Ethiopie : l’ONU alerte sur un risque de famine au Tigré

Le spectre de la famine plane depuis plusieurs mois en Éthiopie dans la région du Tigré, plus de six mois après le début du conflit armé entre le gouvernement éthiopien dirigé par le premier ministre Abiy Ahmed et le Front de libération du peuple du Tigré (FLTP), le parti au pouvoir dans cette région du nord du pays.

Depuis 2018, une résolution impose à l’ONU d’alerter le Conseil de sécurité chaque fois qu’un conflit menace d’entraîner une famine dans une région du monde. Le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les affaires humanitaires, Mark Lowcock, a averti mardi 25 mai le conseil de sécurité sur le risque de famine au Tigré, région du nord de l’Ethiopie, où le premier ministre du pays, Abiy Ahmed a lancé une opération militaire en novembre 2020. Son but : arrêter et désarmer les dirigeants du Front de libération du peuple de Tigré (FLTP), parti séparatiste au pouvoir dans cette région. 

En mars 2021, la haut-commissaire de l’ONU aux droits humains Michelle Bachelet avait évoqué des violations graves perpétrées par des troupes érythréennes qui pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. 

Au cours des six mois écoulés depuis le début du conflit, environ deux millions de personnes ont été déplacées, des civils sont blessés et tués chaque jour, le viol utilisé comme arme de guerre est systématique, et des infrastructures indispensables à la survie de la population ont été détruites (hôpitaux, terres agricoles etc.). Début mai, Mark Lowcock avait annoncé que l’ONU avait débloqué 65 millions de dollars pour la réponse humanitaire en Ethiopie, « où plus de 16 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, dont au moins 4,5 millions au Tigré ». Il avait alors précisé que les organisations sur place avaient besoin de beaucoup plus, ainsi que d’un accès sûr et sans entrave dans les régions où les personnes sont le plus en danger. 

La population vivant au Tigré, en plus des violences et des horreurs causées par la guerre, est désormais confrontée à une insécurité alimentaire, accrue par le conflit.  


Pour en savoir plus sur la situation au Tigré et pour faire un don afin que l’aide humanitaire continue à se développer, nous vous invitons à cliquer ici.

L'accès aux vaccins contre le Covid-19 n'est toujours pas assuré pour tous. De nombreux pays, particulièrement en Afrique, doivent affronter des difficultés d'approvisionnement. En parallèle, les pays riches jettent à gogo des doses expirées.
« La proposition politique menée par Mélenchon dépasse nettement le périmètre électoral, politique et social des partis qui la composent et a créé une nouvelle offre politique. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Mario Ríos, enseignant associé de l’Univesitat de Barcelone, publié dans le titre de presse catalan Público sous le nom « Dépasser les structures de parti, créer l'union populaire : leçons d'Andalousie et de France ».
La secrétaire d’État à l’Intérieur (Home Secretary) britannique est régulièrement décriée pour les décisions de son ministère. C’est à cette figure du gouvernement Johnson que revient la décision finale sur l’extradition ou non de Julian Assange.
Le décret avait été publié dans l'entre-deux-tours de la présidentielle : en application d'une réforme de la haute fonction publique, les deux corps historiques du ministère des Affaires étrangères devraient être progressivement supprimés. Une annonce soudaine, remise en cause par les diplomates qui s'inquiètent du devenir de la profession.
« La Banque centrale européenne est confrontée à une forte inflation dans la zone euro. Elle prévoit bientôt une hausse des taux d’intérêt auxquels elle prête aux banques qui elles-mêmes vendent du crédit ensuite. Commençons par dire que dans le contexte économique actuel, la hausse des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation est inutile. » Nous publions ici la note de Jean-Luc Mélenchon issue de son blog dans laquelle il appelle la BCE à ne pas réhausser les taux d'intérêts.
Dans un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'organisation alerte sur le risque que fait peser l'obésité sur la population. La maladie pourrait devenir la première cause de cancers évitables, devant le tabagisme.
L’entreprise de démolition menée par les conservateurs aux États-Unis contre le droit à l’avortement se poursuit. La Cour suprême serait sur le point d’adopter un revirement de jurisprudence sur la question, une information révélée dans une fuite inédite dans l’histoire de l’institution.
À l'occasion de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, des millions de personnes sont descendues dans les rues partout dans le monde. Certains rassemblements ont été particulièrement mouvementés, reflétant des revendications diverses avec des sociétés toujours plus aliénantes. Petit tour du monde.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.