l'article

Éthiopie : Amnesty International veut faire la lumière sur le massacre d’Axoum

À la fin du mois de novembre 2020, les troupes érythréennes ont massacré plusieurs centaines de civil non-armés dans la ville d'Axoum. Un meurtre de masse qui s'est déroulé en marge du conflit qui oppose le gouvernement fédéral éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré. Amnesty International a réussi à interviewer une quarantaine de survivants et retrace les étapes de cette journée meurtrière.

Ce rapport a été publié par l'équipe d'Amnesty International, le 26 février 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Les 28 et 29 novembre 2020, les troupes érythréennes combattant dans l’État du Tigré, en Éthiopie, ont systématiquement tué des centaines de civils non armés dans la ville d’Axoum, dans le nord du pays, ouvrant le feu dans les rues et menant des raids de maison en maison dans le cadre d’un massacre qui pourrait constituer un crime contre l’humanité, a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport.

Amnesty International s’est entretenue avec 41 survivants et témoins – y compris des entretiens en personne avec des réfugiés récemment arrivés dans l’est du Soudan et des entretiens téléphoniques avec des personnes à Axum – ainsi qu’avec 20 autres personnes ayant connaissance des événements. Ils ont systématiquement décrit les exécutions extrajudiciaires, les bombardements aveugles et les pillages généralisés après que les troupes éthiopiennes et érythréennes ont mené une offensive pour prendre le contrôle de la ville dans le cadre du conflit avec le Front de libération du peuple du Tigré (Tigray People’s Liberation Front, TPLF) à la mi-novembre.

L’analyse d’images satellites par le laboratoire de l’organisation Crisis Evidence confirme les rapports de bombardements aveugles et de pillages massifs, et identifie des signes de nouvelles inhumations massives près de deux des églises de la ville.

« Les preuves sont convaincantes et laissent entrevoir une conclusion effrayante. Les troupes éthiopiennes et érythréennes ont perpétré de multiples crimes de guerre lors de leur offensive pour prendre le contrôle d’Axum. De plus, les troupes érythréennes ont fait un carnage et ont systématiquement tué de sang froid des centaines de civils, ce qui semble constituer des crimes contre l’humanité », a déclaré Deprose Muchena, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique orientale et australe.

Vous pouvez retrouver l’article en entier sur Amnesty International

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos