dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Birmanie : cent jours après le coup d’état les Birmans luttent toujours

782 manifestants tués, 3740 détenus, des milliers de blessés et 25 personnes condamnées à mort. Des chiffres glaçants annoncés par le porte-parole du HCDH Rupert Colville, mardi lors d’un point presse à Genève, au cours duquel il a appelé la communauté internationale à s’impliquer davantage pour empêcher que la situation des droits de l’homme au Myanmar ne se détériore encore. Une répression violente qui n'infléchit pas les Birmans qui luttent pour la démocratie.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La détermination des manifestants mobilisés contre le coup d’Etat qui a mis Aung San Suu Kyi en prison le 1er février 2021 ne faiblit pas, malgré la répression meurtrière des forces de sécurité. Et si l’attention des médias et du monde s’est portée sur le nombre de manifestants pacifiques tués, les services de Michelle Bachelet (la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme) ont signalé d’autres violations des droits humains contre la population : des raids quotidiens dans des résidences privées et des bureaux sont effectués et ont abouti, pour le moment, à plus de 3740 personnes emprisonnées. Les organismes des droits de l’homme sur place n’ont aucune idée d’où se trouvent ses personnes. 

En avril dernier, les dirigeants militaires ont émis plus de 1500 mandats d’arrêts contre la société civile, des syndicalistes, des journalistes et des universitaires.  Cela pousse les gens à la clandestinité, dans un contexte de grève générale sans précédent où des milliers de grévistes bloquent une grande partie du pays, des banques, hôpitaux, ports et administrations. 

Mais ce chaos économique et politique ne font pas plier les généraux, qui font fi des condamnations et des sanctions décrétées par les Etats-Unis, l’UE et le Royaume-Uni. Des centaines d’ONG ont demandé à l’ONU d’imposer un embargo sur les ventes d’armes, mais la Chine et la Russie, alliées traditionnelles des généraux, s’y opposent. 

Cent jours après le coup d’Etat et après trois mois de massacres quotidiens, les Birmans continuent de manifester pour la démocratie, dans un mouvement inédit de désobéissance civile, offrant au monde, une leçon de survie.

Dans le même dossier

Les vidéos