Des personnalités plaident en faveur de l’attribution du Prix Nobel de la paix aux médecins cubains

Partager sur facebook
Partager sur twitter

L’idée est très juste et opportune car les médecins internationalistes cubains sont, en ces temps de pandémie, d’extrême inégalité et d’insupportable injustice sociale, un paradigme difficile à égaler de solidarité humaine et de dévouement à la cause du sauvetage des vies. Ceci, en antagonisme marqué avec l’égoïsme débridé d’America First de Donald Trump, lorsque la Maison Blanche expose la santé et la vie de millions d’Américains sur l’autel des affaires, déclenchant la propagation débridée du virus et de la mort, comme si les très graves violations des Droits de l’Homme qu’elle commet systématiquement, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières, étaient peu nombreuses. Si le prix Nobel doit être un prix pour ceux qui recherchent le bien commun, la justice et la coopération internationale, ces candidats sont ceux qui le méritent, car comme l’a déclaré Noam Chomsky : aucun pays n’a eu une attitude internationaliste comme celle de Cuba face à la pandémie.

Chomsky est précisément l’un de ceux qui plaident en faveur de l’attribution du prix aux lauréats cubains, aux côtés des prix Nobel Adolfo Pérez Esquivel et Alice Walker, du leader du mouvement brésilien des sans-terre, Joao Pedro Stédile, du journaliste Ignacio Ramonet, des acteurs Danny Glover et Mark Ruffalo, des musiciens Chico Buarque, Silvio Rodríguez et Tom Morello, des écrivains Luis Britto Garcia et James Early et des cinéastes Oliver Stone et Pedro Costa.

Une campagne de soutien à cette initiative a été lancée au Brésil par le théologien Leonardo Boff et la section brésilienne du Réseau pour la défense de l’humanité et des appels similaires sont lancés en France, en Argentine et en Italie. Le mouvement s’étend rapidement tandis que Washington, avec Mike Pompeo en tête, répand jour après jour le poison de sa haine irrépressible et des menaces contre la coopération médicale cubaine. Il est naturel qu’un groupe philo-fasciste, tel que celui qui tient aujourd’hui les rennes du gouvernement dans le nord de l’Amérique, soit irrité par une activité au contenu si profondément humaniste et totalement contraire à la logique du marché. Il s’agit également de priver Cuba de sa principale source de devises étrangères, car si  les pays pauvres sont libres de s’engager dans une coopération avec Cuba, il en existe beaucoup d’autres qui y réfléchissent.

La moitié des 6.250 médecins de Cuba en 1959 ont déserté peu après le triomphe de la Révolution. Mais en 1960, La Havane a envoyé une brigade médicale pour aider les victimes du méga tremblement de terre qui a frappé le Chili. En 1963, elle a envoyé une brigade de 55 médecins dans l’Algérie nouvellement indépendante. Dès lors, il était courant de trouver des médecins cubains en Afrique. En 1970, Cuba a envoyé une brigade médicale au Pérou pour aider les victimes du tremblement de terre d’Ancash. La vision et la volonté politique de Fidel Castro ont conduit à la mise en œuvre rapide d’un programme de formation du personnel de santé, qui a permis l’existence de 13 universités médicales et fait de Cuba l’un des pays ayant le plus grand nombre de médecins par habitant au monde. Elle a également conduit à la création du grand complexe de centres de recherche biomédicale, qui a été essentiel pour produire des médicaments de pointe malgré le blocus américain de plus en plus étouffant, protéger la population contre de nombreuses maladies infectieuses et produire au niveau national huit des vaccins administrés chaque année.

Depuis 1963, plus de 600.000 travailleurs de la santé cubains ont fourni leurs services dans plus de 164 pays. Plus de 2.000 personnes combattent le coronavirus dans 28 pays, dont environ 700 au Mexique. Dans les Caraïbes, plus de 600 le font.

En 2005, après le passage de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans, Fidel Castro a proposé au gouvernement américain l’envoi d’une importante force médicale pour aider les victimes. Avec Bush au pouvoir, la réponse a été négative mais ce fait a conduit à la création par le commandant du contingent international de médecins spécialisés dans les situations de catastrophe et les épidémies graves, Henry Reeve. Reeve était un jeune homme de Brooklyn qui est mort au combat dans l’armée d’indépendance cubaine, où, grâce à son courage et à ses capacités, il a obtenu le grade de brigadier à un très jeune âge et a suscité une grande admiration et une grande affection de la part des Cubains.

Depuis sa création, le contingent a agi contre les tremblements de terre (Pakistan, 2005 ; Indonésie, 2006 ; Pérou, 2007 ; Chine, 2008 ; Haïti, 2010 ; Chili, 2010 ; Népal, 2015 ; Équateur, 2016), les pluies intenses (Guatemala, 2005 ; Bolivie, 2006) ; Mexique, 2007 ; El Salvador, 2009 ; Chili, 2015 ; Venezuela, 2015), les urgences médicales (choléra en Haïti, 2010 ; Ebola en Sierra Leone, Guinée Conakri, Liberia, 2014) et les ouragans (République dominicaine, 2015 ; îles Fidji, 2016 ; Haïti, 2016).

> Pour soutenir la proposition, signez sur www.CubaNobel.org

442 parlementaires européens ont adressé le 1er mars 2021 une lettre ouverte aux ministres européens des Affaires étrangères et au Haut Représentant de l’Union européenne. Elle constitue un moment important de la mobilisation européenne contre la colonisation israélienne de la Palestine. Elle a été initiée par Avraham Burg, l'ancien président de la Knesset. Un tiers des signataires sont membres du Parti travailliste britannique. Parmi les signataires peuvent être mentionnés Jean-Luc Mélenchon, Clémentine Autain ou Danièle Obono.
L'écrivain était porté disparu et sa famille sans nouvelles de lui. Il a été retrouvé criblé de cinq balles. Cofondateur de la Umam Documentation & Research, il s'est intéressé à l'histoire sociale du Liban. Peu de temps avant d'être assassiné, il avait tant accusé le parti libanais que le régime de Damas d'être responsable de la double explosion de Beyrouth, le 4 août 2020.
Tous les indicateurs semblent être au rouge : crise sociale, sanitaire, augmentation des inégalités... Amnesty International a partagé un article qui indique que les droits humains ont néanmoins progressé dans plusieurs endroits de la planète depuis le début de l'année 2021. En Suisse, au Kazakhstan ou ailleurs, Le Monde en Commun vous propose de prendre le temps de vous intéresser à ces nouvelles historiques !
Le président Xi Jinping a déclaré aujourd’hui la fin de la pauvreté absolue en Chine et a souligné les progrès socio-économiques réalisés dans le pays depuis 2012, tout en luttant contre un fléau qui traîne depuis des siècles. Xi a annoncé cette victoire après avoir rendu hommage à plus de 1 800 fonctionnaires qui ont perdu la vie en remplissant cette mission et en décorant d’autres personnes remarquables pour leur travail dans le cadre de ce concours, auquel le gouvernement a alloué près de 246 milliards de dollars. Il considère que la Chine est une référence et qu’elle contribue à…
Vandana Shiva est une militante écoféministe indienne. Lauréate du Nobel alternatif en 1993, elle est actuellement à la tête de la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles. Engagée notamment contre le OGM, elle s'est à plusieurs fois exprimée à propos des conditions de vie des agriculteurs indiens. En ce sens, ses propos sont particulièrement importants à l'heure où le pays traverse un mouvement social notamment contre la dérégulation du secteur agricole. Cet entretien est particulièrement intéressant pour comprendre le concept de philanthrocapitalisme qui rend possible l'accaparement des ressources par une minorité.
À la fin du mois de novembre 2020, les troupes érythréennes ont massacré plusieurs centaines de civil non-armés dans la ville d'Axoum. Un meurtre de masse qui s'est déroulé en marge du conflit qui oppose le gouvernement fédéral éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré. Amnesty International a réussi à interviewer une quarantaine de survivants et retrace les étapes de cette journée meurtrière.
L'ambassadeur Luca Attanasio a trouvé la mort lors de l'attaque du convoi dans lequel il se trouvait, ainsi que le chauffeur du véhicule et son garde du corps. L'ambassadeur se trouvait dans les zones parmi ls plus dangereuses de la République du Congo, sans bénéficier de protection particulière. La diplomatique italienne demande des comptes à l'ONU ainsi qu'au Programme alimentaire mondial.
En Inde, la mobilisation populaire contre la libéralisation du secteur agricole ne faiblit pas. Alors que les grèves ont paralysé jusqu'à 2% de la population mondiale, la répression s'accroît. Elle a gagné en intensité avec l'arrestation de Disha Ravi, militante écologiste âgée de 21 ans. Elle est accusée de comploter contre la nation. Dans les faits, elle a relayé un kit expliquant comment manifester sur internet.
La députée insoumise Manon Aubry a lancé une campagne contre l'impunité des multinationales. Contre ceux qui bafouent les droits humains et détruisent l'environnement, Manon Aubry propose de rendre le pouvoir aux citoyens. Cette campagne vise à se mobiliser quelques jours avant le vote du Parlement européen concernant le devoir de vigilance des entreprises. Une campagne à relayer avec le hashtag qui commande !
Avec ces nouvelles journées de manifestation, le Hirak reprend là où la pandémie et le confinement l’avaient arrêté. Viscéralement pacifiste, le mouvement promet qu’il aboutira « en 2 ans ou en 20 ans » et réitère sa volonté de voir quitter la scène politique « tous ceux qui ont déjà exercé le pouvoir ». La version algérienne du « qu’ils s’en aillent tous » (« que se vayan todos ») s’inscrit dans l’histoire des révolutions citoyennes.
Cela fait maintenant deux semaines que les journalistes, commentateurs évoquent la situation italienne. Cet article rédigé par l'économiste Stefano Palombarini vous permettra d'y voir plus clair : en revenant sur différentes années de la politique italienne récente, il montre que la situation n'est pas inédite. Un article salutaire pour comprendre ce qui se passe en Italie.
La junte birmane a choisi de durcir le ton à l'encontre des manifestants qui continuent de se mobiliser contre le coup d'État qui a mis Aung San Suu Kyi derrière les barreaux, le 1er février 2021. À l'issue d'un week-end de manifestations, deux personnes ont trouvé la mort au sein des manifestants. La jeunesse est particulièrement mobilisée contre ce coup d'État.
Le gouvernement d’Aung San Suu Kyi, conforté par la victoire de la Ligue Nationale pour la Démocratie aux dernières élections de novembre 2020 (LND), a été renversé par un coup d’état militaire le 1er février. Le président Win Myint, des opposants non encartés, et de nombreuses figures du gouvernement et de la LND, dont Aung San Suu Kyi, « conseillère spéciale de l’État » ont été arrêtés. Ce coup d’état est toutefois révélateur de relations de pouvoir préexistantes, dans lequelles l’armée avait gardé un rôle politique de premier plan. Il interroge l’ensemble de la stratégie de transition démocratique en Birmanie.
La question du lien entre les chauffeurs et Uber est une des questions les plus vives dans les débats concernant l'économie des plateformes. Le statut d'autoentrepreneur permet aux plateformes, notamment Uber d'économiser en ne payant pas les cotisations à verser, fragilisant grandement les chauffeurs. La Cour suprême britannique estime qu'il s'agit de salariés. Une décision qui ouvre enfin la porte à des droits pour les travailleurs des plateformes.
Au Canada, 80% des revenus publicitaires en ligne sont contrôlés par Facebook et Google. Un véritable manque à gagner pour les titres de presse qui voient leurs contenus partagés sans pour autant que les revenus générés soient partagés. Le texte qui vise à changer cela s'inspire de la législation australienne et également de notions comme le droit d'auteur. Un choix politique intéressant qui augure néanmoins un bras de fer avec Facebook.
La sénatrice Leila de Lima a été arrêtée le 24 février 2017. Elle était inculpée pour des infractions en lien avec les stupéfiants. Elle faisait partie des voix les plus fortes dans l'opposition au gouvernement de Rodrigo Duterte. La sénatrice avait obtenu le soutien de la communauté internationale, dont celui du député insoumis Jean-Luc Mélenchon. Considérée comme une prisonnière politique, nombre de voix de sont élevées pour exprimer leur soulagement suite à sa libération, le 18 février 2021.
Les questions des communs et de la nature sont revenues à l'agenda politique : dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique et le pillage des ressources naturelles dont les quantités sont pour certaines limitées, quelle place donner à la nature ? Des eurodéputés dont Younous Omarjee travaillent pour faire progresser les droits de la Nature et des animaux. Un travail exigeant qui ne fait que commencer mais salutaire pour protéger les espèces et les écosystèmes de plus en plus menacés !
En Inde, le mouvement des agriculteurs ne faiblit pas depuis le mois de novembre 2020. Le Monde en Commun vous tient régulièrement informé des évolutions du mouvement, des inflexions et vous en propose des analyses grâce à des textes inédits. Depuis plusieurs semaines, la répression se durcit. En plus des coupures d'électricité ou d'eau à l'endroit des manifestants, une militante a été arrêtée à son domicile le 13 février 2021.
Les 15 et 16 février le G5 Sahel s’est tenu à N’Djamena, la capitale du Tchad. Macron avait annoncé des « décisions structurantes » en amont du G5 Sahel. Il s’est contenté de mots creux. La seule nouveauté de ce sommet hébergé par le Tchad, l’envoi de 1200 soldats tchadiens supplémentaires, revient à donner un rôle encore plus important au président tchadien Idriss Déby. Cette analyse inédite a été publiée par Jean-Luc Mélenchon sur son site L'Ère du peuple. Elle revient sur la situation au Sahel à l'heure où la stratégie militaire française dans cette zone est de plus en…
En Europe, la crise sociale continue et frappe de manière particulièrement vive les plus jeunes. Des étudiants aux jeunes travailleurs, ceux-ci sont particulièrement touchés par le chômage et des contrats qui ne les rémunèrent pas à hauteur du travail qu'ils font, quand il ne s'agit pas de salariat déguisé. Une résolution en ce sens avait été adoptée à l'automne 2020.
Sanofi emploie près de 1 000 personnes au Bangladesh. Tandis que le laboratoire pharmaceutique enregistre des bénéfices grâce aux vaccins, il supprime des emplois en France et au Bangladesh. Au Bangladesh, les employés sont en grève depuis samedi 6 février 2021. Le groupe a en effet décidé de quitter le pays. IndustriALL Global Union et son affilié Bangladesh Chemical, Energy and Allied Workers Federation (BCEF-Fédération des travailleurs bangladais des secteurs de la chimie, de l’énergie et des industries assimilées) demandent au groupe de renoncer à ce choix destructeur d'emplois.
L'accès aux différents vaccins contre le coronavirus est une des inégalités les plus frappantes pendant la crise sanitaire actuelle. Tandis que l'Union européenne et les États-Unis s'arrogent un grand nombre de doses, d'autres pays sont laissés sur le côté. À Cuba, un autre modèle est développé : à partir du 1er mars 2021, les touristes pourront être vaccinés.
Les relations avec l'Afrique sont à revoir : méconnaissance d'un espace complexe et divers, mauvaise approche des facteurs historiques... Dans cette note inédite publiée sur le site du think tank l'Institut Rousseau, Frédéric Gallois propose plusieurs axes afin de repenser les relations avec les sociétés africaines.
Les salariés du site Amazon de Bessemer se sont mobilisés et ont réussi à monter un syndicat. Une lutte victorieuse malgré toutes les tentatives de dissuasion mises en place par la direction. Cet article publié dans L'Humanité revient sur les différentes étapes qui ont mené à cette victoire importante et encore trop singulière chez le géant de la vente en ligne qui voit régulièrement ses techniques de management contestées par les acteurs politiques, notamment l'eurodéputée insoumise Leïla Chaibi qui alerte régulièrement sur les conditions de travail des employés du géant américain.
Les Tunisiennes et les Tunisiens ont fêté le dixième anniversaire de la révolution tunisienne en janvier 2021. Cet anniversaire, dans un contexte de crise sociale et sanitaire a donné lieu à de nouvelles manifestations. Les jeunes sont extrêmement fragiles socialement et économiquement. Face aux revendications de justice ou encore de dignité, la répression est extrêmement violente. Des personnalités politiques, dont Jean-Luc Mélenchon et le groupe parlementaire de la France insoumise, des syndicalistes et universitaires s'unissent pour apporter leur soutien à la jeunesse tunisienne.
En 2019, la députée insoumise Muriel Ressiguier avait obtenu la présidence de la commission d'enquête parlementaire chargée d'établir un état des lieux sur les factions d'extrême droite et d'émettre des propositions afin de lutter contre leurs agissements délictuels ou criminels. Deux ans après, Génération Identitaire continue à agir en multipliant les actions coup de poing et les provocations : déploiement d'une banderole Place de la République à Paris lors d'un rassemblement contre le racisme, opérations anti-migrants dans les Alpes... El País a consacré un article à ce groupe dont la dissolution figure régulièrement à l'agenda politique sans que l'exécutif agisse.
Des manifestations de masse ont eu lieu ces derniers jours à Moscou, et d’autres grandes villes de Russie, pour protester notamment contre l’arrestation de l’opposant Alexeï Navalny. Nous vous proposons l’analyse, initialement publié par Jacobin, du journaliste Alexey Sakhnine. Proche du leader du Front de Gauche russe Sergueï Oudalstov, qu’il représentait à la conférence sur le Lawfare organisée aux Amfis de la France Insoumise en 2019 – Sergueï Oudalstov, que Jean-Luc Mélenchon a soutenu lors de son emprisonnement de plus de quatre années, à l’interdiction de quitter le territoire russe – Alexey Sakhnine revient sur les raisons du succès, mais…

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.