Cet article fait partie du dossier La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail Ă  contact@linternationale.fr

Texte de rĂ©fĂ©rence Ă  venir…

💉 La solidarité internationale, le remède pour sortir les plus fragiles de la crise économique

L'Organisation Internationale du Travail a été créée en 1919 pour « poursuivre une vision basée sur le principe qu'il ne saurait y avoir une paix universelle et durable sans un traitement décent des travailleurs ». Centenaire, cette organisation se bat au quotidien pour la dignité des travailleurs : interdiction du travail des enfants, protection des travailleurs fragiles, l'OIT demande aujourd'hui que « pour mieux reconstruire après la pandémie afin de pouvoir mieux résister aux périls à venir, nous avons besoin de solidarité au niveau international et d’une meilleure protection sociale universelle qui protège tout autant les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées que celles qui, à l’heure actuelle, ont les moyens de la financer ».

Cet éditorial a été rédigé par Michelle Bachelet, Olivier De Schutter et Guy Ryder. Il a été publié sur le site de l'Organisation Internationale du Travail le 26 octobre 2020. Michelle Bachelet est Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme et était présidente du Chili entre 2014 et 2018, Olivier De Schutter est rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme et Guy Ryder est Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Ce texte a initialement été publié sur le site du Jakarta Post.

Les gouvernements ont rĂ©pondu Ă  la pandĂ©mie de COVID-19  et Ă  ses rĂ©percussions sur le plan social et Ă©conomique par toute une sĂ©rie de mesures ponctuelles comme des allocations de chĂ´mage partiel, des versements en espèces et un soutien aux familles. MĂŞme si elles sont tout Ă  fait louables, ces dispositions prĂ©sentent deux inconvĂ©nients majeurs.

Premièrement, nombre d’entre elles constituent des solutions temporaires et à court terme qui ne s’appliquent que pendant les périodes de confinement ou pour un temps déterminé jusqu’à ce que l’économie redémarre. Ces mesures ne changent en rien les causes sous-jacentes qui ont placé des millions de personnes dans une situation de vulnérabilité et ne font rien pour les rendre mieux à même de faire face aux crises à venir.

Deuxièmement, ces mesures ne s’attaquent pas aux menaces existentielles qui pèsent sur de nombreuses personnes parmi les populations les plus touchées. Même si les dépenses des états au niveau mondial pour répondre au COVID-19 ont atteint plus de 11 000 milliards de dollars des Etats-Unis, elles proviennent essentiellement des pays riches. Par exemple, l’Union européenne a adopté récemment un plan de relance économique d’un montant de 750 milliards d’euros (878,78 milliards de dollars), ce qui équivaut à 6 pour cent de son Produit intérieur brut (PIB). Au Japon, le plan de relance économique représente 22 pour cent du PIB (soit 1 100 milliards de dollars). Par contre, dans les pays en développement à bas revenu, la réponse budgétaire tourne autour de 1,2 pour cent du PIB.

« #COVID19 nous a montré que nous ne pouvons pas revenir à la « normale » avec des sociétés si vulnérables, fragiles et inégales. Nous devons être meilleurs. »

Vous pouvez lire la suite de l’Ă©ditorial sur le site de l’Organisation Internationale du Travail

Dans le mĂŞme dossier

Partagez !

Marina Mesure

Syndicalisme international

Marina Mesure is a specialist of social issues. She has worked for several years with organizations defending workers’ rights such as the European Federation of Building and Wood Workers.

She has campaigned against child labor with the International Labor Organization, against social dumping and the criminalization of unionism. As a famous figure in the international trade union world, she considers that the principle of “equal work, equal pay « remain revolutionary: between women and men, between posted and domestic workers, between foreigners and nationals ».

Marina Mesure, especialista en asuntos sociales, ha trabajado durante varios años con organizaciones de derechos de los trabajadores como la Federación Europea de Trabajadores de la Construcción y la Madera.

Llevo varias campañas contra el trabajo infantil con la Organización Internacional del Trabajo, contra el dumping social, y la criminalización del sindicalismo. Es una figura reconocida en el mundo sindical internacional. Considera que el principio de « igual trabajo, igual salario » sigue siendo revolucionario: entre mujeres y hombres, entre trabajadores desplazados y domésticos, entre extranjeros y nacionales « .

Spécialiste des questions sociales, Marina Mesure travaille depuis plusieurs années auprès d’organisations de défense des droits des travailleurs comme la Fédération Européenne des travailleurs du Bâtiment et du Bois.

Elle a mené des campagnes contre le travail des enfants avec l’Organisation internationale du travail, contre le dumping social, la criminalisation du syndicalisme. Figure reconnue dans le monde syndical international, elle considère que le principe de « travail égal, salaire égal » est toujours aussi révolutionnaire : entre les femmes et les hommes, entre les travailleurs détachés et domestiques, entre étrangers et nationaux ».

Sophia Chikirou

Directrice de la publication

Sophia Chikirou is the publisher of Le Monde en commun. Columnist, director of a documentary on the lawfare, she also founded several media such as Le MĂ©dia TV and the web radio Les Jours Heureux.

Communications advisor and political activist, she has worked and campaigned in several countries. From Ecuador to Spain, via the United States, Mexico, Colombia, but also Mauritania, she has intervened with progressive and humanist movements during presidential or legislative campaigns.

In 2007, she published Ma France laïque (La Martinière Editions).

Sophia Chikirou es directora de la publicación de Le Monde en commun. Columnista, directora de un documental sobre el lawfare, también fundó varios medios de comunicación tal como Le Média TV y la radio web Les Jours Heureux.

Asesora de comunicacion y activista política, ha trabajado y realizado campañas en varios países. Desde Ecuador hasta España, pasando por Estados Unidos, México, Colombia, pero también Mauritania, intervino con movimientos progresistas y humanistas durante campañas presidenciales o legislativas.

En 2007, publicó Ma France laïque por Edicion La Martinière.

Sophia Chikirou est directrice de la publication du Monde en commun. Editorialiste, réalisatrice d’un documentaire sur le lawfare, elle a aussi fondé plusieurs médias comme Le Média TV et la web radio Les Jours Heureux.

Conseillère en communication et militante politique, elle a exercé et milité dans plusieurs pays. De l’Equateur à l’Espagne, en passant par les Etats-Unis, le Mexique, la Colombie, mais aussi la Mauritanie, elle est intervenue auprès de mouvements progressistes et humanistes lors de campagnes présidentielles ou législatives.

En 2007, elle publiait Ma France laïque aux éditions La Martinière.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.