dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Le premier discours de Lula après la victoire électorale

Le dimanche 30 octobre 2022, Lula a remporté l'élection présidentielle brésilienne. Il a prononcé un discours à Sao Paulo devant des centaines de milliers de personnes, réunies pour célébrer leur joie et leur soulagement après quatre années de mandat du président d'extrême droite Bolsonaro. Un discours unitaire sur la démocratie, le partage des richesses et la paix, dont nous vous en proposons la traduction.

Mes amis,

Nous sommes arrivés à la fin de l’une des élections les plus importantes de notre histoire. Une élection qui a mis face à face deux projets opposés de pays, et qui a aujourd’hui un seul et grand gagnant : le peuple brésilien.

Ce n’est pas une victoire pour moi, ni pour le PT, ni pour les partis qui m’ont soutenu dans cette campagne. C’est la victoire d’un immense mouvement démocratique qui s’est formé, au-dessus des partis politiques, des intérêts personnels et des idéologies, pour que la démocratie triomphe.
En ce 30 octobre historique, la majorité du peuple brésilien a clairement indiqué qu’elle voulait plus, pas moins de démocratie.
Il veut plus, pas moins d’inclusion sociale et d’opportunités pour tous. Il veut plus, pas moins de respect et de compréhension parmi les Brésiliens. Bref, il veut plus, pas moins, de liberté, d’égalité et de fraternité dans notre pays.
Le peuple brésilien a démontré aujourd’hui qu’il veut plus que l’exercice du droit sacré de choisir qui gouvernera sa vie. Il veut participer activement aux décisions gouvernementales.
Le peuple brésilien a montré aujourd’hui qu’il veut plus que le droit de manifester, qu’il a faim, qu’il n’y a pas de travail, que son salaire est insuffisant pour vivre dignement, qu’il n’a pas accès à la santé et à l’éducation, qu’il lui manque un toit pour vivre et élever ses enfants en sécurité, qu’il n’y a aucune perspective d’avenir.
Le peuple brésilien veut bien vivre, bien manger et bien se loger. Il veut un bon travail, un salaire qui se réajuste toujours au-dessus de l’inflation, il veut avoir la santé publique et une éducation de qualité.
Il veut la liberté religieuse. Il veut des livres au lieu d’armes à feu. Il veut aller au théâtre, voir des films, avoir accès à tous les biens culturels, parce que la culture nourrit notre âme.

Le peuple brésilien veut retrouver l’espoir.

C’est ainsi que je conçois la démocratie. Non seulement comme une belle parole inscrite dans la Loi, mais comme quelque chose de palpable, que nous sentons sur la peau, et que nous pouvons construire au quotidien.
C’est cette démocratie, au sens le plus large du terme,
que le peuple brésilien a élue aujourd’hui dans les urnes. C’est avec cette démocratie – réelle, concrète – que nous nous sommes engagés tout au long de notre campagne.
Et c’est cette démocratie que nous chercherons à construire chaque jour de notre gouvernement. Avec une croissance économique partagée par l’ensemble de la population, car c’est ainsi que l’économie doit fonctionner, comme un instrument pour améliorer la vie de tous, pas pour perpétuer les inégalités.
La roue de l’économie va tourner à nouveau, avec la création d’emplois, la revalorisation des salaires et la renégociation de la dette des familles qui ont perdu leur pouvoir d’achat.
La roue de l’économie tournera à nouveau avec les pauvres dans le cadre du budget. Avec un soutien aux petits et moyens producteurs ruraux, responsables de 70% de la nourriture qui arrive sur nos tables.
Avec toutes les incitations possibles aux micro et petits entrepreneurs, pour mettre leur extraordinaire potentiel créatif au service du développement du pays.
Il faut aller plus loin. Renforcer les politiques de lutte contre la violence à l’égard des femmes et veiller à ce qu’elles gagnent le même salaire que les hommes dans l’exercice de fonctions égales.
Lutter sans relâche contre le racisme, les préjugés et la discrimination, afin que les Blancs, les Noirs et les Peuples autochtones aient les mêmes droits et opportunités.
Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons construire un pays pour tous. Un Brésil égalitaire, dont la priorité est celle des personnes qui en ont le plus besoin.
Un Brésil avec la paix, la démocratie et les opportunités.

Mes amis,

À compter du 1er janvier 2023, je gouvernerai pour 215 millions de Brésiliens, pas seulement ceux qui ont voté pour moi. Il n’y a pas deux Brésil. Nous sommes un pays, un peuple, une grande nation.
Personne ne veut vivre dans une famille où règne la discorde. Il est temps de réunir les familles, de reconstruire les liens d’amitié brisés par la propagation criminelle de la haine.
Personne ne veut vivre dans un pays divisé, dans un état de guerre permanent.
Ce pays a besoin de paix et d’unité. Ces gens ne veulent plus se battre. Ces gens sont fatigués de voir dans l’autre un ennemi à craindre ou à détruire.
Il est temps de déposer les armes qui n’auraient jamais dû être brandies. Les armes à feu tuent. Et nous choisissons la vie.

Le défi est immense. Il est nécessaire de reconstruire ce pays dans toutes ses dimensions. Politique, économique, internationale, dans l’harmonie institutionnelle et dans le soin de ceux qui en ont le plus besoin.

Il est nécessaire de reconstruire l’âme même de ce pays. Retrouver la générosité, la solidarité, le respect des différences et l’amour du prochain.
Ramener la joie d’être brésilien et la fierté que nous avons toujours eue dans le vert-jaune et le drapeau de notre pays. Ce vert-jaune et ce drapeau qui n’appartient à personne, sauf au peuple brésilien.

Notre engagement le plus urgent est d’éliminer à nouveau la faim. Nous ne pouvons pas accepter que des millions d’hommes, de femmes et d’enfants dans ce pays n’aient rien à manger ou qu’ils consomment moins de calories et de protéines.
Si nous sommes le troisième producteur mondial d’aliments et le premier en protéines animales, si nous disposons de la technologie et d’une immensité de terres arables, si nous sommes en mesure d’exporter dans le monde entier, nous avons le devoir de veiller à ce que chaque Brésilien puisse prendre son petit-déjeuner, son déjeuner et son dîner tous les jours.
Ce sera, encore une fois, l’engagement numéro un de notre gouvernement.

Nous ne pouvons pas accepter que des familles entières soient forcées de dormir dans la rue, exposées au froid, à la pluie et à la violence.
Par conséquent, nous reprendrons « Minha Casa Minha Vida » (ma maison, ma vie), avec une priorité pour les familles à faible revenu, et récupérerons les programmes d’inclusion qui ont sorti 36 millions de Brésiliens de l’extrême pauvreté.

Le Brésil ne peut plus vivre avec cet immense fossé sans fond, ce mur de ciment et d’inégalité qui divise le Brésil en parties inégales.
En plus de lutter contre l’extrême pauvreté et la faim, nous rétablirons le dialogue dans ce pays.
Il est nécessaire de reprendre le dialogue avec les pouvoirs législatif et judiciaire. Sans tentatives d’outrepasser leurs attributions, d’intervenir, de contrôler, de coopter, mais en cherchant à reconstruire la coexistence harmonieuse et républicaine entre les trois puissances.
La normalité démocratique est inscrite dans la Constitution. C’est ce qui établit les droits et les obligations de chaque pouvoir, de chaque institution, des forces armées et de chacun d’entre nous.
La Constitution régit notre existence collective, et personne, absolument personne, n’est au-dessus d’elle, personne n’a le droit de l’ignorer ou de la contester.
Il est également plus qu’urgent de reprendre le dialogue entre le peuple et le gouvernement.
Revenons donc aux conférences nationales. Pour que les intervenants choisissent leurs priorités et présentent au gouvernement des suggestions de politiques publiques dans chaque domaine : éducation, santé, sécurité, droits des femmes, égalité raciale, jeunesse, logement et bien d’autres.
Reprenons le dialogue avec les gouverneurs et les maires, pour définir ensemble les travaux prioritaires pour chaque population.
Peu importe à quel parti appartiennent le gouverneur et le maire. Notre engagement sera toujours d’améliorer la vie de la population de chaque État, de chaque municipalité de ce pays.
Nous rétablirons également le dialogue entre le gouvernement, les employeurs, les travailleurs et la société civile organisée, avec le retour du Conseil de développement économique et social.
En d’autres termes, les grandes décisions politiques qui ont un impact sur la vie de 215 millions de Brésiliens ne seront pas prises en secret, en pleine nuit, mais après un large dialogue avec la société.
Je crois que les principaux problèmes du Brésil, du monde, de l’être humain, peuvent être résolus par le dialogue, et non par la force brute.
Que personne ne doute de la puissance de la parole lorsqu’il s’agit de rechercher la compréhension et le bien commun.

Mes amis,

Dans mes voyages internationaux et dans les contacts que j’ai eus avec des dirigeants de différents pays, ce que j’entends le plus, c’est que le Brésil manque au monde.
Nostalgie de ce Brésil souverain, qui parlait sur un pied d’égalité avec les pays les plus riches et les plus puissants. Et en même temps, il a contribué au développement des pays les plus pauvres.
Ce Brésil qui a soutenu le développement des pays africains par la coopération, l’investissement et le transfert de technologie.
Ce Brésil qui a travaillé pour l’intégration de l’Amérique du Sud, de l’Amérique latine et des Caraïbes, ce qui a renforcé le Mercosur, et a contribué à la création du G-20, de l’Unasur, de la CELAC et des BRICS.
Aujourd’hui, nous disons au monde que le Brésil est de retour. Que le Brésil est trop grand pour être relégué à ce triste rôle de paria du monde.
Nous retrouverons la crédibilité, la prévisibilité et la stabilité du pays, afin que les investisseurs, nationaux et étrangers, puissent retrouver de la confiance. Pour qu’ils cessent de voir notre pays comme une source immédiate et prédatrice de profits, et deviennent nos partenaires dans la reprise de la croissance économique avec l’inclusion sociale et la durabilité environnementale.
Nous voulons un commerce international plus équitable. Reprendre nos partenariats avec les États-Unis et l’Union européenne sur de nouvelles bases. Nous ne sommes pas intéressés par les accords commerciaux qui condamnent notre pays au rôle éternel d’exportateur de produits de base et de matières premières.
Réindustrialisons le Brésil, investissons dans l’économie verte et numérique, soutenons la créativité de nos entrepreneurs. Nous voulons aussi exporter des connaissances.
Nous nous battrons une fois de plus pour une nouvelle gouvernance mondiale, avec l’inclusion d’un plus grand nombre de pays au Conseil de sécurité de l’ONU et la fin du droit de veto, qui nuit à l’équilibre entre les nations.
Nous sommes prêts à nous réengager dans la lutte contre la faim et les inégalités dans le monde, ainsi que dans les efforts visant à promouvoir la paix entre les peuples.

Le Brésil est prêt à reprendre son rôle de chef de file dans la lutte contre la crise climatique, en protégeant tous nos biomes, en particulier la forêt amazonienne.
Dans notre gouvernement, nous avons réussi à réduire la déforestation en Amazonie de 80%, réduisant considérablement les émissions de gaz qui causent le réchauffement climatique.
Maintenant, luttons pour zéro déforestation en Amazonie.
Le Brésil et la planète ont besoin d’une Amazonie vivante. Un arbre sur pied vaut plus que des tonnes de bois abattues illégalement par ceux qui ne pensent qu’au profit facile, au prix de la détérioration de la vie sur Terre.
Une rivière d’eau claire vaut beaucoup plus que tout l’or extrait au détriment du mercure qui tue la faune et met en danger la vie humaine.
Lorsqu’un enfant indigène est tué par la cupidité des prédateurs environnementaux, une partie de l’humanité meurt avec lui.
Par conséquent, nous reprendrons le suivi et la surveillance de l’Amazonie et combattrons toutes les activités illégales, qu’il s’agisse d’exploitation minière, d’exploitation forestière ou d’occupation agricole inappropriée.
Dans le même temps, nous promouvrons le développement durable des communautés vivant dans la région amazonienne. Montrons une fois de plus qu’il est possible de générer de la richesse sans détruire l’environnement.
Nous sommes ouverts à la coopération internationale pour préserver l’Amazonie, que ce soit sous forme d’investissement ou de recherche scientifique. Mais toujours sous la direction du Brésil, sans jamais renoncer à notre souveraineté
Nous sommes attachés aux peuples autochtones, aux autres peuples des forêts et à la biodiversité. Nous voulons une pacification de l’environnement.
Nous ne sommes pas intéressés par une guerre pour l’environnement, mais nous sommes prêts à le défendre contre toute menace.

Mes amis,

Le nouveau Brésil que nous construirons à partir du 1er janvier n’intéresse pas seulement le peuple brésilien, mais tous ceux qui œuvrent pour la paix, la solidarité et la fraternité, partout dans le monde.
Mercredi dernier, le pape François a envoyé un message important au Brésil, priant pour que le peuple brésilien soit libéré de la haine, de l’intolérance et de la violence.
Je veux dire que nous voulons la même chose et que nous travaillerons sans relâche pour un Brésil où l’amour l’emporte sur la haine, où la vérité l’emporte sur les mensonges et où l’espoir est plus grand que la peur.
Chaque jour de ma vie, je me souviens du plus grand enseignement de Jésus-Christ, qui est l’amour du prochain. Par conséquent, je crois que la vertu la plus importante d’un bon dirigeant sera toujours l’amour, pour son pays et pour son peuple.
Dans la mesure où cela dépend de nous, il ne manquera pas d’amour dans ce pays. Nous prendrons grand soin du Brésil et du peuple brésilien. Nous vivrons dans une époque nouvelle. De paix, d’amour et d’espérance.
Une époque où le peuple brésilien a le droit de rêver à nouveau. Et les opportunités de réaliser ce dont vous rêvez.
À cette fin, j’invite tous les Brésiliens, quel que soit le candidat pour lequel ils ont voté lors de cette élection. Plus que jamais, nous parcourons le Brésil ensemble, en regardant ce qui nous unit, plutôt que ce qui nous différencie.

