dossier

Les luttes syndicales

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Construire des coopérations internationalistes : le modèle du syndicalisme international

Pour qu’une société humaine puisse perdurer elle doit avoir pour projet la coopération entre ses membres. Pourtant la mondialisation de la production et des échanges s’est largement développée sur la mise en concurrence des travailleurs et les normes qui les protègent. Elle transforme les équilibres sociaux-économiques et les modes de régulations en affaiblissant considérablement les États.

lire la suite >

 

l'article

🛑 Inde : la lutte contre la déréglementation du secteur agricole a porté ses fruits !

Nous vous en avons parlé à plusieurs reprises... Jusqu'à 250 millions d'Indiens étaient mobilisés depuis le mois de janvier 2020, contre la dérégulation du secteur agricole. 2% de la population mondiale était en grève et la lutte a fini par payer. La Cour suprême indienne a décidé de suspendre les trois réformes à l'initiative du gouvernement dirigé par Narendra Modi.

Cet article a été publié par Sophie Chapelle sur Bastamag, le 13 janvier 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La Cour suprême indienne a suspendu le 11 janvier l’application des réformes agricoles à l’origine de la colère de millions d’agriculteurs. Alors que les principaux accès à New Delhi sont bloqués depuis le 26 novembre par des manifestations paysannes, le président de la Cour suprême, Sharad Arvind Bobde, a déclaré « suspendre l’application des trois lois agricoles jusqu’à nouvel ordre ». Cette réforme agricole avait été adoptée au Parlement en septembre 2020 et était aussitôt entrée en vigueur. Les textes concernés dérégulaient les relations entre producteurs et acheteurs, laissant notamment présager la fin prochaine des tarifs minimaux garantis par l’État.

« Cette grève de fin novembre est la plus grande grève de l’histoire du monde », souligne Jean-Joseph Boillot, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques, dans un entretien au Média. La grève générale du 26 novembre, lancée à l’appel d’une dizaine de syndicats et soutenue par toute l’opposition, aurait ainsi réuni près de 250 millions de personnes [1]. « Les revendications étaient assez radicales en comparaison des orientations actuelles du régime et couvraient aussi bien des allocations de revenu minimales de 7500 roupies par mois [moins de 100 euros], que l’extension des programmes spéciaux de garantie d’emplois, les droits à la retraite pour tous et le retrait de tous les projets de réformes en cours dont le marché du travail et l’agriculture », ajoute le chercheur.

Vous pouvez lire l’article en intégralité sur Bastamag

Dans le même dossier

Les vidéos