dossier

Écologie populaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

l'article

Bolsonaro profite de la crise ukrainienne pour exploiter des terres indigènes

C’est une conséquence indirecte de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Jair Bolsonaro, président du Brésil, y a vu une opportunité d’autoriser l’exploitation de terres jusqu’ici sous la responsabilité de peuples indigènes. Un nouveau coup porté à la défense de l’environnement et à la protection des droits des peuples autochtones.

Le Brésil est le plus grand importateur de potasse, un engrais censé augmenter la production agricole. La Russie fournit un quart de cette potasse. Mais depuis l’attaque de l’Ukraine par son voisin du nord-est, les exportations de la précieuse ressource se font plus rares. Une occasion rêvée pour le président brésilien de faire adopter un nouveau texte de loi remettant en cause les acquis des peuples indigènes.

Ce texte, qui va être étudié par le législatif via une procédure accélérée, vise officiellement à faciliter l’extraction de la potasse naturellement présente sous la forêt amazonienne. Dans les faits, il ouvre la voie à l’exploitation de mines, la prospection de pétrole et la construction de barrages dans des territoires appartenant à des peuples indigènes pourtant protégés par la constitution brésilienne. C’est en tout cas la conclusion tirée par plusieurs associations de défense des autochtones qui rappellent les attaques fréquentes du président d’extrême droite contre ces peuples.

Depuis son arrivée au pouvoir, le président d’extrême droite n’a cessé de remettre en cause la protection de l’environnement et la défense des peuples autochtones, appuyé par les puissants lobbys agricoles du pays. Plusieurs décrets du début d’année ont ainsi facilité la recherche de filons d’or dans la forêt amazonienne et se sont ajoutés à une législation largement favorable aux prospecteurs et agriculteurs. Ce nouveau texte ne devrait ainsi pas connaître de grandes difficultés dans son parcours législatif, obtenant un large soutien des élus du parlement brésilien.

Cette décision s’inscrit par ailleurs dans un contexte électoral : les Brésiliens ont rendez-vous aux urnes à l’automne pour désigner le président du pays. Jair Bolsonaro va sans doute présenter sa candidature à sa propre succession dans les prochaines semaines alors que la gauche place ses espoirs dans la figure de Lula. Ce dernier pourrait constituer la meilleure réaction au libéralisme exacerbé de Bolsonaro et serait une bonne nouvelle pour le poumon vert de la planète et ses habitants.

Dans le même dossier

Les vidéos