dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

L’ex-président hondurien Juan Orlando Hernández arrêté

Juan Orlando Hernández, président du Honduras entre 2014 et 2022 a été arrêté le 15 février. Il est visé par un mandat d’arrêt émis par les États-Unis qui le suspecte de trafic de drogue. Cet événement signe la fin d'une époque alors que la nouvelle présidente Xiomara Castro promet une gouvernance au service du peuple.

L’ancien président conservateur s’est rendu, alors que plusieurs centaines de policiers cernaient sa résidence à Tegucigalpa. Quelques heures auparavant, la Cour suprême de justice hondurienne (CSJ) approuvait la signature d’un mandat d’arrêt vis-à-vis de celui qui est surnommé JOH dans le pays. Cette décision fait suite à une demande des autorités états-uniennes. Celles-ci ont transmis la semaine dernière une demande d’extradition à la justice hondurienne, mais des démarches avaient déjà été effectuées dès l’investiture de Xiomara Castro le 27 janvier. Celle-ci s’est fait élire sur une image de probité avec la lutte contre la corruption dans son viseur – soit l’inverse de son prédécesseur.

Criterio.hn revient sur l’ampleur des faits reprochés à l’ex-président conservateur. Soumis à une enquête des autorités depuis 2004, JOH est accusé d’avoir activement participé au trafic de cocaïne exportée vers les États-Unis. Son arrivée à la tête du pays aurait facilité ses activités. Par son action, le Honduras est devenu une plateforme incontournable du trafic de cocaïne sur le continent Américain.

Les juridictions estiment qu’entre 2004 et 2022 JOH a contribué à l’exportation de 500 000 kilos de cocaïne aux États-Unis. En échange, l’ancien président a bénéficié de pots de vins de groupes du narcotrafic dans tout le continent. Il a ainsi amassé une fortune de plusieurs millions de dollars. Des sommes importantes issues de ce commerce illégal ont également été employées dans le financement de sa campagne présidentielle réussie de 2013. En échange, JOH a activement protégé certains de ses narcotrafiquants contre les tentatives de poursuites.

Cette arrestation constitue la fin d’une époque dans le pays avec une volonté populaire de renier les pratiques politiques du passé. La nouvelle présidente Xiomara Castro porte ainsi les espoirs d’un peuple malmené par les violences entraînées par le narcotrafic.

la revue de presse en direct

Dans le même dossier

Les vidéos