l'article

Que signifie « defund the police » ? Le cri de ralliement qui balaie les États-Unis

L’appel à réduire ou supprimer le financement public des services de police est désormais sur toutes les lèvres des manifestants. Cette revendication pas si récente dans l'histoire du militantisme communautaire américain, trouve aujourd'hui un écho exceptionnel et une vague de soutien inédite - et inespérée - de la part de maires et d'élus américains qui ont d'ores et déjà annoncé des coupes historiques. Explications.

Cet article a été initialement publié le 6 juin 2020 sur le site-web du Guardian en langue anglaise.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Depuis plusieurs années, des groupes communautaires plaidaient en faveur de coupes budgétaires (« defund » ou désinvestissement) dans la police et les prisons pour réinvestir les fonds ainsi dégagés dans des services jugés plus utiles à la communauté. L’idée de départ est que les budgets gouvernementaux et les dépenses liées à la « sécurité publique » devraient revenir en priorité au logement, à l’emploi, à la santé, à l’éducation et d’autres programmes utiles à la communauté. Ses partisans soutiennent en effet que la baisse des financements de la police est la meilleure voie militante à suivre puisque les tentatives de réforme des pratiques policières au cours des cinq dernières années ont échoué, comme en témoigne le meurtre brutal de George Floyd des mains d’un policier de Minneapolis. Ces groupes ont des revendications plus ou moins radicales, certains cherchant à obtenir des coupes budgétaires modestes et d’autres, à supprimer complètement le financement public des services de police tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Combien les États-Unis dépensent-ils actuellement pour ses services de police fédérale ?

Au cours des quatre dernières décennies aux États-Unis, les coûts de fonctionnement des services de police ont triplé et s’élèvent actuellement à 115 milliards de dollars, selon une analyse récente, tandis que les chiffres de la criminalité sont en baisse constante. Dans la plupart des villes, les dépenses pour la police sont nettement plus élevées que les dépenses pour les services et autres (par exemple 1,8 milliard de dollars pour la police de Los Angeles, ce qui représente plus de la moitié du budget total de la ville). La crise du Covid-19 a conduit les villes et les États à effectuer des coupes budgétaires drastiques dans l’éducation, les programmes pour les jeunes, les arts et la culture, les parcs, les bibliothèques, les services de logement et plus encore. Mais les budgets de la police ont augmenté ou sont restés largement intacts dans l’indifférence générale – jusqu’à cette semaine et les manifestations qui ébranlent l’Amérique depuis le meurtre de George Floyd.

Comment les représentants politiques répondent-ils à ces appels ?

Quasiment du jour au lendemain et en réponse directe aux revendications, certains maires et d’autres dirigeants élus ont renversé leur position sur le financement de la police. Ainsi, le maire de Los Angeles a déclaré qu’il envisageait de réduire de 150 millions de dollars le budget de la police de la ville, deux jours seulement après avoir présenté un budget municipal qui l’augmentait de 7%… Un conseiller de New York a également demandé une coupe d’1 milliard de dollars dans le budget de la NYPD, la célèbre police new-yorkaise. À Philadelphie, Baltimore, Washington DC, San Francisco et d’autres villes, les responsables politiques locaux ont exprimé leur soutien à l’idée d’annuler ou de s’opposer aux augmentations du budget de la police. Allant plus loin encore, les membres du Conseil de Minneapolis ont discuté de la possibilité de démanteler le département de police (NDLR : les autorités de Minneapolis ont annoncé ce dimanche 7 juin le démantèlement de la police, deux semaines après la mort de George Floyd).

Lire la suite sur le site du Guardian

la revue de presse en direct

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos