Philippines : les syndicalistes peuvent être arrêtés pour terrorisme

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Plusieurs syndicats mondiaux, représentant 200 millions de travailleurs et travailleuses, condamnent la loi anti-terroriste qui sévit aux Philippines. Ils dénoncent les attaques incessantes du gouvernement philippin contre les institutions démocratiques et contre les droits des travailleurs philippins.

Dans une déclaration publiée le 20 juillet 2020 par le Conseil des syndicats mondiaux (CGU), les syndicats mondiaux ont déclaré que cette loi permet au pouvoir exécutif philippin de qualifier de «terroriste» tout individu ou groupe s’opposant au pouvoir (à commencer par les syndicalistes) et de procéder à des arrestations arbitraires pendant au moins 14 jours.

Lire en anglais :

The Council of Global Unions (CGU) – representing more than 200 million workers from across the International Trade Union Confederation (ITUC) and Global Union Federations including the Trade Union Advisory Committee to the OECD join Philippine trade unions in condemning the Philippine government’s continued attacks on democratic institutions and its relentless suppression of the democratic rights of Filipino workers.

We register alarm over the passage of Republic Act 11479 or the Anti- Terrorism Act of 2020. This law could easily be abused. While human security, the supposed aim of the anti-Terrorism Act, is a real concern, the same should not be pursued through undemocratic means. The Act undermines due process as it empowers the Executive Branch to identify “terrorist” individuals or groups and to conduct warrantless arrests for at least fourteen (14) days. With its deplorable record of human rights violations in the past four years in its “war on drugs”, the Philippines does not need another legal instrument to legitimize illegal arrests and extrajudicial killings.

We support the initiative of NAGKAISA (United Coalition), Federation of Free Workers (FFW), Kilusang Mayo Uno (KMU), SENTRO and other labor groups to petition the Philippine Supreme Court to stop the implementation of this law “for being inimical to workers’ interests and for being unconstitutional”.

In the ITUC Report of 2020, the Philippines is included in the top 10 most dangerous countries in the world for workers. The Philippine trade union movement can attest to the alarming level of repression of workers’ rights in the country. There have been too many unexplained disappearances and killings of labor leaders and members. Moreover, in its attempt to silence dissident labor leaders, the Philippine government has resorted to ‘red-tagging’. This tactic has not only jeopardized the lives of labor leaders, it has also undermined efforts of trade unions to hold employers and government accountable for anti-labor actions since these efforts are always maliciously exposed as bearing ‘communist sentiments.

The United Nations and the ILO Committee of Experts on the Application of Conventions and Recommendations have on several occasions expressed disquiet about government’s use of anti-terror and other public order legislation to suppress human rights. The Anti-terrorism Act is a violation of ILO Convention 87 on Freedom of Association and other international human rights obligations.

In the context of COVID-19, the situation of Filipino workers has worsened. The Philippine government itself projects that some 10 million Filipinos will be out of jobs by the end of this year. Hundreds of thousands of Overseas Filipino Workers (OFWs) are also expected to return to the country due to job loss.

The health pandemic has also been used as a pretext by many employers to cut costs and further labor flexibility. The Department of Labor and Employment (DOLE) has bolstered employers’ efforts to circumvent existing labor standards by issuing advisories that allow employers to negotiate new terms of work. Under Labor Advisory No. 17 issued May 16, for example, employers are allowed to do the following: transfer employees to another branch or outlet of the same employer, assign employees to another function or position in the same office or branch, reduce normal working hours, rotate jobs, and, partially shutdown some units while continuing work in other units. Needless to say, employers have been given the elbow room to “negotiate” reduction of pay along with these flexible work arrangements. The pandemic has also been used by some to justify or deliberately conduct union-busting activities. For example, at Coca-Cola Philippines three union leaders who were asserting the right of their members to a safe workplace were terminated for “economic sabotage”. The government is also using the pandemic to attack informal sector workers who are most vulnerable, denying them the right to livelihood. The government is attempting to phase out jeepneys – a move that would deny the livelihood of more than 500,000 transport workers around the country.

On top of this economic situation, the Philippines now has the second highest number of COVID- 19 positive cases in Southeast Asia. Yet, the actions of government do not reflect the worsening situation. Instead of focusing on boosting its public health system and planning for economic recovery, the Philippine government has focused its energies on self-serving political agendas such as the anti-terrorism law and the closure of the ABS-CBN, the largest TV network in the country. The latter has resulted in the firing of at least 11,000 workers and the government does not seem to be disturbed by this massive job loss. Displaced workers of ABS-CBN have thus very little chances of finding new jobs. Ever since the Congressional rejection of the ABS-CBN franchise renewal on July 10, trade unions have been rallying the Philippine government to provide assistance and safety nets to displaced ABS-CBN workers. The government’s denial to renew its permit to operate, after Rappler editor Maria Ressa was convicted of libel, is clearly an attack on freedom of expression and freedom of the press.

The situation of workers in the Philippines is beyond appalling. The attacks on the jobs and lives of workers must stop! We call on the Philippine government to rethink its current priorities and to focus instead on measures that will contain the pandemic and alleviate the lives of those severely affected – especially those of displaced Filipino workers, in the country and overseas.

