dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

Lawfare et fraude électorale : les recettes de Moreno pour éliminer Rafael Correa

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

A l’approche des élections présidentielles en Equateur, le Président Lenin Moreno panique : un mandat d’arrêt a été lancé le 23 septembre contre Rafael Correa et plusieurs de ses proches, et le Conseil national électoral, seul habilité à valider les candidatures, a retiré le 15 septembre, le statut de parti politique à l’alliance « Fuerza Compromiso Social » qui comprend Revolución Ciudadana resté fidèle à Correa. Cette interdiction intervient alors que l’alliance existe depuis 4 ans déjà et qu’elle a déjà participé à des élections donc les régionales à l’occasion desquelles elle a remporté deux grandes régions.

Onze anciens chefs d’Etat latino-américains viennent d’adresser une lettre au gouvernement équatorien pour « mettre fin aux interdictions » des candidats pour les élections qui doivent se tenir en février 2021 :

« Nous exprimons notre profonde inquiétude quant aux décisions prises par les autorités électorales équatoriennes dans le but de proscrire la formation politique appelée « Révolution citoyenne », à laquelle participe l’ancien président Rafael Correa, ainsi que d’éminents dirigeants politiques équatoriens »

Cristina Fernández de Kirchner (Argentine), Luiz Inacio Lula Da Silva (Brésil), José Mujica (Uruguay), Ernesto Samper (Colombie), Evo Morales (Bolivie), Manuel Zelaya (Honduras), Alvaro Colom (Guatemala), Tabaré Vázquez (Uruguay), Martín Torrijos (Panama), Salvador Sánchez Cerén (Salvador) et Leonel Fernández (République dominicaine), somment Lenin Moreno de « respecter les normes nationales et internationales qui garantissent la validité d’une démocratie effective« .

Face à la menace, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblé à Quito pour exiger un processus électoral démocratique comme on peut le voir dans cet extrait vidéo :

En Europe, le Président du groupe parlementaire La France insoumise a interpellé les autorités françaises afin qu’elles s’expriment :

Dans les prochaines heures/jours, le CNE publiera une résolution pour permettre ou bloquer le binôme de candidats Arauz-Rabascall (en remplacement du binôme Arauz-Correa). Ils n’ont aucune base juridique pour empêcher cette candidature.

Dans le même dossier

Les vidéos