dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

Inde : l’Himalaya visible à 200km

Réduire les activités humaines permet aussi de réduire la pollution. Le confinement de la moitié des humains sur la planète le prouve.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le confinement et l’arrêt des activités urbaines ont produit quelques effets agréables : la pollution de l’air baisse au point que l’Himalaya est de nouveau visible à 200 km.

Cela ne s’était pas produit depuis 30 ans ! Les habitants de Jalandhar, une ville au nord de l’État du Pendjab ont diffusé de nombreuses images de l’Himalaya couvert de neige.

Le site demotivateur.fr confirme : « le confinement a bien permis à l’Inde de respirer. L’assemblée Centrale de Pollution de la République de l’Inde assure qu’il y a eu une « amélioration significative de la qualité de l’air ». Seulement à Delhi par exemple, la quantité de particules en suspension (PM10) a été réduite jusqu’à 44 % entre le 22 et 23 mars 2020, en comparaison avec la journée précédente selon les informations du comité de contrôle de la population. »

crédit @Deewalia

Dans le même dossier

Les vidéos