We remain in solidarity with the Philippine trade union movement in its fight against increasing authoritarianism. We pledge our continued support for the efforts of Filipino unions and workers to restore democracy and peace in the country.

Deux élections, deux surprises. En plein coronavirus, les candidats qui étaient donnés vainqueurs ont été battus par des outsiders. Au Pérou c'est Pedro Castillo, un syndicaliste d'extrême gauche qui arrive en tête tandis que les Équatoriens ont porté au pouvoir le candidat de droit Guillermo Lasso. Pour Le Soir, Christophe Ventura, directeur de recherche à l’Iris et spécialiste de l’Amérique latine donne ses premières analyses.
Thomas Sankara est mort assassiné le 15 octobre 1987. Militant socialiste et anti-impérialiste, il a été Président du Conseil national révolutionnaire du Burkina Faso entre 1983 et 1987. Il trouve la mort lors d'un coup d'État qui porte Blaise Compaoré au pouvoir, pouvoir qu'il ne quitte qu'en 2014. Ce n'est qu'en décembre 2015, qu'un mandat d'arrêt international est lancé par la justice militaire. L'avancée des poursuites permettra peut-être de faire la lumière sur l'assassinat d'un dirigeant apprécié par la population et dont le souvenir reste vivant, au Burkina et ailleurs.
Lors des élections au Honduras en août 2018, 90% des soutiens de Juan Orlando Hernández sur Facebook étaient en fait des faux comptes qui boostaient les publications du candidat, ayant ainsi une incidence sur les algorithmes, sa visibilité et la perception des citoyens du candidat. Julia Carrie Wong est journaliste. Elle a mené l'enquête et montre dans un long article comment des candidats à des élections se servent d'une faille dans Facebook pour manipuler l'opinion. Lorsque des signalements sont faits, Facebook agit peu et tard.
Sophia Chikirou, directrice de la publication du Monde en commun, s’est rendue à Quito en Equateur pour couvrir le second tour de l’élection présidentielle, le dimanche 11 avril 2021. Elle a visité le « centre de contrôle » de la campagne de Andrés Arauz, candidat de la révolution citoyenne. Ce centre réunit près de 150 personnes, des militants, qui travaillent depuis des mois pour monter un système de vigilance sur le bon déroulement du scrutin dans les territoires.
Le deuxième tour de l’élection présidentielle équatorienne a lieu dimanche 11 avril. Les Equatoriens sont appelés à départager deux candidats : Andrés Arauz, soutenu par la révolution citoyenne et Rafael Correa l’ancien président qui vit en exil à Bruxelles ; et Guillermo Lasso, banquier, soutenu par l’actuel président Lenine Moreno.
Jeffrey Sterling est un ancien agent de la CIA, lanceur d'alerte, et diplômé de la faculté de droit de l'université de Washington. Il a exprimé ses doutes quant au respect des protocoles de sécurité lors de l'opération Merlin contre l'Iran. Ses propos n'ont pas été suivis d'effets et il a été poursuivi par la CIA. Au regard de son expérience, Sterling énonce les risques auxquels Julian Assange serait confronté s'il était extradé. Une interview intéressante pour penser la question des lanceurs d'alerte.
Le 7 avril 2021, le député insoumis Michel Larive a participé à une réunion en visio-conférence organisée par le Parlement arabe consacrée aux ponts entre la science et les parlementaires pour le bien de nos sociétés. Le Parlement arabe a été créé en 2001 suite au sommet de la Ligue arabe. Ce parlement traite tant des problèmes économiques que sociaux, que des questions relatives aux droits de l'homme. Le député insoumis Michel Larive fait partie des membres du Groupe français de l'Union interparlementaire. Le 7 avril 2021, il s'est exprimé en faveur de la régulation mondiale des technosciences avec la…
Ömer Faruk Gergerlioğlu, député destitué du Parti démocratique des Peuples (HDP) a été arrêté à son domicile ce vendredi 2 avril 2021 et frappé. Le député avait auparavant été déchu de son mandat parlementaire, le 17 mars 2021. En Turquie, la répression des milieux pro-kurdes continue, à l'heure où le régime tente de faire interdire le HDP.
L'effondrement de l'Ouest de l'Antarctique provoquerait une montée rapide du niveau de la mer de trois mètres. Le glacier de l'île du Pin risque d'atteindre un point de non retour puisqu'il perd davantage de glace que n'importe quel autre glacier de la région, l'un des derniers en date faisant la taille de Malte.
Depuis la fin du mois de mars, les associations et ONG alertent sur le nombre de mineurs à la frontière américaine. En parallèle de ces alertes, les médias participent d'une construction de leur perception bien différente. L'activiste et chargée des relations presse de Bernie Sanders en 2016 Erika Andiola revient dans un bel article sur son histoire, celle d'une enfant arrivée aux Etats-Unis à 11 ans, suite à un départ du Mexique.
Les ONG se sont récemment alarmées du nombre d'enfants en détention à la frontière américaine. Le sujet des demandeurs d'asile ainsi que celui des migrants est également un sujet brûlant. Dans une interview donnée sur CNN, un élu démocrate Jamaal Bowman, est revenu sur les raisons de ces flux : l'impérialisme est mu par la défense d'intérêts capitalistes et a déstabilisé des zones entières au Sud des États-Unis.
Ils étaient réunis pour un mariage... et ont trouvé la mort lors d'une frappe française. Contrairement à ce qu'avait soutenu la France au lendemain de cette frappe meurtrière le 3 janvier, 2021 des civils ont bel et bien péri. Les autorités avaient expliqué que cette frappe n'avait touché que des jihadistes. Le 30 mars 2021, l'AFP a obtenu un document qui révèle les dessous de cette macabre attaque : 19 personnes sont mortes immédiatement après l'explosion tandis que trois autres ont trouvé la mort pendant leur évacuation. Si le ministère des Armées remet en cause les révélations de l'ONU, les…
Nils Anders Tegnell est haut fonctionnaire et médecin suédois. Il est l'acteur de la stratégie suédoise pour lutter contre le coronavirus, en tant qu'épidémiologiste en chef. Sa stratégie, défendue par le gouvernement s'appuyait sur le respect des gestes barrières sans pour autant imposer le confinement. Une stratégie qui a été scrutée mais toujours défendue par l'Agence de sécurité publique suédoise.
L'Organisation des États américains a été créée en 1948. Elle regroupe depuis sa naissance nombre des gouvernements des États d'Amérique. L'organisation s'est historiquement positionnée sur la même ligne que les États-Unis, notamment pendant la Guerre froide. Plusieurs dirigeants d'Amérique du Sud ont tenté de s'extirper de ce joug en créant notamment en 2008 l'Unasur. AMLO et Luis Arce s'engagent pour soutenir les États qui s'émancipent de l'OEA mais qui subissent des attaques suite à cette décision.
« Nous exhortons le président Macron et son gouvernement à abandonner les lois « sécurité globale » et « séparatisme », des dérives autoritaires qui portent atteinte aux droits fondamentaux que la France prétend incarner » : voilà ce que demandent plusieurs personnalités publiques, intellectuels et élus à Emmanuel Macron. Le raidissement autoritaire de la France a une incidence au-delà des frontières de la France et les techniques de maintien de l'ordre sont déployées ailleurs.
« Il n'existe aucun aspect du développement durable qui ne repose pas fondamentalement sur elle », a expliqué António Guterres en parlant de l'eau. Le 22 mars 2022 a eu lieu la journée mondiale de l'eau. L'ONU a organisé une « conversation mondiale sur la façon dont les gens apprécient la ressource vitale dans différentes parties du monde, en fonction des besoins locaux ». Une initiative et des déclarations cruciales à l'heure où la question des biens communs est de plus en plus cruciale.
Le Parquet de Paris a reçu aujourd’hui une plainte des chefs d’assassinats et association de malfaiteurs à la suite de l’opération militaire commanditée le 28 février 2021 par le Maréchal Idriss Deby, Président de la République du Tchad, contre son principal opposant à l’élection présidentielle, Monsieur Yaya Dillo Djerou.
Le 25 mars 2021, la presse, les élus parlent de la Grèce pour fêter le bicentenaire de l'indépendance de ce pays. Pourtant, le pays fait face depuis maintenant un mois à un mouvement social d'ampleur, des étudiants notamment qui demandent une autre affectation des dépenses publiques. Tandis que les hôpitaux grecs sont surchargés, que les libertés individuelles sont attaquées, le gouvernement dépense sans compter pour acheter de quoi réprimer la population.
Luiz Inacio Lula da Silva a appris au début du mois de mars l'annulation de ses condamnations en justice. Depuis, les annonces s'enchaînent : Par trois vote contre deux, la seconde chambre du Tribunal suprême fédéral du Brésil a estimé le mardi 23 mars 2021, que le juge Sergio Moro avait été partial dans le procès instruit contre l'ancien président Lula.
Le 28 janvier 2021, l'historien Maati Monjib a été condamné à un an de prison pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’Etat » par les autorités marocaines. En 2019, l'ONG Human Right Watch analysait que le « Maroc a intensifié sa répression contre des commentateurs des réseaux sociaux, des artistes et des journalistes exprimant des opinions critiques à l’égard de la monarchie ».
Plus de 12 000 femmes et jeunes filles ont disparu en 2020 au Pérou. Dans un pays où le mot de féminicide est de moins en moins tabou, le nombre de femmes disparues et jamais retrouvé demeure extrêmement élevé et a atteint des sommets pendant l'année 2020, alors que la population était confinée. Depuis 2018, pas moins de 41 000 femmes ont disparu. Un sujet d'une telle ampleur qu'il met à l'agenda politique péruvien la question de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et des moyens dédiés à la prévention et à l'investigation.
La sénatrice de droite Jeanine Añez occupait la présidence bolivienne par intérim, suite au départ d'Evo Morales. Connue pour avoir largement réprimé les manifestants et l'opposition à sa politique, entrainant parfois plusieurs morts lors des manifestations, elle est aujourd'hui accusée de terrorisme par la justice.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.