dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

130 migrants morts noyés en Méditerranée centrale

Les équipes d’SOS Méditerranée, à bord de l’Ocean Viking, ont tenté de répondre jeudi 22 avril à un appel anonyme concernant une embarcation en détresse au large des côtes libyennes, avec à son bord, plus de 130 personnes essayant de rejoindre l’Europe. Sur place, ne restait que l’épave de l’embarcation de fortune, une dizaine de corps flottant encore autour. Aucun survivant. Les autorités sont restées silencieuses toute la nuit.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le dimanche 25 avril, le pape François a qualifié la tragédie de « honte. 130 migrants sont morts en mer, ce sont des personnes, ce sont des vies qui ont, pendant deux journées entières, vraiment imploré de l’aide. Une aide qui n’est jamais arrivée ». 

Les détresses en mer sont reçues et relayées par Alarm Phone. Simeon Leisch, activiste au sein de la structure, ne comprend pas comment cela a pu arriver : « Le Ubari, un navire des secours libyens portaient assistance à une autre embarcation le même jour. Nous supposons qu’au moment du secours de cette embarcation, le Ubari ne se trouvait à pas plus de 10 mille marins de celle que nous avons signalé. On ne sait pas pourquoi il est retourné au port sans l’avoir secouru, bien qu’il était en possession des informations concernant le chavirage », a-t-il expliqué à TV5 Monde. 

Ces morts auraient pu être évitées. Si les autorités européennes et africaines des deux côtés de la Méditerranée n’avaient pas ignoré l’appel. Simeon Leisch accuse les autorités européennes d’essayer de démontrer qu’elles ne sont pas « compétentes » pour ces opérations et d’agir en violation de la Convention sur la recherche et le sauvetage maritime de 1979. 

Luisa, coordinatrice de recherche de sauvetage à bord de l’Ocean Viking a déclaré : « Telle est la réalité en Méditerranée centrale : les États abdiquent leur responsabilité de coordonner les opérations de recherche et de sauvetage, laissant les acteurs privés et la société civile combler le vide mortel qu’ils laissent derrière eux. »

Ce désastre vient gonfler un chiffre morbide : au moins 453 migrants sont morts en Méditerranée depuis le début de l’année, selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations.

Dans le même dossier

Les vidéos