Cet article fait partie du dossier Les luttes syndicales

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Construire des coopérations internationalistes : le modèle du syndicalisme international

Pour qu’une société humaine puisse perdurer elle doit avoir pour projet la coopération entre ses membres. Pourtant la mondialisation de la production et des échanges s’est largement développée sur la mise en concurrence des travailleurs et les normes qui les protègent. Elle transforme les équilibres sociaux-économiques et les modes de régulations en affaiblissant considérablement les États.

lire la suite >

 

🛑 Espagne : la Haute Cour de Justice espagnole donne le statut de salarié aux travailleurs ubérisés !

L’une des luttes sociales les plus emblématiques de notre époque est celle des travailleurs dits « ubérisés ». Partout dans le monde, ils sont employés à livrer, transporter, nettoyer, sans contrat de travail, sans protection sociale. En Europe, l’Espagne est un des premiers pays où la justice dit stop à ce système d’exploitation.

Cet article a été rédigé par Diario Financiero pour La Republica, le 24 septembre 2020.

« La Haute Cour de Justice Espagnole le confirme : les travailleurs des plateformes ne sont pas des indĂ©pendants, ce sont des salariĂ©s ! REQUALIFICATION ! Il est temps de protĂ©ger les travailleuses et travailleurs des plateformes numĂ©riques » s’est rĂ©jouie Leila Chaibi, dĂ©putĂ©e europĂ©enne de la France insoumise (Groupe GUE) sur son compte Twitter.

Ainsi, les plateformes (deliveroo, uber, et autres) qui ont Ĺ“uvrĂ© depuis une dizaine d’annĂ©es Ă  affaiblir les protections des travailleurs, Ă  rendre « le marchĂ© du travial flexible » et ont largement contribuĂ© Ă  tirer vers le bas les conditions statutaires des travailleurs, sont enfin dĂ©savouĂ©es dans un pays europĂ©en dirigĂ© par une coalition PSOE/Podemos.

Pour en savoir plus, lire l’article en espagnol de La Republica

La corte dice que entre la empresa y el repartidor « hay un contrato de trabajo » y que la compañía fija las condiciones del servicio

La sentencia es clara. Los repartidores de comida y otros productos no son trabajadores independientes. Son asalariados de las empresas para las que trabajan porque hay una relación laboral dentro de la organización y las pautas que marca la empresa. Es decir, la empresa está obligada a pagar la Seguridad Social del trabajador y a remunerarle según convenio, si lo hubiese.

Éste es el significado de la reciente sentencia emitida por el Tribunal Supremo español atendiendo a la demanda de un trabajador, afiliado a UGT, contra Glovo, empresa repartidora de comida a domicilio.

Lire la suite de l’article sur La Republica

Dans le mĂŞme dossier

Le mouvement de syndicalisation initié l’année dernière à Starbucks ne cesse de gagner en ampleur malgré les tentatives du groupe, à la limite de la légalité, pour mettre fin à ces velléités syndicales. L’entreprise états-unienne s’est par ailleurs attirée les critiques de Bernie Sanders qui dénonce le comportement adopté par l’entreprise.
La pandĂ©mie de COVID-19 a accentuĂ© la pression sur les services hospitaliers en sous-effectif. Ă€ Berlin, les mĂ©decins se sont organisĂ©s pour y remĂ©dier, en lançant une grève d’un mois qui a contraint la direction de l’hĂ´pital Ă  garantir un niveau minimum de personnel. Nous vous proposons la traduction de cet article publiĂ© sur le site amĂ©ricain socialiste Jacobin.
« D’après ce rapport, l’accord UE-Mercosur aurait une grande part de responsabilitĂ© dans la dĂ©stabilisation accrue des marchĂ©s agricoles. En effet, il occasionnerait « la plus forte importation de produits agricoles » sur des marchĂ©s dĂ©jĂ  saturĂ©s et alors que les agriculteurs peinent dĂ©jĂ  Ă  vivre de leur mĂ©tier. En Ă©change, il prĂ©voit la suppression des droits de douane sur 91% des biens exportĂ©s vers le Mercosur. Ă€ quel prix ? Outre l’accroissement des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre qu’il provoquerait, un autre rapport d’experts Ă©voque une hausse de 5 % de la dĂ©forestation du fait de l’augmentation de la production bovine » Ă©crivait Jean-Luc MĂ©lenchon en fĂ©vrier 2021. Depuis la publication du rapport, une coalition internationale qui regroupe 450 organisations s’est constituĂ©s : un communiquĂ©, des vidĂ©os et des pĂ©titions, ce projet d’envergure vise Ă  s’opposer Ă  l’accord de libĂ©ralisation du commerce UE – Mercosur. Plus de 2 millions de personnes ont dĂ©jĂ  signĂ© les pĂ©titions pour s’opposer Ă  ce projet Ă©cologiquement et socialement dĂ©vastateur.

Partagez !

Marina Mesure

Syndicalisme international

Marina Mesure is a specialist of social issues. She has worked for several years with organizations defending workers’ rights such as the European Federation of Building and Wood Workers.

She has campaigned against child labor with the International Labor Organization, against social dumping and the criminalization of unionism. As a famous figure in the international trade union world, she considers that the principle of “equal work, equal pay « remain revolutionary: between women and men, between posted and domestic workers, between foreigners and nationals ».

Marina Mesure, especialista en asuntos sociales, ha trabajado durante varios años con organizaciones de derechos de los trabajadores como la Federación Europea de Trabajadores de la Construcción y la Madera.

Llevo varias campañas contra el trabajo infantil con la Organización Internacional del Trabajo, contra el dumping social, y la criminalización del sindicalismo. Es una figura reconocida en el mundo sindical internacional. Considera que el principio de « igual trabajo, igual salario » sigue siendo revolucionario: entre mujeres y hombres, entre trabajadores desplazados y domésticos, entre extranjeros y nacionales « .

Spécialiste des questions sociales, Marina Mesure travaille depuis plusieurs années auprès d’organisations de défense des droits des travailleurs comme la Fédération Européenne des travailleurs du Bâtiment et du Bois.

Elle a mené des campagnes contre le travail des enfants avec l’Organisation internationale du travail, contre le dumping social, la criminalisation du syndicalisme. Figure reconnue dans le monde syndical international, elle considère que le principe de « travail égal, salaire égal » est toujours aussi révolutionnaire : entre les femmes et les hommes, entre les travailleurs détachés et domestiques, entre étrangers et nationaux ».

Sophia Chikirou

Directrice de la publication

Sophia Chikirou is the publisher of Le Monde en commun. Columnist, director of a documentary on the lawfare, she also founded several media such as Le MĂ©dia TV and the web radio Les Jours Heureux.

Communications advisor and political activist, she has worked and campaigned in several countries. From Ecuador to Spain, via the United States, Mexico, Colombia, but also Mauritania, she has intervened with progressive and humanist movements during presidential or legislative campaigns.

In 2007, she published Ma France laïque (La Martinière Editions).

Sophia Chikirou es directora de la publicación de Le Monde en commun. Columnista, directora de un documental sobre el lawfare, también fundó varios medios de comunicación tal como Le Média TV y la radio web Les Jours Heureux.

Asesora de comunicacion y activista política, ha trabajado y realizado campañas en varios países. Desde Ecuador hasta España, pasando por Estados Unidos, México, Colombia, pero también Mauritania, intervino con movimientos progresistas y humanistas durante campañas presidenciales o legislativas.

En 2007, publicó Ma France laïque por Edicion La Martinière.

Sophia Chikirou est directrice de la publication du Monde en commun. Editorialiste, réalisatrice d’un documentaire sur le lawfare, elle a aussi fondé plusieurs médias comme Le Média TV et la web radio Les Jours Heureux.

Conseillère en communication et militante politique, elle a exercé et milité dans plusieurs pays. De l’Equateur à l’Espagne, en passant par les Etats-Unis, le Mexique, la Colombie, mais aussi la Mauritanie, elle est intervenue auprès de mouvements progressistes et humanistes lors de campagnes présidentielles ou législatives.

En 2007, elle publiait Ma France laïque aux éditions La Martinière.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.