dossier

Les luttes syndicales

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Construire des coopérations internationalistes : le modèle du syndicalisme international

Pour qu’une société humaine puisse perdurer elle doit avoir pour projet la coopération entre ses membres. Pourtant la mondialisation de la production et des échanges s’est largement développée sur la mise en concurrence des travailleurs et les normes qui les protègent. Elle transforme les équilibres sociaux-économiques et les modes de régulations en affaiblissant considérablement les États.

lire la suite >

 

l'article

Latécoère : les employées tunisiennes dénoncent des licenciements ciblés

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

En Tunisie, la filiale de l’équipementier aéronautique a fait payer la crise sanitaire aux travailleuses en décidant de supprimer plus de 400 postes sur 863. Les ex-employées se mobilisent et ont lancé le mois dernier une procédure aux prud’hommes, accusant Latécoère d’avoir ciblé les licenciements, la plupart des concernées étant des ouvrières expérimentées et connues pour défendre leurs droits. 

En temps de crise, les entreprises cherchent à maximiser les profits en diminuant les coûts de production. Et comme toujours, ce sont les employés qui paient l’addition. Le sous-traitant aéronautique de Latécoère, initialement implanté à Toulouse et qui a délocalisé une partie de sa production à partir des années 2000, ne fait pas exception : alors que la crise sanitaire et économique a fait chuter son chiffre d’affaires de 42% en 2020, l’entreprise a annoncé des plans de licenciements en France, au Brésil, en République Tchèque et en Tunisie, pays le plus touché avec 407 suppressions de postes (en majorité des femmes, car embauchées par le patronat dans les travails dits « fins » comme le câblage), sur les 1000 annoncés dans le monde. 

Le 19 février 2021, les femmes licenciées par Latécoère ont expliqué dans plusieurs vidéos faites en français (pour faire connaître leur combat dans la région de la maison-mère) comment la direction du sous-traitant et les syndicats les ont « arnaquées » : près de 400 personnes ont été licenciées, mais elles ont constaté que l’entreprise postait des annonces d’embauche, que des travaux d’extension de bâtiment se poursuivent sur le site de Mghira, que les délégués du syndicat UGTT (dont elles ont dénoncé la corruption en février) ont négocié des primes plus importantes pour eux, et que le plan de licenciement a surtout touché des employées expérimentées, ou en congé maternité. Pour elles, Latécoère a profité de la situation pour se débarrasser de salariées ciblées. 

Les travailleuses ont donc saisi les prud’hommes pour être réembauchées ou obtenir des primes de départ plus élevées. Pour le moment la direction de l’entreprise à Toulouse reste muette, et les appels récurrents à la police locale pour déloger les manifestantes à Tunis en disent long : la direction tunisienne refuse tout dialogue. 

Dans le même dossier

Les vidéos