dossier

La présidentielle française vue de l’étranger

Nous vous invitons à suivre ce dossier qui relatera la perception dans le monde de la campagne présidentielle en France. La campagne trouvera son épilogue les 10 et 24 avril 2022.

l'article

Vue d’Espagne : « Mélenchon déclare que la France doit sortir de l’OTAN »

Ajoutez votre titre ici

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

L’homme politique français de gauche, qui a obtenu 20 % des votes au premier tour des dernières élections présidentielles françaises, a prévu de participer aux élections en avril prochain. Un article vu sur le site espagnol Noticieronews et traduit par Magali Lanfranchi.

Jean-Luc Mélenchon, leader du parti de gauche « La France Insoumise » et candidat à la présidence de ce pays européen, a exigé de la France qu’elle se retire de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), arguant que son pays doit considérer la Russie comme « un partenaire » et non comme un ennemi dans la « nouvelle Guerre Froide » étasunienne.

Lors de l’entretien qu’il a accordé à l’émission France Inter lundi, Mélenchon est revenu sur la nécessité de poursuivre les efforts de détente dans l’arène internationale, soulignant que la France ne doit pas suivre Washington dans la nouvelle Guerre Froide contre la Chine et la Russie. C’est pour cela qu’il est impératif, assène-t-il, que la France abandonne l’OTAN et qu’elle s’écarte de « l’aventurisme militaire » des États-Unis.

« Je suis pour la sortie de l’OTAN. Il faut stopper l’escalade. Si nous sortons de l’OTAN, nous ne nous verrons pas entraînés par la logique de guerre froide que les étasuniens maintiennent avec la Russie et la Chine », a affirmé l’homme politique français, en responsabilisant, à son tour, le rôle joué par les puissances occidentales dans l’actuel affrontement diplomatique avec la Russie, et les provocations qui, depuis quelques temps, sont commises à l’égard de l’est avec l’expansion de l’Alliance militaire de l’Atlantique du Nord.

« La Russie est un partenaire. Je ne suis pas d’accord pour qu’on la convertisse en un ennemi. Nous avons incorporé 10 pays de l’est à l’OTAN, ce qui a été perçu comme une menace par la Russie. Particulièrement lorsqu’ils installent des systèmes antimissiles en Pologne », a ajouté Mélenchon.

De plus, le leader de gauche français a manifesté son opposition à un quelconque plan prévoyant l’incorporation de l’Ukraine à l’OTAN, ce qui, a-t-il souligné, engendrerait une vulnérabilité majeure de la sécurité en Europe, devant la menace que représente pour la Russie la-dite expansion près de ses frontières.

Jean-Luc Mélenchon a obtenu 20 % des votes au premier tour des précédentes élections présidentielles françaises et a prévu de participer aux élections en avril prochain.

Lire l’article original ici.

Dans le même dossier

Les vidéos