Philippines : les syndicalistes peuvent être arrêtés pour terrorisme

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Plusieurs syndicats mondiaux, représentant 200 millions de travailleurs et travailleuses, condamnent la loi anti-terroriste qui sévit aux Philippines. Ils dénoncent les attaques incessantes du gouvernement philippin contre les institutions démocratiques et contre les droits des travailleurs philippins.

Dans une déclaration publiée le 20 juillet 2020 par le Conseil des syndicats mondiaux (CGU), les syndicats mondiaux ont déclaré que cette loi permet au pouvoir exécutif philippin de qualifier de «terroriste» tout individu ou groupe s’opposant au pouvoir (à commencer par les syndicalistes) et de procéder à des arrestations arbitraires pendant au moins 14 jours.

Lire en anglais :

The Council of Global Unions (CGU) – representing more than 200 million workers from across the International Trade Union Confederation (ITUC) and Global Union Federations including the Trade Union Advisory Committee to the OECD join Philippine trade unions in condemning the Philippine government’s continued attacks on democratic institutions and its relentless suppression of the democratic rights of Filipino workers.

We register alarm over the passage of Republic Act 11479 or the Anti- Terrorism Act of 2020. This law could easily be abused. While human security, the supposed aim of the anti-Terrorism Act, is a real concern, the same should not be pursued through undemocratic means. The Act undermines due process as it empowers the Executive Branch to identify “terrorist” individuals or groups and to conduct warrantless arrests for at least fourteen (14) days. With its deplorable record of human rights violations in the past four years in its “war on drugs”, the Philippines does not need another legal instrument to legitimize illegal arrests and extrajudicial killings.

We support the initiative of NAGKAISA (United Coalition), Federation of Free Workers (FFW), Kilusang Mayo Uno (KMU), SENTRO and other labor groups to petition the Philippine Supreme Court to stop the implementation of this law “for being inimical to workers’ interests and for being unconstitutional”.

In the ITUC Report of 2020, the Philippines is included in the top 10 most dangerous countries in the world for workers. The Philippine trade union movement can attest to the alarming level of repression of workers’ rights in the country. There have been too many unexplained disappearances and killings of labor leaders and members. Moreover, in its attempt to silence dissident labor leaders, the Philippine government has resorted to ‘red-tagging’. This tactic has not only jeopardized the lives of labor leaders, it has also undermined efforts of trade unions to hold employers and government accountable for anti-labor actions since these efforts are always maliciously exposed as bearing ‘communist sentiments.

The United Nations and the ILO Committee of Experts on the Application of Conventions and Recommendations have on several occasions expressed disquiet about government’s use of anti-terror and other public order legislation to suppress human rights. The Anti-terrorism Act is a violation of ILO Convention 87 on Freedom of Association and other international human rights obligations.

In the context of COVID-19, the situation of Filipino workers has worsened. The Philippine government itself projects that some 10 million Filipinos will be out of jobs by the end of this year. Hundreds of thousands of Overseas Filipino Workers (OFWs) are also expected to return to the country due to job loss.

The health pandemic has also been used as a pretext by many employers to cut costs and further labor flexibility. The Department of Labor and Employment (DOLE) has bolstered employers’ efforts to circumvent existing labor standards by issuing advisories that allow employers to negotiate new terms of work. Under Labor Advisory No. 17 issued May 16, for example, employers are allowed to do the following: transfer employees to another branch or outlet of the same employer, assign employees to another function or position in the same office or branch, reduce normal working hours, rotate jobs, and, partially shutdown some units while continuing work in other units. Needless to say, employers have been given the elbow room to “negotiate” reduction of pay along with these flexible work arrangements. The pandemic has also been used by some to justify or deliberately conduct union-busting activities. For example, at Coca-Cola Philippines three union leaders who were asserting the right of their members to a safe workplace were terminated for “economic sabotage”. The government is also using the pandemic to attack informal sector workers who are most vulnerable, denying them the right to livelihood. The government is attempting to phase out jeepneys – a move that would deny the livelihood of more than 500,000 transport workers around the country.

