l'article

🤦‍♀️ Non Ovide, Méduse n’était pas coupable

Pourquoi la victime d'un viol devrait porter la culpabilité ? Quand Poséidon viole Méduse dans le temple d'Athéna, c'est Méduse qui est bannie et condamnée à transformer en pierre quiconque la regarde, voilà la triste histoire de Méduse. Depuis la vague #MeToo, plusieurs artistes ont choisi de redorer la figure de Méduse, faisant d'elle une figure de résistance. C'est ce que raconte la belle statue de l'artiste Luciano Garbati.

Cette présentation a été publiée sur le site du MWTH (Medusa With The Head ou Méduse tenant une tête) : l'exposition qui réhabilite la figure mythologique de Méduse se tiendra du 14 octobre 2020 au 30 avril 2021, au Collect Pond Park.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

MWTH (Medusa With The Head – prononcer « mythe ») est un projet mené par un artiste qui s’intéresse aux habitudes narratives des imaginaires classiques, à leur rôle dans la culture actuelle et aux visions de l’avenir. 10% de l’argent récolté dans le cadre de ce projet est reversé à des fondations pour les femmes.

Le projet MWTH et NYC Parks ont le plaisir de présenter Méduse avec la tête de Persée de l’artiste argentin-italien Luciano Garbati dans le parc de Collect Pond, situé sur Centre St, Lower Manhattan, dans le cadre du programme « Art in the Parks » de NYC Parks. Cette sculpture en bronze de deux mètres de haut inverse le récit de Méduse, la représentant dans un moment d’autodéfense sombrement habilitée.

Dans Les Métamorphoses d’Ovide, Méduse était une jeune fille dans le temple d’Athéna, qui a été traquée et violée par Poséidon. Athéna, dans un élan de rage, bannit et maudit Méduse avec une tête de serpent monstrueuse et un regard qui transforme les hommes en pierre. Méduse est elle-même blâmée et punie pour le crime dont elle a été victime ; elle est rejetée comme un monstre puis, avec l’aide cruelle d’Athéna et de Poséidon, elle est finalement traquée et décapitée par le héros épique Persée, qui affiche sa tête comme un trophée sur son bouclier. La sculpture de Garbati s’inspire directement du chef-d’œuvre en bronze florentin du XVIe siècle, Persée à la tête de Méduse de Benvenuto Cellini (1545-1554). A travers cette œuvre, Garbati demande « comment un triomphe peut-il être possible si vous battez une victime ? »

Lire la suite de la présentation sur MWTH

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos