dossier

Écologie populaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

l'article

L’écologie dans le monde en 3 brèves – 16/07/2020

La pollution plastique dans les océans : il faut que ça cesse

Les transports sont une source majeur de pollution plastique, notamment des océans. Les chercheurs ont évalué que, chaque année, jusqu’à 100 000 tonnes de microplastiques issus de l’abrasion des pneus et des plaquettes de freins se déversent dans les océans. 80 000 tonnes se déposent également sur les glaciers, accélérant leur fonte en absorbant par leurs particules colorées davantage de rayons que la neige blanche.

Lire l’étude publiée le 14 juillet 2020 dans le journal « Nature Communications »

La population mondiale pourrait décliner à partir de 2064

Selon une étude, la population mondiale pourrait décliner après un pic en 2064. Elle pourrait atteindre les 8,8 milliards en 2100, soit 2 milliards de moins que les projections initiales de l’ONU. Cette nouvelle étude remet en cause la croissance continue en pariant sur un accès à la contraception qui ferait baisser le taux de fécondité. Une telle projection pourrait inverser la pyramide des âges et avoir des conséquences profondes sur l’organisation des sociétés et de l’économie. La Chine pourrait perdre près de la moitié de ses habitants et voir les États-Unis repasser devant elle. Une grande partie des 23 pays qui devraient voir leur population réduite au moins de moitié seraient situés en Asie et en Europe. La France y échapperait. L’Afrique sub-saharienne pourrait voir tripler sa population (1 à 3 milliards). Le Nigeria pourrait devenir en 2100 le deuxième pays le plus peuplé au monde derrière l’Inde et devant la Chine. De quoi bouleverser la géopolitique.


Lire l’étude publiée le 14 juillet dans The Lancet

Honduras : encore un assassinat d’un militant écologiste et social

Au Honduras, l’écologiste et défenseur des terres de 29 ans, Marvin Damián Castro, a été retrouvé mort lundi 13 juillet 2020 près de la capitale Tegucigalpa. Il avait disparu la veille et avait fait part de son inquiétude et de menaces de mort auprès d’une agence gouvernementale des droits de l’homme.

Marvin Castro était membre d’un réseau de défenseurs des terres et de l’eau dans le sud du Honduras. Deux membres présumés d’un gang ont été arrêtés en tant que suspects. Il est fréquent aux Hoduras de faire appel aux gangs pour l’élimination de militants syndicaux, écologistes et politiques.

La violence contre les défenseurs des terres et des eaux et les dirigeants autochtones du Honduras a explosé depuis le coup d’État soutenu par les États-Unis en 2009.

la revue de presse en direct

Dans le même dossier

Les vidéos