On top of this economic situation, the Philippines now has the second highest number of COVID- 19 positive cases in Southeast Asia. Yet, the actions of government do not reflect the worsening situation. Instead of focusing on boosting its public health system and planning for economic recovery, the Philippine government has focused its energies on self-serving political agendas such as the anti-terrorism law and the closure of the ABS-CBN, the largest TV network in the country. The latter has resulted in the firing of at least 11,000 workers and the government does not seem to be disturbed by this massive job loss. Displaced workers of ABS-CBN have thus very little chances of finding new jobs. Ever since the Congressional rejection of the ABS-CBN franchise renewal on July 10, trade unions have been rallying the Philippine government to provide assistance and safety nets to displaced ABS-CBN workers. The government’s denial to renew its permit to operate, after Rappler editor Maria Ressa was convicted of libel, is clearly an attack on freedom of expression and freedom of the press.

The situation of workers in the Philippines is beyond appalling. The attacks on the jobs and lives of workers must stop! We call on the Philippine government to rethink its current priorities and to focus instead on measures that will contain the pandemic and alleviate the lives of those severely affected – especially those of displaced Filipino workers, in the country and overseas.

We remain in solidarity with the Philippine trade union movement in its fight against increasing authoritarianism. We pledge our continued support for the efforts of Filipino unions and workers to restore democracy and peace in the country.

La Coalition Solidarité Brésil a publié son deuxième baromètre d’alerte sur la situation des droits humains au Brésil. Il s'agit d'un travail qui a vocation à alerter en France et en Europe sur les conditions de vie au Brésil : du racisme à la sécurité alimentaire en passant par l'environnement, tout est analysé. Un rapport utile qui illustre les effets du néolibéralisme sur les Brésiliens et les Brésiliennes.
Une femme violée par 20 hommes le 31 décembre 2020 et depuis, il n'y a pas de réaction. Les Soudanaises s'organisent pour dénoncer les violences sexuelles, les féminicides qu'elles subissent. Avec un hasthag (#itsnotokay), pour libérer la parole à propos des crimes sexuels et des rassemblements. Une omerta qui se brise dans un pays où le viol n'est toujours pas reconnu comme un crime à part entière voire qu'il est perçu comme un déshonneur par les familles de la victime.
Dalila Touat a distribué des tracts en soutien aux chômeurs et a notamment été jugée pour « outrage à des fonctionnaires et institutions de l’Etat », « diffamation ». Les militants politiques continuent à être poursuivis en Algérie. Le 11 janvier 2021, le parquet avait demandé qu'une amende de 300 000 dinars soit fixée à son égard et elle a été condamnée à 18 mois de prison ferme. Selon le Comité National pour la Libération des Détenus, une centaine de détenus sont aujourd'hui emprisonnés pour des motifs politiques : il faut que la répression du hirak cesse au plus vite…
Ken Livingstone a été maire de Londres entre 2000 et 2008, en tant que candidat dissident du Parti travailliste. Avec Pam Bromley, ils ont été suspendus du Parti travailliste en 2016. Il part aujourd'hui en justice pour demander que la vérité soit faite concernant les accusations d'antisémitisme. Ces accusations ont également touché Jeremy Corbyn qui avait été suspendu puis réintégré. Livingston qualifie ces accusations de politiques, afin de nuire à Corbyn et à ses proches, des accusations qui étaient notamment l'oeuvre de l'aile droite du Labour.
Consacré héros national en 1966, Patrice Lumumba est une des figures les plus importantes de la vie politique congolaise. L'éphémère Premier ministre assassiné à l'âge de 35 ans est l'homme de l'indépendance, de la souveraineté du Congo, lorsque le peuple s'est libéré de l'emprise belge. Une figure qui sert encore de modèle mais des interrogations qui demeurent : qui l'a assassiné, le 17 janvier 1961 ?
Deux femmes juges ont été abattues dans les rues de Kaboul, le dimanche 17 janvier 2021. Des attaques fréquentes qui ciblent des défenseurs des droits, des personnalités publiques ou des journalistes. Des attaques souvent revendiquées par les talibans. Ces deux femmes s'ajoutent à une liste déjà longue, dans un contexte de négociation de paix.
La démocratie du Rojava permet à des peuples kurdes, arménien ou de différents horizons, cultures et religions de cohabiter ensemble. Enclavée dans un Proche-Orient fait de dictatures, il faut protéger cette république, ce lieu d'expérimentations, par exemple des binômes paritaires à chaque instance décisionnelle, cet espace où l'autogestion a pris le pas sur le capitalisme. Si pour commencer l'année 2021 vous voulez comprendre ce qu'est le Rojava, cet article est fait pour vous !
Hagai El-Ad est un militant israélien des droits de l'homme. Selon lui, les lois qui séparent les individus, la relégation, les discriminations font d'Israël un lieu d'apartheid. Nommer les choses justement, avec lucidité est un moyen d'avancer et de faire changer les choses. Son analyse parue initialement dans The Guardian n'a pas manqué de faire réagir des personnalités politiques israéliennes. Une analyse qui fera date à lire et partager !
Sheel, réfugié bengali de 40 ans vit à Toulouse. Le serveur a obtenu de la justice administrative qu'il pouvait rester en France en raison d'une maladie respiratoire : s'il retournait au Bengladesh, un des pays parmi les plus pollués au monde, sa vie serait menacée. Cette première en France doit servir d'exemple et rappelle également à quel point les populations vivant dans des endroits pollués voient leur santé mise en danger au quotidien. Les réfugiés climatiques seront 143 millions en 2050, il s'agit donc d'un sujet qui sera dans l'agenda politique de beaucoup de pays dans le futur.
Trump n’est pas Hitler et les États-Unis ne sont pas l’Allemagne nazie. Aucune armée d’invasion n’est en route vers la Maison Blanche. Malgré tout cela, il n’est pas possible d’éviter une comparaison entre Trump ces derniers jours et les derniers jours d’Hitler. Hitler dans son bunker, Trump à la Maison Blanche. Tous deux, ayant perdu le sens des réalités, donnent des ordres que personne ne suit et, lorsqu’ils sont désobéis, déclarent des trahisons qui atteignent les soutiens parmi les plus et les plus inconditionnels : Himmler, dans le cas de Hitler ; Mike Pence, dans le cas de Trump. Tout…
