dossier

La fin du libéralisme

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Texte de référence à venir…

l'article

Comment Jeff Bezos, Elon Musk et Warren Buffet évitent l’impôt sur le revenu ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Un important rapport de ProPublica a montré comment les milliardaires américains paient peu d’impôts sur le revenu (parfois même rien du tout) par rapport à leur immense richesse. Les dossiers fiscaux privés de certains des principaux milliardaires du pays montrent qu’entre 2014 et 2018, les 25 Américains les plus riches ont vu leur richesse collective bondir de plus de 400 milliards de dollars, et ont payé à peine plus de 13 milliards de dollars d’impôts fédéraux sur le revenu – ce qui correspond à un taux d’imposition de seulement 3,4 %. Les milliardaires américains profitent de stratégies d’évitement fiscal hors de portée des gens ordinaires. Leur richesse découle de la montée en flèche de la valeur de leurs actifs, comme les actions et les biens immobiliers. Ces gains ne sont pas définis par les lois américaines comme un revenu imposable, sauf si les milliardaires vendent. ProPublica a décidé de révéler les informations fiscales individuelles de certains des Américains les plus riches afin que le public comprenne les réalités du système fiscal du pays et ses conséquences : permettre aux plus prospères de jouer avec le système fiscal a limité les budgets fédéraux, hormis les dépenses militaires, pendant des décennies. Les routes et les ponts se sont effondrés, les services sociaux ont dépéri et la solvabilité de la sécurité sociale et de Medicare est perpétuellement remise en question. Ces révélations arrivent à un moment crucial : l’inégalité des richesses est l’une des questions déterminantes de notre époque. Nous avons traduit une partie du (très long) rapport, que nous relayons ici pour y voir plus clair sur le mythe fondamental du système fiscal américain, à savoir que chacun paie sa juste part et que les Américains les plus riches paient le plus… 

Par Jesse Eisinger, Jeff Ernsthausen et Paul Kiel

Les dossiers secrets de l’IRS : Des documents inédits révèlent comment les plus riches évitent l’impôt sur le revenu.

ProPublica a obtenu des dossiers secrets de l’IRS montrant comment des milliardaires comme Jeff Bezos, Elon Musk et Warren Buffett paient peu d’impôts sur le revenu par rapport à leur immense fortune – parfois même rien du tout.

En 2007, Jeff Bezos, alors multimilliardaire et désormais l’homme le plus riche du monde, n’a pas payé un centime d’impôt fédéral sur le revenu. Il a de nouveau réalisé cet exploit en 2011. En 2018, le fondateur de Tesla, Elon Musk, deuxième personne la plus riche du monde, n’a également payé aucun impôt fédéral sur le revenu.

Michael Bloomberg a réussi à faire de même ces dernières années. L’investisseur milliardaire Carl Icahn l’a fait deux fois. George Soros n’a payé aucun impôt fédéral sur le revenu trois années de suite.

ProPublica a obtenu une vaste quantité de données de l’Internal Revenue Service sur les déclarations d’impôts de milliers de personnes parmi les plus riches du pays, couvrant plus de 15 ans. Ces données offrent un aperçu sans précédent de la vie financière des titans américains, dont Warren Buffett, Bill Gates, Rupert Murdoch et Mark Zuckerberg. Elles montrent non seulement leurs revenus et leurs impôts, mais aussi leurs investissements, leurs transactions boursières, leurs gains au jeu et même les résultats des audits.

Les milliardaires américains profitent de stratégies d’évitement fiscal hors de portée des gens ordinaires.

De nombreux Américains vivent au jour le jour, accumulant peu de richesses et payant au gouvernement fédéral un pourcentage de leurs revenus qui augmente s’ils gagnent plus. Ces dernières années, le ménage américain médian gagnait environ 70 000 dollars par an et payait 14 % d’impôts fédéraux. Le taux d’imposition le plus élevé, 37 %, est entré en vigueur cette année, pour les couples, sur les revenus supérieurs à 628 300 dollars.

Les dossiers fiscaux confidentiels obtenus par ProPublica montrent que les ultra riches contournent efficacement ce système.

Les milliardaires américains profitent de stratégies d’évitement fiscal hors de portée des gens ordinaires. Leur richesse découle de la montée en flèche de la valeur de leurs actifs, comme les actions et les biens immobiliers. Ces gains ne sont pas définis par les lois américaines comme un revenu imposable, sauf si et jusqu’à ce que les milliardaires vendent.

Pour saisir la réalité financière des Américains les plus riches, ProPublica a entrepris une analyse qui n’a jamais été faite auparavant. Nous avons comparé le montant des impôts payés chaque année par les 25 Américains les plus riches avec le montant de l’accroissement de leur richesse estimé par Forbes au cours de la même période.

 Nous allons appeler cela leur véritable taux d’imposition.

Les résultats sont frappants. Selon Forbes, ces 25 personnes ont vu leur valeur augmenter collectivement de 401 milliards de dollars entre 2014 et 2018. Ils ont payé un total de 13,6 milliards de dollars en impôts fédéraux sur le revenu au cours de ces cinq années, selon les données de l’IRS. C’est une somme faramineuse, mais elle équivaut à un taux d’imposition réel de seulement 3,4 %.

