Mali

Tous les articles

Ils étaient réunis pour un mariage... et ont trouvé la mort lors d'une frappe française. Contrairement à ce qu'avait soutenu la France au lendemain de cette frappe meurtrière le 3 janvier, 2021 des civils ont bel et bien péri. Les autorités avaient expliqué que cette frappe n'avait touché que des jihadistes. Le 30 mars 2021, l'AFP a obtenu un document qui révèle les dessous de cette macabre attaque : 19 personnes sont mortes immédiatement après l'explosion tandis que trois autres ont trouvé la mort pendant leur évacuation. Si le ministère des Armées remet en cause les révélations de l'ONU, les témoignages et reportages qui les étayent affluent depuis le 30 mars 2021.
Le 4 mars 2021, le président du groupe parlementaire insoumis Jean-Luc Mélenchon est intervenu à l'Assemblée nationale concernant la politique de la France au Sahel. En 8 ans de guerre, 55 soldats français ont perdu la vie et deux millions de civils ont été déplacés. Un bilan humain élevé qui s'ajoute a un bilan économique conséquent pour des résultats catastrophiques.
Les 15 et 16 février le G5 Sahel s’est tenu à N’Djamena, la capitale du Tchad. Macron avait annoncé des « décisions structurantes » en amont du G5 Sahel. Il s’est contenté de mots creux. La seule nouveauté de ce sommet hébergé par le Tchad, l’envoi de 1200 soldats tchadiens supplémentaires, revient à donner un rôle encore plus important au président tchadien Idriss Déby. Cette analyse inédite a été publiée par Jean-Luc Mélenchon sur son site L'Ère du peuple. Elle revient sur la situation au Sahel à l'heure où la stratégie militaire française dans cette zone est de plus en plus contestée.
Un peuple ami est en révolution citoyenne. Au Mali, la société est entrée en insurrection contre le pouvoir. Les français ne peuvent regarder ailleurs. En effet l’armée française est engagée sur le terrain depuis sept ans.
Le Mali est entré en révolution citoyenne. Depuis le 5 juin, un mouvement de contestation baptisé Mouvement du 5 juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) organise d’immenses mobilisations. Elles réclament le départ du président actuel, Ibrahim Boubacar Keïta, au pouvoir depuis 2013. Ce roi fainéant, issu des réseaux de l’internationale socialiste, a mené une politique attentiste qui a poussé le Mali au bord du gouffre.

Par format

Par date

Par dossiers