Je connais l’ampleur de la mission que l’histoire me réserve, et je sais que je ne pourrai pas l’accomplir seul. J’aurai besoin de tout le monde : les partis politiques, les travailleurs, les hommes d’affaires, les parlementaires, les gouverneurs, les maires, les gens de toutes confessions. Des Brésiliens qui rêvent d’un Brésil plus développé, plus juste et plus fraternel.
Je répète ce que j’ai dit tout au long de la campagne. Ce qui n’a jamais été une simple promesse d’un candidat, mais une profession de foi, un engagement pour la vie : le Brésil a un moyen. Tous ensemble, nous pouvons réparer ce pays et construire un Brésil de la taille de nos rêves, avec des opportunités pour en faire une réalité.

Une fois de plus, je renouvelle ma gratitude éternelle au peuple brésilien. Un gros câlin, et que Dieu bénisse notre chemin.

Dans le même dossier

Les vidéos

Partagez !

Marina Mesure

Syndicalisme international

Marina Mesure is a specialist of social issues. She has worked for several years with organizations defending workers’ rights such as the European Federation of Building and Wood Workers.

She has campaigned against child labor with the International Labor Organization, against social dumping and the criminalization of unionism. As a famous figure in the international trade union world, she considers that the principle of “equal work, equal pay « remain revolutionary: between women and men, between posted and domestic workers, between foreigners and nationals ».

Marina Mesure, especialista en asuntos sociales, ha trabajado durante varios años con organizaciones de derechos de los trabajadores como la Federación Europea de Trabajadores de la Construcción y la Madera.

Llevo varias campañas contra el trabajo infantil con la Organización Internacional del Trabajo, contra el dumping social, y la criminalización del sindicalismo. Es una figura reconocida en el mundo sindical internacional. Considera que el principio de « igual trabajo, igual salario » sigue siendo revolucionario: entre mujeres y hombres, entre trabajadores desplazados y domésticos, entre extranjeros y nacionales « .

Spécialiste des questions sociales, Marina Mesure travaille depuis plusieurs années auprès d’organisations de défense des droits des travailleurs comme la Fédération Européenne des travailleurs du Bâtiment et du Bois.

Elle a mené des campagnes contre le travail des enfants avec l’Organisation internationale du travail, contre le dumping social, la criminalisation du syndicalisme. Figure reconnue dans le monde syndical international, elle considère que le principe de « travail égal, salaire égal » est toujours aussi révolutionnaire : entre les femmes et les hommes, entre les travailleurs détachés et domestiques, entre étrangers et nationaux ».

Sophia Chikirou

Directrice de la publication

Sophia Chikirou is the publisher of Le Monde en commun. Columnist, director of a documentary on the lawfare, she also founded several media such as Le Média TV and the web radio Les Jours Heureux.

Communications advisor and political activist, she has worked and campaigned in several countries. From Ecuador to Spain, via the United States, Mexico, Colombia, but also Mauritania, she has intervened with progressive and humanist movements during presidential or legislative campaigns.

In 2007, she published Ma France laïque (La Martinière Editions).

Sophia Chikirou es directora de la publicación de Le Monde en commun. Columnista, directora de un documental sobre el lawfare, también fundó varios medios de comunicación tal como Le Média TV y la radio web Les Jours Heureux.

Asesora de comunicacion y activista política, ha trabajado y realizado campañas en varios países. Desde Ecuador hasta España, pasando por Estados Unidos, México, Colombia, pero también Mauritania, intervino con movimientos progresistas y humanistas durante campañas presidenciales o legislativas.

En 2007, publicó Ma France laïque por Edicion La Martinière.

Sophia Chikirou est directrice de la publication du Monde en commun. Editorialiste, réalisatrice d’un documentaire sur le lawfare, elle a aussi fondé plusieurs médias comme Le Média TV et la web radio Les Jours Heureux.

Conseillère en communication et militante politique, elle a exercé et milité dans plusieurs pays. De l’Equateur à l’Espagne, en passant par les Etats-Unis, le Mexique, la Colombie, mais aussi la Mauritanie, elle est intervenue auprès de mouvements progressistes et humanistes lors de campagnes présidentielles ou législatives.

En 2007, elle publiait Ma France laïque aux éditions La Martinière.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.