dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

Des zapatistes entament une tournée mondiale pour défendre la vie

Le 2 mai 2021, une délégation zapatiste embarquait sur un bateau depuis le Chiapas dans le sud du Mexique, pour une traversée de l’Atlantique, vers l’Europe, premier arrêt de leur tour du monde. Leur objectif ? Rencontrer celles et ceux qui combattent les inégalités et la destruction de la planète, et raviver la flamme de la lutte affaiblie par la pandémie et les répressions policières.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Cette traversée de l’Atlantique est une première, pour les indiens du Chiapas qui n’ont pratiquement jamais quitté leur territoire depuis l’insurrection de 1994. Sur le bateau : quatre femmes, un homme et un transgenre, qui seront rejoints par avion cet été par plus d’une centaine de membres (dont les trois quarts sont des femmes). La délégation sillonnera d’abord l’Europe pour partager son expérience révolutionnaire, la plus célèbre au Mexique : en effet l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) a commencé ses premières actions dans les années 60/70 à l’instigation de nouvelles communautés autochtones venues s’installer au Chiapas. L’exploration de ces nouvelles terres cultivables a contribué à la politisation de ces communautés, liée à l’installation de rapports de force entre propriétaires terriens et paysans, alors lésés par le système féodal de l’époque. Le premier congrès zapatiste a eu lieu en 1974, à San Cristobal de las Casas. Première pierre d’une vingtaine d’années de lutte pour acquérir leur autonomie… jusqu’en 1994, année qui marqua l’apogée de l’idéologie révolutionnaire de l’Armée Zapatiste : opposée au libéralisme et à la mondialisation, ils ont pris d’assaut plusieurs villes du Chiapas, au moment où les accords de l’ALENA (accord de libre-échange nord-américain) étaient signés. Tout un symbole. Après plusieurs semaines de confrontations avec l’armée mexicaine, un cessez-le-feu a été signé et s’étaient alors entamées deux années de négociations qui ont abouti, en 1996, à la signature des accords de San Andres qui reconnaissaient les droits sociaux et culturels des peuples autochtones du Chiapas. 

Alors sur ce bateau, les zapatistes embarquent avec eux leurs traditions, leurs paroles révolutionnaires et leur expérience, dans une traversée qu’ils ont baptisée « la conquête inversée », 500 ans après la fin de l’Empire aztèque écrasé par l’armée de Cortès. Sauf qu’eux apportent, comme ils disent, « le virus de la résistance et de la rébellion », et non celui de la souffrance et de l’exploitation. 

Des milliers de personnes en Europe mettent tout en place pour les accueillir et favoriser au mieux la rencontre, le dialogue et l’échange, avec un peuple qui s’est toujours tenu debout face à « un système exploiteur, patriarcal, pyramidal, raciste, voleur et criminel ». 

Voici un (grand) passage de leur « Déclaration pour la vie », rendue publique en janvier 2021 lors du 27e anniversaire de leur soulèvement : 

« Faire nôtres les douleurs de la terre : la violence contre les femmes, la persécution et le mépris contre les différentEs dans leur identité affective, émotionnelle, sexuelle ; l’anéantissement de l’enfance ; le génocide contre les peuples originaires ; le racisme ; le militarisme ; l’exploitation ; la spoliation ; la destruction de la nature. Comprendre que le responsable de ces douleurs est un système. Le bourreau est un système exploiteur, patriarcal, pyramidal, raciste, voleur et criminel : le capitalisme.
Savoir qu’il n’est pas possible de réformer ce système, ni de l’éduquer, de l’atténuer, d’en limer les aspérités, de le domestiquer, de l’humaniser.
S’être engagé à lutter, partout et à toute heure – chacunE là où on se trouve – contre ce système jusqu’à le détruire complètement. La survie de l’humanité dépend de la destruction du capitalisme. Nous ne nous rendons pas, nous ne nous vendons pas, nous ne titubons pas.

Avoir la certitude que la lutte pour l’humanité est mondiale. De même que la destruction en cours ne reconnaît pas de frontières, de nationalités, de drapeaux, de langues, de cultures, de races, la lutte pour l’humanité est en tous lieux, tout le temps.
Avoir la conviction que nombreux sont les mondes qui vivent et qui luttent dans le monde. Et que toute prétention à l’homogénéité et à l’hégémonie attente à l’essence de l’être humain : la liberté. L’égalité de l’humanité se trouve dans le respect de la différence. C’est dans sa diversité que se trouve sa ressemblance.

Comprendre que ce n’est pas la prétention d’imposer notre regard, nos pas, nos compagnies, nos chemins et nos destins qui nous permettra d’avancer, mais la capacité à écouter et à regarder l’autre qui, distinct et différent, partage la même vocation de liberté et de justice.

De par ce qui nous unit, et sans abandonner nos convictions ni cesser d’être ce que nous sommes, nous nous sommes mis d’accord pour :

Premièrement.- Réaliser des rencontres, des dialogues, des échanges d’idées, d’expériences, d’analyses et d’évaluations entre personnes qui sommes engagées, à partir de différentes conceptions et sur différents terrains, dans la lutte pour la vie. Après, chacun continuera son chemin, ou pas. Regarder et écouter l’autre nous y aidera peut-être, ou pas. Mais connaître ce qui est différent, c’est aussi une partie de notre lutte et de notre effort, de notre humanité.

Deuxièmement.- Que ces rencontres et ces activités se réalisent sur les cinq continents. Qu’en ce qui concerne le continent européen, elles se concrétisent durant les mois de juillet, août, septembre et octobre 2021, avec la participation directe d’une délégation mexicaine formée par le Congrès National Indigène-Conseil Indigène de Gouvernement, le Front des Villages en Défense de l’Eau et de la Terre des Etats de Morelos, Puebla et Tlaxcala, et par l’Armée Zapatiste de Libération Nationale. Et que nous aiderons selon nos possibilités à ce qu’elles se réalisent, à des dates postérieures encore à préciser, en Asie, en Afrique, en Océanie et en Amérique.

Troisièmement.- Inviter les personnes qui partagent les mêmes préoccupations et des luttes similaires, toutes les personnes honnêtes et tous les en-bas qui se rebellent et résistent dans les nombreux recoins du monde, à rejoindre, à contribuer, à soutenir et à participer à ces rencontres et activités ; et à signer et à s’approprier cette déclaration POUR LA VIE.« 

Dans le même dossier

Les vidéos