l'article

Quelle politique industrielle pour les démocrates ?

Lors du mandat de Donald Trump, certains républicains ont voulu faire de leur parti celui des travailleurs. L'enjeu pour les démocrates est de mise. Comment obtenir la confiance de groupe ? Comment définir une nouvelle promesse progressiste industrielle ? Pour le chercheur et auteur de l'article Justin H. Vassallo, le Green New Deal peut constituer le fer de lance de cette reconquête.

Cet article a été publié par Justin H. Vassallo dans Jacobin, le 14 décembre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Un thème qui préoccupe le plus les médias libéraux est le suivant : que l’ère Trump prouve que le populisme de droite n’est rien d’autre qu’un banal conservatisme, sans fard. Dans cette lecture, la vision du monde libertaire du Parti républicain reste intacte – Trump n’a fait qu’électriser les sentiments vulgaires, racistes et autoritaires qui se cachent derrière.

Lorsque Trump a fait campagne pour la première fois pour la présidence, il a promis de rompre avec l’idéologie du marché libre afin de paraître « pro-travailleur ». Mais à part la loi CARES en réponse à la pandémie et aux tentatives désordonnées d’augmenter les emplois dans le secteur manufacturier par le biais d’accords commerciaux renégociés, son administration n’a pas faibli dans son engagement de réduire l’État-providence, de diminuer les impôts des riches et de déréglementer les entreprises.

L’abandon rapide par M. Trump d’un populisme économique de fond a peut-être contribué à sa défaite à l’élection présidentielle de 2020, étant donné que la victoire de Joe Biden reposait sur la reconquête de la « Rust Belt », c’est-à-dire des États qui avaient gagné en 2016 comme le Michigan, le Wisconsin et la Pennsylvanie.

Le fossé entre les premières promesses de Trump et son bilan réel n’a cependant pas empêché une cohorte de conservateurs hétérodoxes et de communautariens de droite d’élaborer un cadre pour convaincre davantage d’électeurs de la classe ouvrière qu’ils ont une véritable alternative au sein du Parti républicain.

C’est précisément parce que le principe est de rendre le capitalisme plus gratifiant pour les travailleurs tout en reproduisant les hiérarchies fondamentales de la société capitaliste – tout en préservant le pouvoir des industries hyper-extractives – qu’une approche hétérodoxe de l’économie de la droite pourrait bien constituer une menace sérieuse pour les objectifs égalitaires et climatiques de la gauche.

Ce qui unit le groupe hétérodoxe-populiste n’est pas seulement une aversion pour le « mondialisme », mais une volonté de critiquer le rôle de l’establishment républicain dans son accélération depuis la fin de la guerre froide. Dans des revues comme American Affairs and First Things, le groupe de réflexion American Compass et des populistes communautaires comme le sénateur Josh Hawley du Missouri, les partisans d’un nouveau programme économique républicain tentent de donner corps à ce que l’ancien conseiller de Trump, Steve Bannon, envisageait comme une nouvelle politique de masse.

Dans cette vision, un réalignement de la classe ouvrière vers le « nationalisme économique », combiné à l’accent mis par les démocrates sur l’augmentation du soutien des étudiants des banlieues très riches, va fracturer de manière décisive la coalition démocrate, et le GOP va ramasser les morceaux.

Vous pouvez lire l’article en intégralité sur Jacobin

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos