dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Algérie : le lawfare généralisé contre les opposants au régime

Cet article a été publié le 6 août 2020 sous le titre "Les forces du PAD condamnent la « judiciarisation de la vie politique ". Auteur : Sonia Lyes

Les Forces du Pacte de l’alternative démocratique (PAD) ont condamné ce mercredi « la judiciarisation de la vie politique« , dénonçant les « nouvelles cabales judiciaires » contre Louisa Hanoune, Djelloul Djoudi et le président du RCD Mohcine Belabbas.

« Le pouvoir en place affiche une volonté claire de ne pas répondre à la crise politique systémique posée par la révolution citoyenne depuis 18 mois« , dénonce le PAD dans un communiqué diffusé ce jeudi sur la page Facebook du RCD.

« Le pouvoir renforce sa pression judiciaire sur tous les parti(e)s qui ont un point de vue différent du sien. Il judiciarise la vie politique comme en témoignent, les nouvelles cabales judiciaires contre la secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), Louisa Hanoune, et son camarade Djelloul Djoudi et sur le président du RCD, Mohcine Belabbas« , fustige le PAD.

« Les avocats plaidant pour les détenus du hirak sont soumis à des pressions pernicieuses sous forme d’harcèlements et de chantage. Le journaliste Khaled Drareni est poursuivi en justice pour avoir entre autre, couvert les activités du PAD », déplorent les forces du PAD, qui condamnent « la judiciarisation de la vie politique, expriment leur soutien total aux partis politiques et aux avocats et réitèrent leur exigence de respect de la démocratie et de son corolaire, le multipartisme« .

Les forces du PAD ont également dénoncé le maintien en prison de dizaines de détenus politiques et d’opinion et la poursuite des condamnations de militants et activistes à travers le pays. Dans ce cadre, les forces du PAD ont renouvelé « la revendication légitime de libération de tous les détenus politiques et d’opinion et le respect des libertés fondamentales du citoyen« .

« Cette voie autoritaire s’illustre aussi par la volonté de caporaliser la vie politique et sociale par la mise en avant d’une société civile ‘’encamisolée’’ dont le seul objectif est la neutralisation du politique dans le champ social et plus précisément de tous les partis politiques opposés au pouvoir« , condamne par ailleurs le PAD.

Dans le même dossier

Les vidéos