Pour le respect de la souveraineté du Venezuela

Nous, signataires ci-dessous, prenons l’initiative de vous écrire pour exprimer notre préoccupation pour la résolution approuvée le 10 juillet 2020 par le Parlement Européen à propos de la « situation humanitaire au Venezuela, la crise migratoire et les réfugiés ». Cette résolution entre en contradiction avec l’esprit de la communication conjointe émise le 1 juillet 2020 par le Ministère du Pouvoir Populaire des Relations extérieures de la République bolivarienne du Venezuela et le Service d’action extérieure de l’Union Européenne :

“Nous nous accordons ensemble pour promouvoir les contacts diplomatiques de haut niveau, dans le cadre d’une coopération sincère et dans le respect du Droit international”

Malheureusement, une partie significative du Parlement européen insiste pour appliquer une politique de confrontation et une politique alignée sur le Département d’État des États-Unis pour la promotion d’un changement de régime au Venezuela.

Ces députés insistent pour promouvoir l’application de mesures coercitives unilatérales et empêcher le gouvernement vénézuélien de pouvoir disposer de ses ressources financières, et bloquer les possibilités d’accès au marché international pour l’achat d’aliments et de médicaments. Alors que la pandémie de Covid-19 s’abat sur le pays, ce blocus viole les normes qui régissent les relations entre États au niveau international.

Nous pensons que la recherche de dialogue afin de trouver les mécanismes de coopération constructive doit permettre à la République Bolivarienne du Venezuela de résoudre ses différends comme dans le cas de la désignation récente des nouvelles autorités du Conseil National Électoral. Cet accord ayant été permis entre un secteur de l’opposition vénézuélienne et les représentants du gouvernement du président Maduro.

Le parlement européen lors de ce vote omet de préciser que le Venezuela subit une politique de mesures coercitives unilatérales de la part des États-Unis visant à asphyxier l’économie du pays. Cette politique inhumaine cherche à punir trente millions de vénézuéliens en les empêchant d’avoir accès à un service d’alimentation, de médicaments, et de ressources essentielles pour combattre la pandémie.

Cette résolution ne tient pas compte des causes de la migration ni du retour de nombreux vénézuéliens, victimes de la faim, de la xénophobie, et du Covid-19 dans les pays voisins du Venezuela.

Cette résolution s’oppose en fait, aux appels du Secrétaire Général de l’ONU, du Pape François, et de vos propres déclarations pour suspendre les mesures coercitives unilatérales.

Cette résolution soutient le vol de ressources du gouvernement vénézuélien par le gouvernement britannique.

La résolution ne reconnait pas que, le 5 janvier 2020, Juan Guaido a perdu le soutien d’un important secteur de l’opposition vénézuélienne, et n’a pas été réélu président de l’Assemblée Nationale. De nombreux députés se sont opposés à la corruption de son entourage, à ses liens avérés avec les cartels de narco-trafiquants et paramilitaires colombiens et n’ont pas voulu le reconduire à la présidence de l’Assemblée législative.

La résolution du Parlement européen insiste sur la volonté de changement de régime promu par le gouvernement de Donald Trump, en opposition á la déclaration conjointe que vous-même et le ministre des affaires étrangères du Venezuela avez signé. Cette position parait promouvoir la répétition des interventions et ingérences de l’Union Européenne que se sont finalisées par des bains de sang et des dommages irréparables dans les pays concernés.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons de maintenir et de défendre le dialogue avec la République Bolivarienne du Venezuela, en renforçant les relations d’amitiés et de coopération, en total respect des décisions institutionnelles de l’État vénézuélien, de ses lois et du processus démocratique vénézuélien qui se déroulera le 6 décembre 2020 avec les élections législatives.

Cliquez ici pour ajouter votre signature à cette lettre ouverte

« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».
Les acteurs du conflit qui frappe depuis plus de 7 années le sol yéménite se sont accordés sur une nouvelle extension du cessez-le-feu mis en œuvre en avril. L'espoir d'une sortie de la guerre par le dialogue est permis.
Le sommet des Amériques a ouvert ses portes en début de semaine jusqu'à vendredi. L'occasion de discussions bilatérales sur plusieurs thématiques dont la lutte contre les flux migratoires. Mais ce dialogue a des limites : les États-Unis se sont opposés à la venue de plusieurs pays.
« La gauche française a souffert. Elle a dans sa chair électorale les multiples doutes propres à une puissance qui continue d'exister, mais qui n'est plus l'empire d'autrefois. » Ces propos sont ceux d'Oriol Junqueras, leader indépendantiste de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) qui s'exprime dans un tribune de elDiario.es sur la Nupes. Ce texte a été publié sous le titre original « Une France de gauches ? Le défi de Mélenchon contre l'indigestion impériale. »
« La Colombie s’est rendue aux urnes il y a une semaine pour rejeter la politique d'extrême droite d'Iván Duque et d’Álvaro Uribe et pour affirmer que la population colombienne est beaucoup plus progressiste que ce que voudraient faire croire les politiciens actuels. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Luciana Cadahia, philosophe, et Tamara Ospina Posse, politologue, qui décryptent la percée de la gauche au cours de ces dernières années.
La journée mondiale sans tabac a été l'occasion pour le Mexique d'adopter des mesures inédites dans la lutte contre le tabagisme. Il devient le premier pays d'Amérique latine à interdite la cigarette électronique au nom de la santé publique.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.