dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

Pablo Iglesias menacé de mort

En fin de semaine dernière, trois personnalités recevaient à leur domicile une lettre avec des balles, dont le leader de Podemos Pablo Iglesias. Suite à ces menaces de mort qui proviendraient de l’ultradroite, le candidat a quitté le débat électoral organisé par la radio Cadena Ser après la mise en doute par la candidate du parti d’extrême droite Vox de l’authenticité de ces menaces. Le déclin du débat politique en Espagne est effrayant et dangereux : « C’en est assez de blanchir l’extrême droite. »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Tout a commencé quand Pablo Iglesias ainsi que la directrice de la Guardia Civil Maria Gamez et le ministre de l’intérieur Fernando Grande Marlaska ont reçu chez eux une lettre comprenant des balles dont le calibre correspond à un fusil d’assaut utilisé par l’armée  entre les années 1960 et 1980. D’après les enquêteurs, elles ont été envoyées en même temps par le même homme ou le même groupe. 

Ces menaces graves, envoyées en pleine campagne pour les élections régionales à Madrid et dans un climat de forte polarisation politique, ont déclenché le départ de Pablo Iglesias du plateau lors du débat organisé par la radio Cadena Ser le 23 avril. La candidate du parti d’extrême droite Vox Rocio Monasterio a mis en doute la parole de Pablo Iglesias quant à ces menaces de mort : « Je ne crois pas grand-chose de ce que dit Pablo Iglesias, et rien de ce que dit ce Gouvernement« , a-t-elle déclaré. Un comportement indigne d’un processus électoral. Monasterio a fait monter la tension à son maximum en étant insultante : « Si vous êtes si courageux, levez-vous et partez » ou encore « eh bien sortez, c’est ce que veulent tous les Espagnols. »

Quand Pablo Iglesias est parti, Monica Garcia, la candidate du parti de gauche Mas Madrid a reproché son comportement à la numéro un du parti d’extrême droite : « Ils ont envoyé des balles ! Vous souriez, mais de quoi vous moquez-vous ? ». Rocio Monasterio l’a insultée en retour : « Vous, ôtez ce visage amer. » 

Monica Garcia et Pablo Iglesias ont déjà annoncé qu’ils ne débâteraient plus avec la candidate d’extrême droite, dont le comportement indigne rabougrit tout et emmène le campagne dans une dimension toxique qui nuit au processus démocratique. 

Des menaces de mort sont à prendre très au sérieux et le blanchiment médiatique de l’extrême droite doit cesser. Toute la classe politique a réagi et réclamé une enquête sur l’origine des lettres, comme le président du Parti Populaire (droite) Pablo Casado ou la numéro un du parti centriste Ciudadanos Ines Arrimadas. Le premier ministre Pedro Sanchez a assuré que la justice et la démocratie l’emporteraient sur « les menaces et la violence ». 

Dans le même dossier

Les vidéos