Vijay Prashad et Noam Chomsky ont fait naitre de leur rencontre un texte qui prend de la hauteur sur la situation sanitaire pour revenir sur ce qui menace l'humanité en 2021. L'annihilation nucléaire, le néolibéralisme et une catastrophe climatique, voilà ce qui nous guette toutes et tous. Le Monde en Commun vous propose une traduction de ce texte précieux !
« Une milice soutenue par les États-Unis qui tue des enfants pourrait être la stratégie de sortie de la plus longue guerre des États-Unis » : voilà comment Andrew Quilty qualifie ce que font les États-Unis en Afghanistan. Cet article qui décrit avec précision la situation en Afghanistan est incontournable pour comprendre cette guerre sans fin. Le Monde en Commun vous propose une traduction inédite de cet article à lire et partager !
Ramy Shaath est détenu depuis maintenant plus de 18 mois au Caire. Militant égyptien-palestinien, il a tenté de sensibiliser concernant les droits des Palestiniens en s’inspirant des méthodes non-violentes. Il dénonce également la répression des Égyptiens qui prennent la parole concernant la vie publique. Son épouse Céline Lebrun Shaath demande régulièrement sa libération et pointe du doigt l’inaction du gouvernement. Concernant son arrestation, Amnesty International rapporte les faits suivants : En juin 2019, Ramy participe à de nombreux événements publics et donne à la presse des interviews dans lesquelles il exprime sa vive opposition au plan américain visant à résoudre…
Nos ancêtres les Gaulois, vraiment ? Carole Renaud-Paligot est l'auteure de L'École aux colonies entre mission civilisatrice et racialisation 1816-1940. Cet ouvrage et la synthèse de ses recherches qu'elle publie dans The Conversation permettent de saisir la rhétorique et la mise en pratique de la prétendue mission civilisatrice. Bien loin du projet d'émancipation, l'école était auxiliaire de l'exploitation économique dans les colonies. Un ouvrage qui prolonge l'historiographie et qui met au jour des archives inédites !
Il était 14h30 à Washington D.C, 20h30 en France et les images ont commencé à affluer : des manifestants revêtant pour certains des insignes et des costumes faisant référence à l'extrême droite envahissaient le Capitole pour empêcher la certification de Joe Biden par le Congrès. Une certification qu'ils ont réussi à empêcher pendant six heures. Les responsables politiques ont pour beaucoup réagi à cet événement, certains plus vite que d'autres. Le Monde en Commun revient sur ces quelques heures qui ont secoué les États-Unis et synthétise un certain nombre de réactions.
Cela fait plus de trois années que les Rohingyas ont fui la Birmanie, en proie à des affrontements meurtriers, des exactions commises par l'armée birmane, des destructions de leurs villages. Ils ont fui vers le Bangladesh où ils survivent dans un des camps de réfugiés parmi les plus grands au monde. La situation a évolué avec la réactivation d'un projet, en décembre 2020 : les autorités bangladaises ont annoncé que les Rohingyas seraient progressivement déplacés vers la petite île faite de limons de Bhasan Char. Une décision qui interroge et pose la question de l'intégrité des Rohingyas, une fois de…
Les députés du parti de Nicolás Maduro occupent depuis le 5 janvier 2021 256 des 277 sièges du Parlement. Les élus du Parti socialiste unifié du Venezuela se sont installés le 5 décembre 2021. Le pouvoir s'éloigne un peu plus de Juan Guaidó qui a perdu tout soutien populaire, impuissant pour faire face à l'inflation des prix.
Le lundi 4 janvier 2021, le tribunal britannique a décidé que Julian Assange ne serait pas extradé vers les États-Unis, où il est actuellement inculpé pour espionnage. Il encourt une peine de 175 ans de prison. Il est actuellement incarcéré à la prison de haute sécurité de Belmarsh. Sa demande de libération sous caution sera quant à elle examinée le 6 janvier 2021. Dans cette période cruciale pour ce lanceur d'alerte, Le Monde en Commun revient sur les différentes étapes de ce cas de lawfare.
En Bosnie, les groupes de défense des droits des réfugiés alertent à propos d'une crise majeure en cours. Un camp situé près de la frontière bosniaque avec la Croatie abrite près de 1 000 personnes qui espèrent traverser en Europe occidentale pour demander l'asile est aujourd'hui en danger à cause des très basses températures hivernales. L'Union Européenne a débloqué 3,5 millions d'euros d'aide humanitaire pour leur venir en aide, le 4 janvier 2021 après plusieurs semaines sans que personne ne réagisse.
La dernière mesure de l'année 2020 prise par le président du Mexique Andrés Manuel López Obrador constitue un horizon d'espoir et un exemple de conquête en matière de souveraineté alimentaire : il a en effet fait interdire le glyphosate et le maïs transgénique par un décret qui sera au plus tard en vigueur en 2023. Cela laisse le temps de faire toutes les réformes du système et également de faire évoluer les pratiques agricoles afin que cette interdiction ne puisse être fragilisée. Une décision forte en matière d'alimentation durable et saine à l'heure où d'autres pays comme la France reculent…
