dossier

La Paix

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

Kaboul : un attentat contre une école de filles fait 50 morts

Samedi 8 mai dans un quartier de Kaboul majoritairement peuplé par des chiites hazaras, une voiture piégée et deux bombes ont explosé devant l’école pour filles Sayed Al-Shuhada faisant plus de 60 morts et une centaine de blessés. La plupart des victimes sont des élèves. Des attentats survenus au moment où le ramadan touche à sa fin et que les forces américaines accélèrent leur retrait du pays déchiré par 20 ans de conflit.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La minorité hazara est une communauté chiite qui représente 20% de la population en Afghanistan et qui subit des exactions depuis des siècles. Une longue histoire de persécutions qui culminent depuis 2001 : après l’invasion américaine, les hazaras ont grandement participé à refondre l’administration et en particulier le système éducatif afghan. Ils passent pour les complices-suppléants des américains et du gouvernement de Kaboul et sont devenus la cible de groupes extrémistes sunnites, notamment l’Etat islamique.

Si l’attentat n’a pas été revendiqué, les autorités accusent les talibans d’en être à l’origine. En effet, ce massacre porte un double message : survenu dans un contexte d’accélération du retrait des troupes américaines, les Talibans regagnent chaque jour du terrain. Et ce n’est pas un hasard si l’attentat a essentiellement tué des jeunes écolières. Les filles qui vont à l’école représentent l’avenir de l’Afghanistan, la jeune génération qui souhaite s’émanciper et rendre son pays plus fort. S’attaquer à des enfants, c’est s’attaquer à l’avenir.

Dans le même dossier

Les vidéos