dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

C’est officiel, les eurocrates peuvent insulter les gouvernements… de gauche

Cecilio Madero, directeur adjoint de la puissante direction générale de la concurrence de la Commission, a adressé une lettre ouverte au Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, dans laquelle il met en doute sa santé mentale. Une entorse au «devoir de réserve» non sanctionnée.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

« Parfois, en vous observant, je pense que vous devez souffrir d’une sorte de dérangement mental, ce qui expliquerait en partie vos actions et la catastrophe absolue dans laquelle vous plongez le pays. »

Cecilio Madero, Haut fonctionnaire Union européenne

Voilà les mots de Cecilio Madero à l’encontre de Pedro Sanchez, chef du gouvernement espagnol. Dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien conservateur espagnol ABC, le haut-fonctionnaire s’est livré à une diatribe insultante à l’encontre des autorités espagnoles.

Pablo Iglesias, deuxième vice-président du gouvernement espagnol, en prend lui aussi pour son grade. M. Madero n’a pas hésité à qualifier le leader de Podemos de « grotesque » jugeant qu’il « a enfreint à plusieurs reprises la quarantaine sanitaire et continue à apparaître dans les médias en se livrant à des harangues et des calomnies politiques inconcevables à des moments aussi graves que ceux que nous vivons actuellement. »

Ces insultes inacceptables ont fait réagir le député européen Emmanuel Maurel. Dans une question posée à la Commission européenne, il demande la suspension du haut-fonctionnaire.

« Par ses propos orduriers, il a gravement porté atteinte à l’article 12 qui stipule aux fonctionnaires européens de : « s’abstenir de tout acte et de tout comportement qui puissent porter atteinte à la dignité de sa fonction «  »

Emmanuel Maurel

Les instances européennes ne semblent pas vouloir sanctionner le haut-fonctionnaire qui a pourtant commis là une entorse flagrante au « devoir de réserve » auquel il est soumis.

Deux poids, deux mesures

Comme le dit Jean Quatremer dans Libération : « Un des plus hauts fonctionnaires de la Commission qui traite un chef de gouvernement de dingue et n’est pas immédiatement viré, c’est possible à Bruxelles. »

Il rappelle que dans le passé la Commission européenne avait déjà sanctionné des fonctionnaires européens.

La Commission n’est pas toujours aussi tolérante : en septembre 1995, le Luxembourgeois Jacques Santer, alors président de la Commission, avait viré immédiatement un haut fonctionnaire britannique, Bernard Connoly, coupable d’avoir publié un livre pamphlet intitulé «la Sale Guerre de la monnaie européenne». Mais voilà : il s’attaquait à un morceau de la «Vraie Croix», l’euro, alors que Madero se contente de trainer dans la boue un chef de gouvernement national.

Dans le cas de M. Madero, Ursula Von der Layen, présidente de ladite Commission, s’est contentée d’une simple admonestation. La Commission réagirait-elle de la même manière si un eurocrate insultait ouvertement Angela Merkel ou Emmanuel Macron ? On en doute.


It’s official, Eurocrats can now insult governments… from the left-wing

Cecilio Madero, the Deputy Director at the head of the powerful Commission’s Directorate-General for Competition, addressed an open letter to the Spanish Prime Minister, Pedro Sánchez, questioning his mental health. A breach of his « duty of reserve » that has not been sanctioned. 

« Sometimes, when I look at you, I think you must be suffering from some kind of mental disorder, which would partly account for your actions and the absolute disaster you are plunging the country into. » Cecilio Madero, Senior Official of the European Union.

These are the words of Cecilio Madero to Pedro Sanchez, the head of the Spanish Government. In an open letter published in the conservative Spanish daily ABC, the senior official engaged in an insulting diatribe against the Spanish authorities.

Pablo Iglesias, the Second Deputy Prime Minister of the Spanish government, was also targeted. Mr Madero did not hesitate to describe the leader of Podemos as « grotesque« , judging that he « has repeatedly violated the health quarantine and continues to appear in the media, engaging in harangues and inconceivable political slander in such serious moments as those we are currently experiencing. »

These unacceptable insults have prompted a reaction from MEP Emmanuel Maurel. In a question to the European Commission, he called for the suspension of the senior official.

« By his insulting remarks, he has seriously undermined Article 12, which stipulates that European officials must: « refrain from any act or behaviour which may undermine the dignity of their office » Emmanuel Maurel

European authorities do not appear to be willing to sanction the senior official although he has committed a flagrant breach of the « duty of reserve » to which he is subjected.

Double standards

As Jean Quatremer said in Libération: « One of the highest Commission officials calling a head of government crazy and not being immediately fired, that is possible in Brussels. »

Mr. Quatremer recalled that the European Commission had already sanctioned European officials in the past.

Indeed, the Commission wasn’t always as tolerant: in September 1995, the Luxembourger Jacques Santer, then President of the Commission, had immediately fired a senior British official, Bernard Connoly, guilty for publishing a pamphlet book entitled « The Dirty War for Europe’s Money« . But here it is: he was attacking a piece of the  » True Cross « , the euro, while Madero was simply dragging a national head of government through the mud.

In Mr. Madero’s case, Ursula Von der Layen, the President of the Commission, simply admonished him. Would the Commission react in a similar way if a Eurocrat openly insulted Angela Merkel or Emmanuel Macron? There are reasons to doubt it.

Dans le même dossier

Les vidéos