dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Donnez-nous un week-end de trois jours

Nous travaillons trop. Il est temps de changer cela : nous avons besoin d'une semaine de travail de quatre jours et d'un week-end de trois jours. Nous avons traduit cet article paru sur le site américain socialiste Jacobin et nous vous en proposons la lecture.

Le lancement, la semaine dernière, d’un programme pilote britannique sur la semaine de quatre jours s’inscrit dans la dynamique qui s’est développée au niveau mondial ces dernières années en faveur d’une semaine de travail plus courte, sans perte de salaire pour les employés.

Le projet pilote britannique se déroulera sur six mois, à partir de juin de cette année, parallèlement à des programmes pilotes coordonnés en Irlande et aux États-Unis. Ces essais seront basés sur le principe du modèle 100:80:100 – 100 % de la rémunération pour 80 % du temps, en échange d’un engagement à maintenir une productivité d’au moins 100 %.

À l’instar des nombreux employeurs qui appliquent déjà la semaine de quatre jours, les entreprises et organisations participantes devraient constater les avantages d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour les travailleurs et reconnaître les gains de productivité offerts. Elles seront également récompensées pour avoir été les pionnières du mouvement : après que l’Atom Bank soit devenue le plus grand employeur du Royaume-Uni à mettre en œuvre la semaine de quatre jours en novembre de l’année dernière, elle a enregistré une augmentation de 500 % des demandes d’emploi.

Les programmes pilotes sont organisés par 4 Day Week Global, en partenariat avec la campagne 4 Day Week UK, le principal groupe de réflexion Autonomy et des chercheurs de l’université de Cambridge, de l’université d’Oxford et du Boston College. L’évaluation formelle des essais sera essentielle à la constitution de preuves susceptibles d’éclairer la future politique gouvernementale en faveur d’une semaine de travail plus courte pour l’ensemble de la société. Après tout, l’objectif est que tous les travailleurs bénéficient d’une semaine de travail réduite, et pas seulement ceux qui ont la chance de travailler dans un secteur approprié et pour un employeur avant-gardiste.

Aucun pays n’a encore légiféré sur la semaine de quatre jours, il est donc évident que ces programmes pilotes sont nécessaires. Le Royaume-Uni a presque ouvert la voie. La promesse des travaillistes lors de l’élection de 2019 de réduire la semaine de travail à trente-deux heures en dix ans a été une étape importante – le premier grand parti politique d’une nation du G7 à s’engager à réduire fortement les heures de travail formelles en cent ans.

D’autres pays s’en rapprochent. En 2021, l’Islande a fait état d’un essai réussi de réduction de la semaine de travail dans son secteur public entre 2015 et 2019, qui s’est traduit par une augmentation de la productivité et du bien-être des travailleurs. L’Écosse consacre 10 millions de livres à un essai dans les mois à venir, dans le cadre de sa promesse de poursuivre une économie du bien-être. L’Espagne est également en train de concevoir un projet pilote pluriannuel pour les entreprises intéressées. Au Japon, le gouvernement a recommandé en 2021 aux entreprises de permettre à leurs travailleurs d’opter pour la semaine de quatre jours, le géant de l’électronique Panasonic étant récemment devenu l’une des plus grandes entreprises à le faire.

Tous ces progrès sont dus au fait que ces entreprises, organisations et gouvernements reconnaissent que la réduction du temps de travail présente de multiples avantages, en particulier dans cinq domaines clés.

Tout d’abord, une semaine de travail réduite permet aux travailleurs de consacrer plus de temps aux aspects non professionnels de la vie qui sont souvent négligés : le repos (à la fois le sommeil et les diverses formes de repos dont nous avons besoin lorsque nous sommes éveillés), les loisirs (qui peuvent aller du temps passé avec les amis et la famille à la poursuite de passe-temps et de projets passionnants) et l' »administration de la vie » (des tâches comme les courses, le nettoyage, la gestion des finances et les nombreux devoirs parentaux). Actuellement, nous sommes trop nombreux à passer un nombre excessif d’heures au travail chaque semaine, puis à entasser nos activités de repos, de loisirs et d’administration de la vie dans les quelques heures restantes, si nous ne sommes pas trop fatigués pour les faire.

Le deuxième avantage clé concerne les employeurs. Pour faire simple, un travailleur reposé est un meilleur travailleur. En 2019, le Health and Safety Executive a constaté que la plus grande cause d’absences maladie au travail était le stress lié au travail (54 %). À ce titre, une étude de la Henley Business School en 2019 a révélé qu’une semaine de quatre jours pourrait permettre aux entreprises britanniques d’économiser environ 104 milliards de livres sterling par an, car les travailleurs seraient plus heureux, moins stressés et prendraient moins de jours de congé maladie, et seraient donc plus productifs.

Troisièmement, des études montrent que la réduction de la semaine de travail stimulerait la productivité nationale, tout comme elle le ferait pour les entreprises et organisations individuelles. C’est aussi l’occasion de rééquilibrer l’emploi pour diminuer à la fois le nombre de personnes surchargées de travail et celui des chômeurs et des personnes sous-employées. Dans les industries dont les heures de travail dépassent le 9 à 5, il faudrait créer de nouveaux emplois pour compenser les heures réduites des travailleurs actuels. Une aide financière gouvernementale serait probablement nécessaire pour permettre ce rééquilibrage, mais les avantages liés à la diminution du chômage et du sous-emploi constitueraient un excellent retour sur investissement.

Quatrièmement, une semaine de travail réduite présente des avantages incalculables pour la société. Les soins de santé préventifs seraient stimulés, car les individus sont plus reposés et plus satisfaits de leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Ils peuvent passer plus de temps avec les membres de leur famille et leurs amis. La semaine de quatre jours offre également l’occasion d’améliorer l’égalité entre les sexes, car les hommes (62 % des travailleurs britanniques à temps plein) pourraient passer plus de temps à la maison pour aider aux différents types de travail non rémunéré qui incombent de manière disproportionnée aux femmes, comme les tâches ménagères et l’éducation des enfants.

Enfin, une semaine de travail plus courte est bénéfique pour l’environnement en réduisant les trajets quotidiens et les émissions de carbone qui y sont associées. La voiture reste le mode de déplacement le plus courant au Royaume-Uni, avec environ 58 % des travailleurs se rendant au travail en voiture chaque jour avant la pandémie de COVID-19. Les longues heures de travail sont également associées à des modes de consommation à forte teneur en carbone, car le manque de temps conduit à l’achat de produits pratiques tels que des repas emballés et transformés.

La semaine de cinq jours a remplacé la semaine de six jours il y a environ un siècle, le constructeur automobile américain Henry Ford ayant ouvert la voie dans ses usines en 1926. Trente ans plus tard, Richard Nixon, alors vice-président des États-Unis, promettait aux Américains qu’ils ne devraient plus travailler que quatre jours « dans un avenir pas trop lointain ». Pourtant, génération après génération, le temps de travail n’a guère diminué, voire pas du tout, malgré des gains de productivité substantiels dus principalement aux progrès technologiques.

Cependant, quelques jours après le lancement du programme pilote britannique, des centaines d’entreprises et d’organisations ont exprimé leur intérêt à y participer. Ce programme pilote devrait jouer un rôle important dans l’évolution du Royaume-Uni vers une semaine de travail de quatre jours. Il semble enfin que le changement arrive.

Dans le même dossier

Les vidéos