dossier

Écologie populaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

l'article

« Nous devons avoir une approche holistique de la gestion durable des forêts », Mark Ofori Asante

La première table ronde du forum mondial sur les forêts animée par Marie-Anne Guillemain, porte sur plusieurs axes : le travail en forêt, l’exploitation légale et illégale de la forêt ainsi que sur l’économie de la question climatique. Elle est composée de Frédéric Bedel porte-parole du Snupfen (le principal syndicat de l’Office national des forêts), de Pascale Laussel, ingénieure économiste membre du réseau des alternatives forestières, et de Mark Ofori Asante, dirigeant syndical de TWU (syndicat du travailleur du bois au Ghana) et membre au conseil d’administration de FSC International.

« Nous pouvons renverser la situation. Nous devons prendre le taureau par les cornes et considérer cela comme une priorité. L’homme doit continuer à vivre et il faut bien se nourrir ! Mais il faut savoir comment le faire », a commencé Mark Ofori Asante, qui a fait le déplacement depuis le Ghana où il vit et milite contre l’extraction illégale qui détruit la forêt au Ghana, qui ne couvre plus que 10% du territoire. Au début du 20e siècle, le Ghana comptait 8 millions d’hectares de forêt. Aujourd’hui, le pays n’en compte plus que 1 million. Une catastrophe majoritairement due à l’orpaillage légal et illégal, qui n’existe pas qu’en Guyane.

Mark Ofori Asante a insisté sur le fait que ne ce n’est pas de la responsabilité des travailleurs, qui eux grappillent pour survivre, ce que laissent les riches. « L’important est d’avoir une approche holistique de la gestion durable des forêts ». L’homme entend par-là, « une vision d’ensemble », qui comprend à la fois les travailleurs et l’environnement.

Le syndicat TWU a démarré un projet de reforestation en ce sens : 630 hectares de forêts sont plantés dans lesquels travaillent des autochtones et des petites entreprises locales.

Le gouvernement a également lancé le projet « Green Ghana », dont l’idée originelle était de planter 5 millions d’arbres. 8 millions d’arbres ont été plantés à ce jour, et Mark Ofori Asante estime que l’objectif pour réparer tout le mal fait et pour rétablir l’équilibre devrait être de 20 millions.

Pour suivre le direct c’est par-là.

la revue de presse en direct

Dans le même dossier

Les vidéos