Éthiopie

Tous les articles

L’Éthiopie est ravagée depuis novembre 2020 par une guerre interne entre les « forces tigréennes » et l’armée de l’Etat fédéral. Ce conflit a fait près de 10 000 morts et 2 millions de déplacés. L’agriculture est sinistrée, et 10 millions de personnes dans une situation d’insécurité alimentaire. Les espoirs de cessez-le-feu apparus il y a quelques semaines se sont évaporés. Après avoir été en difficulté, l’armée fédérale a repris le dessus grâce à l’usage de drones. Et elle applique envers le Tigré un blocus de l’aide humanitaire qualifié d’« enfer » par le directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé. Comprendre les ressorts de ce conflit terrible dont toute l’Éthiopie sortira perdante implique un retour historique sur la formation de l’État dans ce pays stratégiquement situé de plus de 110 millions d’habitants, deuxième population du continent. C’est dans cet esprit que nous vous proposons une analyse engagée que nous a fait parvenir D. Yohannes-Yusuf, pseudonyme d’un docteur en sciences humaines et sociales, spécialiste de la Corne de l'Afrique.
Le spectre de la famine plane depuis plusieurs mois en Éthiopie dans la région du Tigré, plus de six mois après le début du conflit armé entre le gouvernement éthiopien dirigé par le premier ministre Abiy Ahmed et le Front de libération du peuple du Tigré (FLTP), le parti au pouvoir dans cette région du nord du pays.
À la fin du mois de novembre 2020, les troupes érythréennes ont massacré plusieurs centaines de civil non-armés dans la ville d'Axoum. Un meurtre de masse qui s'est déroulé en marge du conflit qui oppose le gouvernement fédéral éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré. Amnesty International a réussi à interviewer une quarantaine de survivants et retrace les étapes de cette journée meurtrière.

Par format

Par date

Par dossiers