Le mardi 15 décembre 2020, Michelle Bachelet, ancienne ministre au Chili (entre 2000 et 2004) et actuellement Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme a dévoilé le nombre de massacres en Colombie pour l'année 2020 : 66 massacres, 255 morts et 120 défenseurs des droits de l’homme assassinés. Michelle Bachelet a demandé à ce que l'État soit présent partout sur le territoire, que des procès impartiaux soient organisés. D'autres rapports comme celui de l’Institut d’études pour le développement et la paix font état d'un nombre de victimes encore plus important. Le démantèlement des anciens groupes paramilitaires impliqués dans le trafic…
Entre septembre 2014 et janvier 2015, près de 1 050 combattants kurdes ont trouvé la mort pendant la bataille de Kobané. Près de 200 000 civils ont été déplacés. Ce court métrage constitue une manière originale d'aborder une lutte contemporaine, en mettant en lumière l'engagement d'une jeune fille kurde qui décide de prendre les armes pour les siens.
Edward Snowden a mis au jour l'existence de plusieurs programmes de surveillance de masse aux États-Unis et en Grande-Bretagne, alors qu'il travaillait au sein de la NSA. Il a été inculpé pour cela en 2013 pour espionnage et vol. Depuis, il réside en Russie. S'il est perçu comme un traitre et encourt une peine de prison, cet article publié dans Jacobin invite à faire d'Edward Snowden un héros national puisque ses révélations étaient des révélations d'intérêt général. Un article qui s'oppose au discours dominant sur le sujet qui montre qui invite à penser les lanceurs d'alerte sous le prisme de…
Les mois passent et le candidat communiste aux élections chiliennes Daniel Jadue reste plébiscité dans les sondages. Passé de 6 à 24% des intentions de vote, le candidat fait peur et reconfigure les alliances politiques. Face aux partis de la Concertation qui ont accepté le système économique (la Démocratie Chrétienne et le Parti Socialiste), le Parti Communiste et Frente Amplio se rapprochent, jusqu'à présenter des listes communes pour la Constituante. Une perspective qui se précise pour rompre avec l'ordre établi, l'ordre hérité de Pinochet.
Il y a maintenant deux ans débutait la révolution populaire soudanaise. Elle mettait fin à trente années de dictature. Des manifestations contre la vie chère (le prix du pain, l'inflation ou encore la pénurie d'aliments), une soif de liberté suivies d'une dure répression qui a entrainé la mort de manifestants et une vague dégagiste contre le président génocidaire Omar el-Bechir dans le cadre de la guerre civile au Darfour (2003).
La sécheresse, les situations de stress hydriques sont de plus en plus préoccupantes. Face à cela, une solution s'impose : changer les comportements, cesser d'en demander trop à la planète. Le Conseil d'État chinois a quant a lui fait le choix de modifier ses conditions météorologiques. Donald Trump voulait un temps dévier les ouragans, la Chine veut contrôler la météorologie en recourant à la géoingénierie. Une manière de répondre à des problématiques à court terme sans rompre avec les pratiques qui saccagent la planète ou comment continuer à s'enfoncer dans la crise climatique...
Plusieurs collectifs, associations ou syndicats se sont réunis pour signer l'appel d'une journée internationale des migrants, les migrants, réfugiés, demandeurs d’asile, demandeurs de papiers et deuxièmes générations. En pleine épidémie du coronavirus, cet appel a une résonance particulière : il s'agit de travailleurs qui ont continué à travailler sans protection, ni droits lorsque d'autres étaient confinés.
Le mardi 15 décembre 2020, le Parlement hongrois a adopté plusieurs textes anti-LGBT. « La mère est une femme, le père est un homme » a par exemple été inscrit dans le texte fondamental. Depuis le mois de mai 2020, il était également impossible d'inscrire un changement de genre à l'état civil. Plusieurs organisations et institutions dénoncent ces mesures clairement homophobes et transphobes qui actent dans la loi des politiques discriminatoires.
Lors du mandat de Donald Trump, certains républicains ont voulu faire de leur parti celui des travailleurs. L'enjeu pour les démocrates est de mise. Comment obtenir la confiance de groupe ? Comment définir une nouvelle promesse progressiste industrielle ? Pour le chercheur et auteur de l'article Justin H. Vassallo, le Green New Deal peut constituer le fer de lance de cette reconquête.
Une élection contestée, une répression violente et le peuple en colère : voilà la situation en Côte d'Ivoire, une situation totalement occultée par Emmanuel Macron qui a fait le choix de transmettre ses amitié au président Alassane Ouattara dans un communiqué. Des félicitations chaleureuses qui interrogent au regard de la crise en Côte d'Ivoire.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.