dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Le syndicaliste de gauche Pedro Castillo sera président du Pérou

Le magazine socialiste américain Jacobin a publié une analyse sur ce qu’implique l’élection historique du « candidat des pauvres » Pedro Castillo à la présidence du Pérou et qui suscite beaucoup d’espoir pour les Péruviens qui aspirent au changement, notamment les populations défavorisées et les zones rurales du pays. Nous vous proposons ici l’article traduit en français.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Par Nicolas Allen

Le Pérou a été le berceau du populisme néolibéral sous Alberto Fujimori. Aujourd’hui, Pedro Castillo, un syndicaliste socialiste d’origine indigène, a remporté la présidence du pays.

Alors que les derniers votes sont encore comptabilisés dans les élections péruviennes, il semble que le candidat de gauche à la présidence Pedro Castillo conservera son étroite avance sur son adversaire de droite Keiko Fujimori. L’Organisation des États américains a déjà déclaré les élections propres et équitables et, malgré les accusations répétées de Fujimori de fraude électorale, le Pérou n’a guère envie de suivre son exemple. La chute de 7,7 % de la bourse de Lima semble confirmer ce que tout le monde sait : Pedro Castillo sera le prochain président de la République du Pérou.

Alors que la poussière retombe sur un cycle électoral marqué par l’hystérie anticommuniste, les questions se tournent désormais vers ce à quoi pourrait ressembler un futur gouvernement Castillo. Le Pérou n’a jamais eu un président qui ressemble de près ou de loin à Castillo – un indigène, syndicaliste de gauche. Les seules comparaisons immédiates ; la politicienne progressiste Verónika Mendoza ou l’ancien président nationaliste Ollanta Humala, ne font en fait que souligner à quel point il sera étonnant de voir quelqu’un du milieu social et politique de Castillo dans le palais du gouvernement.

Le fait que le Pérou ait actuellement le plus grand nombre officiel de décès dus au COVID-19 au monde, que l’économie se soit contractée de 11 % et que la pauvreté ait augmenté de 10 % au cours de l’année écoulée ne fait qu’alimenter un climat général d’incertitude. Si la crise sociale et économique aiguë du pays a été un facteur décisif dans la victoire de M. Castillo, elle posera également des questions sur la capacité de la nouvelle administration à gouverner – une question aggravée par l’incertitude quant à la composition de la future administration, la relation difficile de M. Castillo avec son propre parti, Perú Libre, et la manière dont il résistera à une opposition majoritaire au Congrès.

Malgré les nombreux points d’interrogation qui planent sur l’avenir du Pérou, la victoire historique de M. Castillo a permis de dégager des éléments importants qui donnent une idée de la direction que pourrait prendre le pays, des batailles qui attendent son administration et des stratégies que M. Castillo devrait mettre en œuvre pour transformer le triomphe sans précédent de la gauche dans les urnes en une victoire populaire pour le peuple péruvien.

Le plus improbable des vainqueurs

Sur un plan purement symbolique, il serait difficile de surestimer l’impact de la victoire de Castillo. D’une part, elle intervient dans le sillage d’une restauration conservatrice en Équateur et d’un sentiment général de désorientation au sein d’une grande partie de la gauche latino-américaine. Cependant, avec le Chili et la Colombie voisins qui marquent déjà une contre-tendance et la possibilité d’un nouveau cycle de politique radicale dans la région, un gouvernement Castillo représente un coup de fouet majeur pour une résurgence de la gauche.

Si M. Castillo a eu des entretiens très médiatisés avec d’anciens chefs d’État progressistes comme l’Uruguayen José « Pepe » Mujica et le Bolivien Evo Morales, il a fait attention, lors de sa campagne, de minimiser la question de la politique étrangère et de l’intégration régionale (contrairement à M. Humala, qui es’est présenté avec succès en 2011 sur un ticket « Marée rose »). En partie une tentative d’arrière-garde pour désamorcer les campagnes d’attaque de la droite (Le « Venezuela » est un cheval de bataille de la presse péruvienne), Castillo a fait en sorte que les élections concernent la majorité péruvienne invisible et négligée par la classe politique du pays.

En ce sens, la candidature de Castillo équivalait à un référendum sur la déconnexion totale de cette classe des préoccupations populaires dans leur ensemble. L’expression, répétée ad nauseam, selon laquelle « personne n’a vu venir Castillo » est en fait devenue une auto-accusation de la droite péruvienne, dont le populisme néolibéral autrefois efficace – incarné dans la figure de l’ancien dirigeant Alberto Fujimori – s’est complètement effondré dans le sillage de la deuxième crise néolibérale de la région.

M. Castillo, qui n’est que le deuxième président du Pérou moderne à provenir des provinces intérieures du pays, est à la tête d’un mouvement croissant que l’on pourrait appeler la « revanche des régions ». Comme les analystes électoraux se sont empressés de le souligner, il a remporté des victoires écrasantes dans seize des départements ruraux où la composition sociale est fortement paysanne et/ou indigène.

Sans doute parce qu’il est considéré comme le candidat du « Pérou profond », le soutien de M. Castillo (80 % ou plus) dans des régions comme Ayacucho, Cusco et Puno reflète un changement politique crucial. Une analyse détaillée des tendances électorales montre que son soutien est le plus fort dans les régions du Pérou où les industries extractives sont en plein essor, alors que la pauvreté monte en flèche. En d’autres termes, comme le reflète le slogan de sa campagne, « Plus de pauvres dans un pays riche », et son intention déclarée de financer d’importantes dépenses publiques en taxant les industries minières, le projet politique de M. Castillo s’inscrit dans l’une des principales failles socio-économiques du pays. 

Bien qu’un peu moins tangible en termes politiques, un gouvernement « régionalisé » a de profondes implications historiques qui touchent au cœur de l’identité nationale du Pérou. Du « mythe de l’Inca » originel — promettant une réunification rédemptrice du corps politique et le renversement de la fragmentation coloniale — à l’insistance de José Carlos Mariátegui sur le fait que la « question indigène » est au cœur du modèle économique global du pays, la tendance conservatrice du projet national du Pérou centré sur Lima a toujours été hanté par la perspective d’une telle « tempête dans les Andes », comme l’a appelé l’auteur péruvien Luis Valcárcel.

Si la présidence de Castillo représente une première historique en termes de rupture de la barrière nationale pour les mouvements politiques régionaux, des questions restent en suspens sur ce que cela signifierait en termes de gouvernance (en l’absence d’une nouvelle constitution plurinationale). En fait, le plan de gouvernement de douze pages de M. Castillo est généralement peu détaillé. À tort ou à raison, cela a fait partie de son succès : mettre en avant une vision politique centrée sur la mobilisation sociale et le pouvoir accumulé de la classe ouvrière plutôt que sur des solutions technocratiques rapides. Anahí Durand Guevara, ancienne stratège politique de Mendoza et membre actuel de l’équipe technique de Castillo, l’a reconnu avec force : alors que la campagne progressiste de Mendoza était parfois lourde de détails techniques, l’immédiateté des slogans de Castillo en faveur d’une réforme agraire et d’une nouvelle constitution a joué en faveur d’un sentiment d’autonomisation populaire sur le chemin de la campagne.

Cela parle aussi à l’un des autres secteurs invisibles qui promet d’occuper le devant de la scène avec une présidence Castillo. Quiconque a déjà voyagé à travers le Pérou aura reconnu un écart important entre la réputation conservatrice du pays et l’omniprésence de la protestation sociale. Selon Latinobarómetro, le Pérou est juste derrière la Bolivie en termes de pourcentage de citoyens mobilisés participant à des manifestations, que ce soit par des actions de grève dans le secteur minier, des défis locaux contre les abus de l’industrie extractive, des manifestations du secteur public autour de l’éducation et de la santé, ou des manifestations à grande échelle contre la corruption endémique. La combinaison de la précarité néolibérale et de la fragmentation régionale a longtemps empêché ces mouvements de devenir une menace crédible pour le système, mais, avec Castillo, ils peuvent commencer à jouer un rôle majeur dans la politique nationale.

Une crise de la classe politique péruvienne

Avec toutes les vertus que possède Castillo, il est difficile de nier que les élections auraient pu se dérouler différemment si Keiko Fujimori n’avait pas été son adversaire. Personnalité politique la plus impopulaire du Pérou, la candidate d’extrême droite s’est frayé un chemin jusqu’au premier tour des élections avec seulement 13% des voix, battant le candidat préféré de l’establishment Hernando de Soto.

Évitant délibérément de développer un programme politique au profit d’un discours anticommuniste alarmiste, Fujimori est parvenue à rallier à elle des franges libérales et de centre-droit de la classe politique pourtant réticentes. Avec sa base électorale à Lima et dans le district voisin de Callao, qui abritent tous les deux 40% de la population du pays, elle a presque réussi à remporter les élections grâce à une combinaison de systèmes de patronage liés à son parti Fuerza Popular et à une campagne incessante « anti-rouges » qui bénéficie encore de l’adhésion de divers groupes sociaux – des élites péruviennes au pouvoir, qui ont une vision frénétique de la guerre froide, aux secteurs populaires urbains qui associent la politique de gauche au terrorisme et à la criminalité.

La défaite de Fujimori pourrait sonner le glas d’une tradition politique de droite qui était déjà en crise. Les élections du premier tour ont en effet été marquées par une fragmentation accrue de la droite : les autres principaux candidats, Rafael López Aliaga et De Soto, sont tous deux des politiciens proches de Fujimori qui, dans d’autres circonstances, n’auraient pas rivalisé avec le clan Fujimori. Mais la légitimité déclinante du fujimorisme – considéré comme le porte-étendard de la corruption institutionnelle et de l’impasse politique depuis sa position au Congrès – s’inscrit dans une crise plus large de la représentation au Pérou, où les partis politiques mercantiles et les alliances éphémères entre partis sont la norme.

Même en cas de défaite, et avec une fragmentation sans précédent des partis au Congrès, l’establishment politique dans son ensemble et le secteur conservateur en particulier détiendront toujours la majorité des sièges législatifs. Dans un système semi-présidentiel où le pouvoir vacille entre le parlement et l’exécutif, M. Castillo devra faire face à une importante bataille pour promouvoir son programme réformiste, dont le principal objet est l’appel à une Assemblée constituante pour une nouvelle constitution. De plus, au moment où nous écrivons ces lignes, le Congrès a convoqué une session express pour adopter une réforme constitutionnelle qui supprimerait la « cuestión de confianza » – le recours dont dispose l’exécutif pour dissoudre le Congrès si celui-ci émet deux votes de défiance sur un projet de loi d’importance nationale.

Le Congrès péruvien est l’organe législatif national dont la cote de désapprobation du public est la plus élevée de toute l’Amérique latine. En fait, on pourrait dire que l’institution elle-même est la pointe de l’iceberg de ce qu’Antonio Gramsci appelait une « crise organique » : des niveaux systémiques de dysfonctionnement affectant tous les niveaux de la société.

Les récents mouvements de protestation ont en effet pris la corruption du Congrès pour cible principale, donnant même à l’ancien président Martín Vizcarra le mandat populaire de dissoudre le corps législatif obstructionniste. Mais l’irruption soudaine d’une figure nationale comme Castillo pourrait suffire à pousser les tendances apolitiques latentes du sentiment anticorruption vers une remise en question plus systémique du modèle politique du pays, en reliant les points entre les industries extractives privatisées, les marchés déréglementés et le copinage généralisé.

Une alliance gouvernementale de gauche ?

Après des craintes initiales, le Perú Libre de Castillo et le Nuevo Perú de Mendoza ont forgé une alliance électorale vitale qui s’est avérée fructueuse lors de la campagne. Puisant dans le cercle restreint de Mendoza, Castillo a pu, dans la dernière ligne droite de la campagne, présenter un programme de gouvernement plus solide et annoncer une équipe d’experts politiques accomplis.

Il reste à voir si cette alliance électorale peut être transposée dans une administration de gauche unifiée. M. Castillo aura besoin du soutien du Nuevo Perú de Mendoza et d’autres partis de gauche non seulement pour assembler son administration et élargir sa base politique, mais aussi pour l’aider à former un bloc de vote progressiste au Congrès.

L’une des figures clés de l’entourage de Castillo, tant sur le terrain de la campagne que dans le futur gouvernement, est Pedro Francke, ancien économiste de la Banque mondiale et conseiller de Mendoza, qui a largement contribué à adoucir les points de discussion du futur président en matière d’économie politique. Tout en encourageant la protection de l’industrie nationale, la réactivation de l’économie par des investissements publics ciblés et la renégociation des concessions minières, M. Francke a également indiqué clairement qu’un gouvernement Castillo ne nationalisera pas les industries, la banque nationale indépendante ou ne s’engagera pas dans un contrôle des prix ou de la monnaie.

Si le programme économique réformateur de M. Francke a porté ses fruits lors de la campagne, il pourrait également mettre M. Castillo en porte-à-faux avec le chef de son propre parti, Vladimir Cerrón. La relation de Castillo avec Perú Libre est délicate depuis qu’il a pris la décision de se distancer de certaines des positions les plus radicales de la plate-forme du parti ; cependant, Castillo devra conserver leur soutien s’il espère avoir une chance de poursuivre son programme législatif au Congrès, où Perú Libre a le plus grand bloc de sièges.

Nous verrons bientôt quel type d’équilibre Castillo trouvera, entre le programme plus radical de Perú Libre ou les avancées réformatrices de Francke et d’autres experts du cercle de Mendoza. Une évaluation sobre du terrain politique commencerait par reconnaître que le programme de campagne modéré présenté par Castillo a juste suffi à convaincre certains électeurs anti-Fujimori qu’il n’est pas un extrémiste – ce qui revient à dire qu’ils ne soutiennent pas nécessairement le programme lui-même.

Plus important encore, M. Castillo a encore un long chemin à parcourir pour consolider le pouvoir. Les tâches en suspens, comme la mise en place d’une véritable infrastructure de parti avec une participation de masse, devraient figurer en tête de l’ordre du jour. De même, la stabilisation de l’économie et la réactivation de la croissance seront essentielles pour les promesses de campagne de M. Castillo, à savoir la stimulation de l’emploi et l’augmentation des dépenses dans les services publics tels que l’éducation et la santé. Mais la mesure dans laquelle un gouvernement Castillo pourra mettre en œuvre un programme économique radical dépendra dans une large mesure de la mesure dans laquelle la société péruvienne elle-même sera prête à le suivre.

Comme Mike Davis et d’autres l’ont affirmé, le Pérou a été le berceau du « populisme néolibéral » sous Alberto Fujimori. Quoi qu’il en soit, le fait que cette version d’extrême droite du néolibéralisme – et l’héritière politique de Fujimori – ait reçu un coup décisif d’un gauchiste déclaré est un triomphe qui mérite d’être célébré.

Lire l’article en anglais sur Jacobin

Dans le même dossier

Les vidéos