l'article

Retour historique sur l’Opération Condor et le rôle de la CIA

Au milieu des années 1970, l'opération Condor était lancée dans plusieurs dictatures militaires : les opposants aux régimes étaient enlevés, emprisonnés ou exécutés. La répression violente qui a durée plusieurs années et pour laquelle subsiste des points d'ombre a eu lieu avec le soutien tacite et les conseils des États-Unis, par l'intermédiaire de la CIA.

Cet article a été publié par Branko Marcetic sur Jacobin, le 30 novembre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

À Buenos Aires, un ancien général chilien rentre chez lui, ouvre la porte de son garage et est soufflé à treize pieds dans les airs lorsque sa voiture explose, incinérant sa femme. Un opposant conservateur à la dictature militaire du pays et sa femme se promènent l’après-midi dans les rues de Rome et sont rapidement abattus. Par un matin pluvieux d’automne, une voiture explose au milieu de l’Embassy Row de Washington, DC, tuant deux des trois personnes à l’intérieur : un leader de l’opposition chilienne en exil et son ami américain nouvellement marié.

Il s’agit là de certains des scalps les plus prisés de l’opération Condor, officiellement inaugurée il y a quarante-cinq ans et deux jours. Alors que l’Amérique du Sud est sous l’emprise de dictatures militaires et qu’elle est secouée par le même type de mouvements sociaux et politiques qui réclamaient des changements partout dans le monde dans les années 60 et 70, une poignée de gouvernements du continent ont fait le pacte de travailler ensemble pour faire reculer la marée montante des « subversifs » et des « terroristes ».

Il s’en est suivi une campagne secrète et mondiale de répression violente qui s’est étendue non seulement à des pays, mais aussi à des continents, et qui s’est traduite par des enlèvements, des tortures et des meurtres. Dire qu’elle était connue du gouvernement américain, qui soutenait ces régimes, est un euphémisme : même si ce simple fait a été nié à l’époque, des années d’enquêtes et de publication de documents depuis lors signifient que nous savons maintenant que la CIA et des fonctionnaires américains de haut rang ont soutenu les crimes de Condor, en ont préparé le terrain et y ont même été directement impliqués.

Lire l’article en entier sur Jacobin

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos