Cet article fait partie du dossier La fin du libéralisme

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Texte de référence à venir…

La Chine, premier partenaire économique de l’Allemagne.

La Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Allemagne, détrônant la France. La fin d'une illusion : l'Allemagne instrumentalise l'Union européenne pour asseoir sa domination et tirer profit de l'ordolibéralisme qu'elle impose comme doctrine pour les 27 membres de l'Union européenne.

Cette analyse a été publiée le 30 mai 2018 sous le titre "l'adieu à l'Allemagne".

Je me suis déclaré de longue main pour une coopération privilégiée avec la Chine. Cela fut fait dès mon premier livre écrit comme un manifeste politique en 2010 : Qu’ils s’en aillent tous ! Cela fut reçu comme une révélation d’une facette noire de mon personnage réputé dès lors insensible aux souffrances du Dalaï Lama et même des Ouïghours. Un journaliste dont j’ai oublié le nom sur une chaîne dont j’ai oublié le nom aussi m’interpella : « vos amis chinois… ». À la remorque de Robert Ménard et des héros de « Reporter sans frontières », après qu’aient été agressés les athlètes chinois de passage à Paris avec la flamme olympique, les responsables français défilaient pour se faire remettre des écharpes blanches par le saint homme tibétain. Nul ne se souciait des conséquences sur les autorités chinoises de cette sympathie pour un homme qui réclamait à l’époque le quart du territoire de la Chine et la mise à l’écart des cent millions de personnes qui se trouvent sur le territoire du « Tibet historique ».

Pendant ce temps, foin d’écharpe et de simagrées en Allemagne. Les responsables allaient et venaient entre Berlin et Pékin, nouaient des accords, se passaient des commandes mutuelles. Dans les crises commerciales, Allemands et Chinois se sont épaulés. Et pour cela, les Allemands ont agi dans le dos et sur le dos des autres pays d’Europe, comme dans l’affaire des panneaux solaires. Au fil du temps, l’Allemagne a réussi à faire pour elle ce que je souhaitais pour nous. Un partenariat privilégié avec la Chine, c’est-à-dire avec un immense marché en plein dynamisme.

Et maintenant voici l’heure des comptes. « Pour la seconde année consécutive, la République populaire de Chine est le premier partenaire économique » de l’Allemagne note l’INSEE allemand. Pourtant, de 1975 à 2014, c’est la France qui occupait cette position par rapport à l’Allemagne. Jusqu’en 2016 elle était seconde.

La fin du « couple franco-allemand » est dans ce nouvel ordre des choses. La dépendance mutuelle d’hier n’existe plus. Les Allemands ont pris le large grâce à la politique du libre-échange, au dumping social dont ils ont profité sur le dos des pays de l’Est et à l’infinie naïveté des Français. Lesquels sont devenus pourtant le deuxième marché d’exportation des Allemands. Sur les 169 milliards d’euros d’échanges entre les deux pays, 105 milliards sont des exportations allemandes en France ! Les deux tiers du commerce mutuel est donc en leur faveur. Et ce déficit représente la moitié de tout le déficit extérieur de notre pays. Si l’on ôte de ce compte la part du pétrole et du gaz, on peut dire que l’économie allemande écrase celle de la France de tout son poids.

Mais la France n’est pas seule en cause dans cette nouvelle situation de domination allemande. Le cas chinois est emblématique.

D’une façon générale, l’Allemagne décroche de l’Europe.

Depuis le lancement de l’euro la part des produits de la zone euro dans les achats de l’Allemagne est tombé à 36%. Dix points de moins depuis le lancement de la monnaie unique ! Et dans le même temps, les achats allemands en Europe ont baissé d’autant depuis l’euro. Cette situation rend l’Allemagne de plus en plus autonome vis-à-vis de l’activité économique de l’Union et des pays qui la composent. De plus en plus indépendante.

Ce n’est ni un hasard de situation ni un imprévu de l’action allemande. L’Allemagne a accumulé des excédents commerciaux énormes, sur le dos de ses partenaires européens. Ils n’ont jamais été sanctionnés comme le prévoient pourtant les traités européens. Mais ces excédents qui étaient essentiellement placés dans les pays européens jusqu’à la fin de l’année 2009 sont dorénavant placés en dehors d’Europe. Pourquoi ? Manque-t-on de besoins ou de placements à faire sur le vieux continent ? Non, bien sûr. A Berlin, un projet non européen est à l’œuvre. L’Allemagne accumule de la puissance en étranglant une économie européenne dont elle dépend de moins en moins.

Les stratèges à l’action sont-ils ceux qui déjà plaidaient pour une sortie de l’euro des allemands ou bien pour un euro du nord et un autre du sud ? Sait-on que ce débat a eu lieu en partie publiquement du temps où monsieur Schaüble était le ministre de l’Économie Outre-Rhin ? Car une fois l’Europe de l’Est bien en main comme c’est le cas aujourd’hui avec des pays entiers où il ne reste plus une usine qui ne soit pas allemande, à quoi bon le reste ? Une zone du mark fort n’est-elle pas plus avantageuse que la prise de risques de banqueroute avec l’un des pays du sud ?

