dossier

La fin du libéralisme

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Texte de référence à venir…

l'article

Les Libanais risquent de se faire spolier par les banques

Cet article a été publié le 16 septembre par le journal L'Orient le Jour sous le titre "Les épargnants libanais pourraient ne pas récupérer tout leur argent, prévient Paris". Les auteurs sont Samia Nakhoul de l'Orient le Jour et John Irish de l'agence Reuters.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

« Il sera peut-être difficile pour les banques du Liban de tenir leur position de principe selon laquelle leurs déposants ne doivent subir aucune perte »

Pierre Duquesne, diplomate français lors d’une récente réunion consacrée aux mesures susceptibles de sauver un secteur bancaire libanais en difficulté

Ces propos ont été tenus lors d’une rencontre le 10 septembre à Paris entre des responsables français et une délégation de l’Association des banques du Liban (ABL). Reuters a pu consulter une copie du compte-rendu de cette réunion, classé confidentiel.

La France est à la pointe des efforts internationaux pour obtenir des dirigeants libanais la mise en œuvre de réformes nécessaires à l’obtention d’une aide internationale alors que le Liban est plongé dans une profonde crise économique et financière ayant entraîné la paralysie de son secteur bancaire et le gel de la plus grande partie des comptes des déposants.

Si le fait que les déposants ne doivent supporter aucune perte est un sujet de principe pour l’ABL, il sera peut-être difficile de défendre cela jusqu’au bout, a dit Pierre Duquesne, selon ce compte-rendu, tout en ajoutant qu’il s’agissait d’un sujet de négociation. Pierre Duquesne a été chargé par le président français Emmanuel Macron de coordonner les efforts internationaux pour le Liban.

Lire la suite sur le site l’Orient le Jour

Dans le même dossier

Les vidéos