Le tableau est complètement différent pour les Américains de la classe moyenne, par exemple, les salariés au début de la quarantaine qui ont amassé un montant de richesse typique pour les personnes de leur âge. De 2014 à 2018, ces ménages ont vu leur valeur nette augmenter d’environ 65 000 dollars après impôts en moyenne, principalement en raison de la hausse de la valeur de leur maison. Mais comme la grande majorité de leurs revenus étaient des salaires, leur facture fiscale était presque aussi élevée, soit près de 62 000 $, au cours de cette période de cinq ans.

Richesse, revenus et impôts de quatre des personnes les plus riches du pays de 2014 à 2018.

Parmi les 25 plus grandes fortunes, personne n’a évité autant d’impôts que Buffett, le grand-père centimillionnaire. C’est peut-être surprenant, compte tenu de sa position publique de défenseur de l’augmentation des impôts pour les riches. Selon Forbes, sa richesse a augmenté de 24,3 milliards de dollars entre 2014 et 2018. Au cours de ces années, les données montrent que Buffett a déclaré avoir payé 23,7 millions de dollars d’impôts.

Cela correspond à un taux d’imposition réel de 0,1 %, soit moins de 10 cents pour chaque tranche de 100 dollars ajoutée à son patrimoine.

Considérez l’année 2007 de Bezos, l’une des années où il n’a payé aucun impôt fédéral sur le revenu. L’action d’Amazon a plus que doublé. La fortune de Bezos a bondi de 3,8 milliards de dollars, selon Forbes, dont les estimations de richesse sont largement citées.

Comment une personne bénéficiant d’une telle explosion de richesse a-t-elle pu finir par ne payer aucun impôt sur le revenu ?

Cette année-là, M. Bezos, qui a rempli sa déclaration d’impôts conjointement avec sa femme de l’époque, MacKenzie Scott, a déclaré un revenu dérisoire (pour lui) de 46 millions de dollars, provenant essentiellement de paiements d’intérêts et de dividendes sur des investissements extérieurs. Il a pu compenser chaque centime gagné par des pertes sur des investissements secondaires et diverses déductions, comme les intérêts débiteurs sur les dettes et la vague catégorie fourre-tout des « autres dépenses ».

En 2011, année au cours de laquelle sa fortune est restée à peu près stable à 18 milliards de dollars, Bezos a rempli une déclaration d’impôts dans laquelle il déclarait avoir perdu de l’argent – ses revenus cette année-là ayant été plus que compensés par des pertes d’investissement. Qui plus est, comme, selon la loi fiscale, il a gagné si peu, il a même demandé et obtenu un crédit d’impôt de 4 000 dollars pour ses enfants.

Son évitement fiscal est encore plus frappant si l’on examine les années 2006 à 2018, une période pour laquelle ProPublica dispose de données complètes. La richesse de Bezos a augmenté de 127 milliards de dollars, selon Forbes, mais il a déclaré un total de 6,5 milliards de dollars de revenus. Le montant de 1,4 milliard de dollars qu’il a payé en impôts fédéraux personnels est un chiffre énorme – et pourtant, il équivaut à un taux d’imposition réel de 1,1 % sur l’augmentation de sa fortune.

La facture d’impôt fédéral personnel des 25 premiers en 2018 : 1,9 milliard de dollars.
La facture pour les salariés : 143 milliards de dollars.

Les révélations fournies par les données de l’IRS arrivent à un moment crucial. L’inégalité des richesses est devenue l’une des questions déterminantes de notre époque. Le président et le Congrès envisagent les augmentations d’impôts les plus ambitieuses depuis des décennies pour les personnes à hauts revenus. Mais la conversation fiscale américaine a été dominée par des débats sur des changements progressifs, comme la question de savoir si le taux d’imposition maximal devrait être de 39,6 % plutôt que de 37 %.

Les données de ProPublica montrent que si certains Américains fortunés, tels que les gestionnaires de fonds spéculatifs, paieraient plus d’impôts en vertu des propositions actuelles de l’administration Biden, la grande majorité des 25 personnes les plus riches ne verraient que peu de changement.

Les données fiscales ont été fournies à ProPublica après la publication d’une série d’articles sur l’IRS. Ces articles ont révélé comment des années de coupes budgétaires ont entravé la capacité de l’agence à faire respecter la loi et comment les plus grandes entreprises et les riches ont profité de la faiblesse de l’IRS. Ils ont également montré comment les habitants des régions pauvres sont désormais plus susceptibles d’être contrôlés que ceux des régions riches.

Le fait de permettre aux plus prospères de jouer avec le système fiscal a eu des conséquences profondes. Les budgets fédéraux, hormis les dépenses militaires, ont été limités pendant des décennies. Les routes et les ponts se sont effondrés, les services sociaux ont dépéri et la solvabilité de la sécurité sociale et de Medicare est perpétuellement remise en question.

Il y a une question encore plus fondamentale que celle de savoir quels programmes sont financés ou non : Les impôts sont une sorte de sacrifice collectif. Personne n’aime donner son argent durement gagné au gouvernement. Mais le système ne fonctionne que tant qu’il est perçu comme équitable.

Notre analyse des données fiscales des 25 Américains les plus riches quantifie à quel point le système est devenu injuste.

À la fin de l’année 2018, ces 25 personnes valaient 1,1 billion de dollars.

À titre de comparaison, il faudrait 14,3 millions de salariés américains ordinaires réunis pour égaler ce même montant de richesse.

La facture d’impôt fédéral personnel des 25 premiers en 2018 : 1,9 milliard de dollars.

La facture pour les salariés : 143 milliards de dollars.

>> Lire la suite ici

Dans le même dossier

Les vidéos