dossier

La Paix

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

20 ans et 4 présidents plus tard et Guantanamo n’est toujours pas fermé

"Président Biden, tenez votre promesse de campagne de mettre derrière nous l'héritage brutal - la torture, la détention sans inculpation ni procès - du centre de détention de Guantánamo Bay." Nous vous proposons la traduction de cet article du site progressiste américain Common Dreams à l'occasion des vingt ans de la création de la prison de Guantanamo, symbole de violation des droits humains.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Les défenseurs des droits de l’homme ont marqué le 20e anniversaire de l’ouverture de la prison militaire américaine de Guantánamo Bay, à Cuba, sous l’administration de l’ancien président George W. Bush, en faisant remarquer que trois présidents américains se sont succédé sans que personne ne soit tenu responsable des crimes horribles qui y ont été commis, tout en appelant le quatrième – Joe Biden – à fermer enfin ce qu’un défenseur a appelé une « tache indélébile » sur la nation.

« Quatre présidents américains ont supervisé cette installation et trois ont promis de la fermer », a tweeté mardi l’ACLU. « Chaque jour où Guantánamo reste ouvert est un affront aux droits de l’homme, à la justice et à l’État de droit ». « Depuis 2002, 779 hommes et garçons musulmans ont été détenus à Guantánamo, presque tous sans accusation ni procès », poursuit l’ACLU.

Selon le colonel de l’armée américaine à la retraite Lawrence Wilkerson, qui a été chef de cabinet du secrétaire d’État Colin Powell du temps de Bush, Bush, ainsi que son vice-président et son secrétaire à la défense, Dick Cheney et Donald Rumsfeld, savaient que la plupart des prisonniers étaient innocents, mais les ont gardés enfermés pour des raisons politiques.

L’ancien patron de Biden, le président Barack Obama, a signé, après son entrée à la Maison Blanche en 2009, des décrets censés mettre fin à la torture et fermer Guantanamo. Barack Obama – qui a été bloqué par le Congrès pour mettre en œuvre la fermeture de la prison – a rompu une promesse de campagne et la loi en protégeant activement les fonctionnaires de l’ère Bush de toute responsabilité alors que la torture se poursuivait à Guantanamo.

Le successeur d’Obama, l’ancien président Donald Trump, a juré de « remplir » Guantanamo de « mauvais gars » et de « ramener un enfer bien pire que le waterboarding« , tout en signant un décret pour maintenir l’établissement ouvert. Cependant, la population de la prison n’a pas augmenté sous son mandat et, en 2019, il a déclaré que son administration chercherait des alternatives à Guantánamo.

Moazzam Begg, auteur, ancien prisonnier de Guantanamo, consultant en matière de guerre contre le terrorisme et défenseur des droits des personnes injustement détenues, a témoigné sur twitter le 11 janvier : « Il y a 20 ans, j’ai vu avec horreur des images d’hommes agenouillés dans des combinaisons orange, les yeux, les oreilles et la bouche couverts de force. Je n’aurais jamais pu imaginer que je serais bientôt parmi eux. J’ai enduré l’enlèvement, la torture, l’emprisonnement sans procès et j’ai vu un homme assassiné. »

Les quatre présidents de l’ère Guantánamo sont liés par un régime de commission militaire dans le cadre duquel les détenus accusés des crimes les plus graves – y compris la planification et le soutien des attaques du 11 septembre 2001 contre les États-Unis – doivent être jugés. De nombreux officiers militaires ont démissionné de ce que l’ancien procureur principal, le colonel Morris Davis, a appelé la commission « truquée ».

Alors que l’armée américaine poursuit lentement les travaux de la commission, les défenseurs des droits de l’homme exhortent Biden à réussir là où ses prédécesseurs ont échoué et à fermer définitivement Guantánamo.

« Président Biden, tenez votre promesse de campagne de mettre derrière nous l’héritage brutal – la torture, la détention sans inculpation ni procès – du centre de détention de Guantanamo », a tweeté Marcy Winograd, du groupe pacifiste CodePink, dirigé par des femmes, tout en appelant le président à nommer un envoyé spécial du département d’État « pour fermer cet enfer ».

« Le président Biden doit tenir sa promesse de mettre fin à ce chapitre honteux de l’histoire américaine », a affirmé l’ACLU. « Il peut le faire en mettant fin à la détention militaire indéfinie et au système inconstitutionnel des commissions militaires. »

Agnès Callamard, le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, a écrit mardi qu' »il ne s’agit pas seulement de fermer Guantánamo. Il s’agit aussi de rendre des comptes sur les violations commises dans son cadre. »

« Guantánamo est une tache indélébile dans l’histoire des États-Unis, un chapitre qu’ils doivent maintenant clore et ne jamais répéter », a-t-elle souligné.

Dans le même dossier

Les vidéos