l'article

Joe Biden ou la victoire de la modération

Si cet article a été publié il y a trois mois, il demeure intéressant pour comprendre les problématiques de la mandature américaine qui s'ouvrira avec l'investiture de Joe Biden. Une étude a montré que certains de ses électeurs ont été séduits par sa modération, une modération qui rassure à la fin du chapitre Trump. Cependant, que peut un président modéré face au changement climatique ? La modération constitue-t-elle une méthode pour répondre aux enjeux actuels, de l'explosion de la pauvreté, des inégalités au réchauffement climatique ?

Cet article a été publié par Kevin Singer et Alyssa Rockenbach sur le site de The Independent, le 1er septembre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Lors d’une apparition sur The View en juin, l’ancienne seconde dame, le Dr Jill Biden, a fait valoir qu’en tant que « modéré », son mari pouvait influencer les électeurs qui auraient autrement voté pour Donald Trump. Lorsque j’étais sur la piste, beaucoup de gens sont venus me voir et m’ont dit : « Jill, je suis républicaine, mais je vais voter pour votre mari parce qu’il est modéré », a-t-elle ajouté.

Elle n’est pas la seule à valoriser la nature modérée de l’ancien vice-président. Dans une colonne du 13 août dans le New York Times, David Brooks a fait valoir que les « forces modérées qui ont valu à Joe Biden d’être nommé sont bien plus puissantes que quelques extrémistes à Portland et même que les illibéraux de gauche sur le campus », ajoutant : « Si vous regardez qui dirige réellement le changement au cours de l’histoire américaine, ce ne sont pas les radicaux. À un certain moment, les radicaux cèdent la place aux ailes plus prudentes et modérées de leurs coalitions ».

D’autres ne sont pas aussi sûrs que le modéralisme politique soit une vertu. En ce qui concerne le changement climatique, Eric Levitz du New York Magazine a affirmé que « un obstacle majeur est la tendance des démocrates modérés à confondre leur complaisance myope avec une prudence héroïque ». Le chercheur politique David Adler a constaté qu’à travers l’Europe et l’Amérique du Nord, les centristes sont les moins favorables à la démocratie, les moins engagés envers ses institutions et les plus favorables à l’autoritarisme. En outre, Adler a constaté que les centristes sont les moins favorables à des élections libres et équitables ainsi qu’aux droits civils – aux États-Unis, seuls 25 % des centristes conviennent que les droits civils sont une caractéristique essentielle de la démocratie.

Cette constatation rejoint les observations faites par Martin Luther King Jr. dans sa lettre de la prison de Birmingham : « J’en suis presque arrivé à la conclusion regrettable que la grande pierre d’achoppement dans la marche vers la liberté n’est pas le conseiller des citoyens blancs ou le Klu Klux Klan, mais le modéré blanc qui est plus dévoué à l’« ordre » qu’à la justice. Même Arthur Books, un modéré qui s’avoue modéré, admet « l’échec de la formule générale, modérée et progressiste sur la façon de créer une Amérique pluraliste plus égale », ajoutant : « Je suis un modéré, mais les preuves ne soutiennent pas la modération quand il s’agit d’équité raciale ».

Vous pouvez lire l’article en intégralité sur The Independent

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos