. Le vote final avait été été de 420 contre 1. Cette semaine, alors que les États-Unis célèbrent le 20e anniversaire du 11 septembre, la représentante Lee s’est entretenue avec Amy Goodman, de Democracy Now !, au sujet de son vote fatidique en…
Communiqué de Jean-Luc Mélenchon L’Australie est en passe d’annuler son contrat portant sur l’achat de 12 sous-marins à la France. C’est un contrat de 56 milliards qui sera dénoncé. Les États-Unis sont les grands bénéficiaires de ce revirement puisqu’ils fourniront les sous-marins. C’est une nouvelle manifestation du mépris des États-Unis pour les accords conclus par ses alliés. Il est temps de cesser de se bercer d’illusion, de refuser la caporalisation, de quitter l’Otan et d’expulser de France le Centre d’excellence Otan pour l’espace, que les USA veulent installer à Toulouse.
À l’occasion des 20 ans du 11 septembre, nous partageons cet article avec un montage réalisé par le site Là-bas si j’y suis, qui reprend des extraits du film « Pouvoir et terreur, entretien après le 11 septembre » de John Junkerman. À peine quelques jours après l’attentat du World Trade Center, Noam Chomsky publiait un texte court intitulé « 9/11 » qui fut traduit dans le monde entier à des millions d’exemplaires. Chomsky replace les attaques terroristes dans le contexte des interventions américaines dans le monde depuis 1945, du Vietnam à l’Amérique latine, de l’Indonésie au Chili. Il rapproche deux formes de terrorisme : « Le…
Lorsqu’on est écologiste, comment être contre un projet de production d’électricité renouvelable avec un parc photovoltaïque qui produira (selon la communication des porteurs de projet) autant que la consommation de 600 000 habitants ? Et bien c’est assez simple : en décryptant l’enfumage autour de ce projet qui aurait dû s’appeler plus justement « Businesseo » ! Levons le voile sur cet élément de communication : aucun habitant ne sera alimenté en énergie par ce champ de panneaux solaires de 1000 hectares. Ce même champ qui nécessite de raser 2000 hectares de forêt, avec une fausse exigence de compensation écologique*. Il suffit…
Selon un rapport publié le 9 septembre par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), 97% de la population de l’Afghanistan risque de sombre sous le seuil de pauvreté si aucune réponse n’est apportée aux crises politique et économique du pays. « Nous sommes confrontés à un effondrement total du développement qui vient s’ajouter aux crises humanitaires et économiques », a déclaré Kanni Wignaraja, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies et Directrice du Bureau régional du PNUD pour l’Asie et le Pacifique. « La moitié de la population a déjà besoin d’une aide humanitaire. Cette analyse suggère que nous sommes sur la…
Ce mardi 7 septembre, la plus haute juridiction du Mexique a voté à l’unanimité la dépénalisation de l’avortement. L’avortement est ainsi légalisé dans les 28 états sur 32 qui l’interdisaient. Les femmes emprisonnées pour avoir avorté retrouveront ainsi leur liberté. Une décision historique qui intervient six jours après celle de la Cour suprême des Etats-Unis interdisant au Texas la majorité des interruptions de grossesse, même en cas d’inceste ou de viol. Le Mexique devient le 5éme pays d’Amérique latine à légaliser l’avortement après Cuba, l’Uruguay, le Guyana et l’Argentine.
Les discours dominants sur la victoire des Talibans auront interdit une analyse à grande échelle de ses tenants et aboutissants. Le schème est connu : il ne sera pas dit que les droits humains sont bafoués sans que nous nous indignions ! Les images bouleversantes de femmes, d’hommes, d’enfants tentant de fuir un nouveau régime dont ils savent trop de quoi il est capable font le reste.
Dans son premier article depuis qu'il s'est retiré de la politique de premier plan, le fondateur de Podemos, Pablo Iglesias, affirme que la résurgence de la droite nationaliste en Espagne est une menace pour les libertés démocratiques fondamentales. Nous avons traduit l'article du magazine socialiste Jacobin dans lequel Pablo Iglesias livre son analyse de la situation politique en Espagne, où la droite nationaliste se durcit.
Le Président guinéen Alpha Condé, au pouvoir depuis onze ans, a été arrêté dimanche 5 septembre lors d’un coup d’état militaire. Un coup d’état « prévisible ». Longtemps après avoir incarné l’alternative à la dictature, Alpha Condé n’a pas résisté au mandat de trop : il y a un an il menait un « coup d’état constitutionnel » pour s’offrir un troisième mandat. Depuis, ses opposants l’accusent d’avoir opéré un « hold-up électoral » et les manifestations étaient régulières dans ce pays en crise politique et sociale. Moins d’un an après sa réélection donc, le dirigeant guinéen a été victime ce dimanche d’un putsch militaire. Le…

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.