Ma conviction est faite

Pour moi, le principal problème de l’Europe est la politique du gouvernement allemand.

L’ordolibéralisme qui est sa doctrine est le nom de la politique qui convient aux intérêts du capitalisme allemand, à son besoin de dominer et à la structure de la société allemande actuelle quant à la pyramide des âges. Mais bien sûr on ne peut en discuter. La question ne peut même pas être évoquée. L’Allemagne est l’impensé de la politique française qui ne peut faire mieux qu’une mièvrerie désuète comme ces arpèges sur le prétendu « couple » franco-allemand. Tout regard critique est de la germanophobie. Toute volonté de rééquilibrage revient à vouloir la guerre avec l’Allemagne. Ces couplets m’ont été servis jusque par des gentils animateurs de la petite gauche pour qui le capitalisme est une abstraction non hiérarchisée et l’internationalisme un refus par principe de penser la Nation dans une stratégie révolutionnaire. Même sous le portrait du Che qui lui criait sans problème « la patrie ou la mort ».

(Pour écrire cette note j’ai emprunté les chiffres et les constats à un article de Jean-Pierre Robin dans les pages saumon du Figaro dont la conclusion est aussi inquiète que la mienne.)

Dans le même dossier

Sans réelle opposition et ultra favori pour l’investiture du Parti conservateur américain, Donald Trump a largement remporté le Caucus en Iowa. L’élection américaine aura lieu le 5 novembre prochain et déjà, les observateurs demandent à Biden de muscler le…

Partagez !

Marina Mesure

Syndicalisme international

Marina Mesure is a specialist of social issues. She has worked for several years with organizations defending workers’ rights such as the European Federation of Building and Wood Workers.

She has campaigned against child labor with the International Labor Organization, against social dumping and the criminalization of unionism. As a famous figure in the international trade union world, she considers that the principle of “equal work, equal pay « remain revolutionary: between women and men, between posted and domestic workers, between foreigners and nationals ».

Marina Mesure, especialista en asuntos sociales, ha trabajado durante varios años con organizaciones de derechos de los trabajadores como la Federación Europea de Trabajadores de la Construcción y la Madera.

Llevo varias campañas contra el trabajo infantil con la Organización Internacional del Trabajo, contra el dumping social, y la criminalización del sindicalismo. Es una figura reconocida en el mundo sindical internacional. Considera que el principio de « igual trabajo, igual salario » sigue siendo revolucionario: entre mujeres y hombres, entre trabajadores desplazados y domésticos, entre extranjeros y nacionales « .

Spécialiste des questions sociales, Marina Mesure travaille depuis plusieurs années auprès d’organisations de défense des droits des travailleurs comme la Fédération Européenne des travailleurs du Bâtiment et du Bois.

Elle a mené des campagnes contre le travail des enfants avec l’Organisation internationale du travail, contre le dumping social, la criminalisation du syndicalisme. Figure reconnue dans le monde syndical international, elle considère que le principe de « travail égal, salaire égal » est toujours aussi révolutionnaire : entre les femmes et les hommes, entre les travailleurs détachés et domestiques, entre étrangers et nationaux ».

Sophia Chikirou

Directrice de la publication

Sophia Chikirou is the publisher of Le Monde en commun. Columnist, director of a documentary on the lawfare, she also founded several media such as Le Média TV and the web radio Les Jours Heureux.

Communications advisor and political activist, she has worked and campaigned in several countries. From Ecuador to Spain, via the United States, Mexico, Colombia, but also Mauritania, she has intervened with progressive and humanist movements during presidential or legislative campaigns.

In 2007, she published Ma France laïque (La Martinière Editions).

Sophia Chikirou es directora de la publicación de Le Monde en commun. Columnista, directora de un documental sobre el lawfare, también fundó varios medios de comunicación tal como Le Média TV y la radio web Les Jours Heureux.

Asesora de comunicacion y activista política, ha trabajado y realizado campañas en varios países. Desde Ecuador hasta España, pasando por Estados Unidos, México, Colombia, pero también Mauritania, intervino con movimientos progresistas y humanistas durante campañas presidenciales o legislativas.

En 2007, publicó Ma France laïque por Edicion La Martinière.

Sophia Chikirou est directrice de la publication du Monde en commun. Editorialiste, réalisatrice d’un documentaire sur le lawfare, elle a aussi fondé plusieurs médias comme Le Média TV et la web radio Les Jours Heureux.

Conseillère en communication et militante politique, elle a exercé et milité dans plusieurs pays. De l’Equateur à l’Espagne, en passant par les Etats-Unis, le Mexique, la Colombie, mais aussi la Mauritanie, elle est intervenue auprès de mouvements progressistes et humanistes lors de campagnes présidentielles ou législatives.

En 2007, elle publiait Ma France laïque aux éditions La Martinière.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.