l'article

🛑 Pérou : où sont les 5500 femmes portées disparues en 2020 ?

Le rapport du bureau du Défenseur du peuple indique qu'au Pérou, 1686 femmes adultes et 3835 mineures ont été portées disparues en 2020. Des chiffres inquiétants qui témoignent de l'ampleur des violences faites aux femmes au Pérou. Si ces disparitions étaient il y a peu de temps associées à des choix personnels, il n'est aujourd'hui plus remis en cause qu'elles sont liées à des féminicides ou de la traite d'êtres humains.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Au Pérou, 138 féminicides ont été enregistrés en 2020. L’arbre qui cache la forêt puisque le rapport du bureau du Défenseur des droits indique que 5500 femmes sont aujourd’hui portées disparues au Pérou. Ces chiffres sont deux fois plus élevés qu’ils ne l’étaient en 2019. Entre le 15 mars 2020 et le 30 juin, la période de confinement strict, 915 femmes ont disparu.

Problème endémique dans le pays, le confinement a amplifié les violences sexistes et sexuelles. Des Associations de défense des femmes déploraient dès le mois de juillet l’absence de ligne téléphonique pour signaler des violences et une situation qui laissait les femmes victimes de violences totalement isolées.

L’urgence sanitaire a confirmé à quel point les femmes ne sont pas protégées au Pérou. Du 16 mars au 30 juin, 309 adultes et 606 filles et adolescents ont été portés disparus, selon un rapport du Bureau du Médiateur. Une moyenne de 10 plaintes par jour. Un cas toutes les trois heures. Le 11 août, l’Etat vient d’annoncer la mise en place de mécanismes de recherche efficace, après une longue attente qui a engendré l’impunité dans les cas de violences faites aux femmes. Il convient de noter qu’à la fin de 2020, 5 521 femmes, adolescents et filles étaient portés disparus. 

Convoca

Ces disparitions sont signalées dans la presse péruvienne depuis le mois de juillet, après la fin du premier confinement. Le site Pueblo y Sociedad Noticias mettait en avant la place importante de la prostitution forcée dans la situation des femmes pendant cette période de restriction des déplacement. Si l’analyse de ces disparitions a fini par évoluer en passant de disparition volontaires à des crimes, peu de moyens sont aujourd’hui mis en place pour lutter contre ces crimes.

À propos de l’affaire Solsiret. Son beau-frère, Kevin Villanueva, a toujours été le principal suspect. Alors, comment n’ont-ils PAS fouillé la maison de leur partenaire? Quand l’ont-ils fait, trois ans et demi plus tard? En outre, le bureau du procureur a passé des mois sans porter plainte. Ils s’en foutaient.

Si les discours évoluent, la mise en place de moyens pour aider les femmes et éviter ces disparitions va devenir une priorité dans l’agenda politique péruvien pour qu’en 2021, 5500 femmes ne manquent pas à l’appel.

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos