l'article

🔎 Que dit la presse espagnole de Génération Identitaire ?

En 2019, la députée insoumise Muriel Ressiguier avait obtenu la présidence de la commission d'enquête parlementaire chargée d'établir un état des lieux sur les factions d'extrême droite et d'émettre des propositions afin de lutter contre leurs agissements délictuels ou criminels. Deux ans après, Génération Identitaire continue à agir en multipliant les actions coup de poing et les provocations : déploiement d'une banderole Place de la République à Paris lors d'un rassemblement contre le racisme, opérations anti-migrants dans les Alpes... El País a consacré un article à ce groupe dont la dissolution figure régulièrement à l'agenda politique sans que l'exécutif agisse.

Cet article a été rédigé par Marc Bassets pour El País. Il a été publié le 7 février 2021.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Ils sont peu nombreux – quelques milliers – mais bruyants. Les militants de Génération Identitaire, l’un des ultras les plus actifs en France, ont moins de 30 ans. Leurs références ne sont pas celles des anciennes organisations néo-fascistes ou néo-nazies. Ils sont obsédés par l’immigration « arabo-musulmane », disent-ils, et par ce qu’ils appellent « le remplacement » des Européens blancs par des populations étrangères. La méthode de choix est celle des opérations médiatiques, comme la plus récente à un poste frontière dans les Pyrénées où une trentaine de jeunes ont été déployés avec des drones pour rechercher des migrants et brandir des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Défendre l’Europe ».

Un procureur enquête sur eux pour « provocation publique à la haine raciale » et le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin veut les faire rompre.

Génération Identitaire se présente comme un « contre-modèle au radicalisme des dernières décennies », écrit l’historien Nicolas Lebourg dans Le 1. « Il agit en plein jour, au grand jour, avec des femmes dans le groupe et des opérations conçues en fonction de leur impact médiatique potentiel, prétendant défendre ceux qui seraient opprimés par l’Islam », ajoute-t-il. « Plus de références fascistes, plus d’antisionisme radical, plus d’activisme violent, plus d’apparence militante prototypique, plus de propagande clandestine », explique-t-il. Le credo est : « Effrayer l’adversaire, pas nos grands-mères ».

Vous pouvez lire l’article en intégralité sur El País

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos