Gigantesques manifestations aux Etats-Unis et à Tel Aviv en soutien aux Palestiniens

La plus grande manifestation pro-Palestine de l’histoire américaine a eu lieu le 23 mai 2021, à Détroit dans l’état du Michigan. Plus de 300 000 personnes étaient dans la rue en soutien au peuple palestinien. Des américains de toute origine et classe sociale dans un véritable raz-de-marée humain pour encourager les Palestiniens à continuer le combat, pour dénoncer les crimes d’Israël et pour exiger l’arrêt du soutien de Joe Biden à Tel Aviv.

Ce dernier lors d’une conférence de presse le 21 mai, le jour d’entrée en vigueur du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza, a annoncé qu’il ne changeait pas de cap : « Il n’y a pas de changement dans mon engagement pour la sécurité d’Israël, point à la ligne. Pas de changement du tout. » Le nouveau président américain, qui jusque-là n’a eu de cesse de rompre avec son prédécesseur Trump, premier président à avoir visité le Mur des Lamentations et qui avait déménagé l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, maintient donc son soutien à Israël, comme Trump, à la différence, que lui est pour la solution à deux états : « Le changement est que nous avons toujours besoin d’une solution à deux Etats. C’est la solution. »

Joe Biden veut marquer sa différence avec Trump, tout en écoutant la branche plus progressiste du Parti démocrate, celle de Bernie Sanders, qui lui défend les droits des Palestiniens : « La dévastation à Gaza est inacceptable. Nous devons demander instamment un cessez-le-feu immédiat. Le meurtre de Palestiniens et d’Israéliens doit cesser. Nous devons également examiner attentivement près de 4 milliards de dollars par an d’aide militaire à Israël. Il est illégal pour l’aide américaine de soutenir les violations des droits humains. »

À Tel Aviv, une autre belle image de solidarité et d’humanité le 22 mai : des milliers de Juifs et d’Arabes se sont rassemblés pour la coexistence dans le centre de la ville, appelant à une solution à deux états. Les manifestants ont scandé des slogans comme « c’est notre foyer à tous » et « nous sommes solidaires sans haine et sans peur ». Le défilé a eu lieu de la place Rabin jusqu’à la place du théâtre Habima où l’auteur David Grossman a prononcé un discours dans lequel il a déploré le prix payé par les enfants israéliens et palestiniens : « Permettez-moi de consacrer mes paroles, ce soir, aux enfants des communautés frontalières de Gaza et aux enfants de Gaza », a t-il indiqué. « Nous sommes les otages d’extrémistes divers et variés. Nous restons, bouche bée, à observer comment des êtres humains deviennent des cibles, comment des mères s’allongent sur leurs enfants dans les rues pour les protéger, comment des immeubles à plusieurs étages s’effondrent comme un château de cartes et comment des familles entières disparaissent en un clin d’œil. »

Ce qui est à noter dans les différents rassemblements qui ont eu lieu aussi bien aux Etats-Unis, qu’à Tel Aviv, c’est que les manifestants ont exprimé leur volonté de se retrouver, pour entendre une autre voix que celle des médias. Tous se disent choqués et impuissants face à la violence des autorités israéliennes. Alors investir la rue pour se retrouver et exprimer son soutien avec le peuple Palestinien s’est imposé, comme un acte humain de solidarité évident. Pendant qu’à Paris, les manifestations pro-palestiniennes ont été interdites…

La secrétaire d’État à l’Intérieur (Home Secretary) britannique est régulièrement décriée pour les décisions de son ministère. C’est à cette figure du gouvernement Johnson que revient la décision finale sur l’extradition ou non de Julian Assange.
Le décret avait été publié dans l'entre-deux-tours de la présidentielle : en application d'une réforme de la haute fonction publique, les deux corps historiques du ministère des Affaires étrangères devraient être progressivement supprimés. Une annonce soudaine, remise en cause par les diplomates qui s'inquiètent du devenir de la profession.
« La Banque centrale européenne est confrontée à une forte inflation dans la zone euro. Elle prévoit bientôt une hausse des taux d’intérêt auxquels elle prête aux banques qui elles-mêmes vendent du crédit ensuite. Commençons par dire que dans le contexte économique actuel, la hausse des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation est inutile. » Nous publions ici la note de Jean-Luc Mélenchon issue de son blog dans laquelle il appelle la BCE à ne pas réhausser les taux d'intérêts.
Dans un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'organisation alerte sur le risque que fait peser l'obésité sur la population. La maladie pourrait devenir la première cause de cancers évitables, devant le tabagisme.
L’entreprise de démolition menée par les conservateurs aux États-Unis contre le droit à l’avortement se poursuit. La Cour suprême serait sur le point d’adopter un revirement de jurisprudence sur la question, une information révélée dans une fuite inédite dans l’histoire de l’institution.
À l'occasion de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, des millions de personnes sont descendues dans les rues partout dans le monde. Certains rassemblements ont été particulièrement mouvementés, reflétant des revendications diverses avec des sociétés toujours plus aliénantes. Petit tour du monde.
« Avec 30 % des voix à la présidentielle, la gauche unie peut espérer l’obtention d’un poids important à l’Assemblée nationale. » El Espectador relaye l’information de l’accord entre les écologistes et La France insoumise. Le quotidien colombien y voit un signe de bon augure pour les législatives de juin. L’article a été publié sous le titre « Un accord historique pour la gauche française rebat les cartes avant les élections ».
« Les élections législatives de juin détermineront la capacité d’Emmanuel Macron à gouverner dans un système français où la composition du gouvernement dépend d’une majorité à l’Assemblée nationale. Dans la Vème République, il y a eu trois cohabitations avec un président et un Premier ministre issus de partis opposés. » Publié dans le titre de presse catalan Público, nous vous proposons la traduction de cet article d’Aída Palau Sorolla. Il a été publié sous le titre original « Désormais réélu, Macron met en jeu sa capacité à gouverner en jeu lors des élections législatives de juin ».
« Depuis des années, les médias le qualifient de « diviseur » et l’accusent d’« indulgence envers l'islamisme ». Des attaques qui n’ont pas empêché Jean-Luc Mélenchon d’obtenir un résultat historique lors des élections françaises. La députée de gauche Danièle Obono explique à Jacobin comment sa campagne a défié les attaques – et a sauvé la gauche de l'effondrement. » Nous traduisons cet entretien entre Danièle Obono et David Broder du média états-unien Jacobin, publié sous le titre original « Jean-Luc Mélenchon a défié les attaques et donné de l'espoir à la gauche française ».

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.