l'article

Minneapolis : quand le racisme mène à la mort et au chaos

Les violences policières sont certainement les plus abjectes qui existent. Elles déligitiment l'action et salissent l'uniforme de ceux qui les commettent. Elles sont insupportables quand elles restent impunies. Aux États-Unis, la dernière victime en date est morte sous la pression d'un genou d'un policier blanc au visage impassible pendant qu'il ôtait la vie. Nous sommes tous sous le choc des images et de cette supplication : "je ne peux pas respirer". La colère a explosé à Minneapolis. Trump et les autorités répondent par la répression et la menace. Nous vous proposons de lire cet article de Rémy Lasalle pour analyser la situation.

Ce texte a été publié le 29 mai 2020 sous le titre "Les manifs pour George Floyd : Trump menace d’ouvrir le feu" sur le site noslendemains.fr.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

À Minneapolis, New York et dans bien d’autres villes des USA, les américains sont descendus dans la rue pour protester contre la mort atroce de George Floyd. La mort intolérable de cet afro-américain, étouffé par un policier et filmé en direct, a soulevé une très forte émotion partout dans le Monde.

Les manifestants américains réclament justice pour George Floyd, nouvelle victime afro-américaine d’une longue liste, qui ne cesse de s’allonger malgré les protestations et le mouvement « Black Lives Matters », « les vies noires comptent ».

À Minneapolis, ville où a eu lieu l’arrestation mortelle de Georges Floyd, la manifestation a tourné à l’émeute. Un poste de Police a été pris d’assaut et incendié par des émeutiers. « Notre ville est pleine de douleur et de colère », a déclaré le Maire de la ville Jacob Frey ajoutant que ces saccages sont « inacceptables ».

Dans la ville de New York, la manifestation de Union Square a donné lieu des dizaines d’arrestations. Et les manifestations devant les Capitols de Denver, Colorado et Colombus, Ohio ont aussi pris un tour chaotique entrainant le « confinement » des 2 assemblées. Une élue du Colorado rapporte au New York Times que la manifestation se déroulait dans le calme ce que quelqu’un tire dans la foule des manifestants.

 Ces évènements se déroulent alors que la mairie de Minneapolis avait promptement réagi en limogeant immédiatement les 4 policiers incriminés dans la mort de Georges Floyd. Ceci sans attendre les enquêtes, tant les images sont accablantes. Mais si le Département de la Justice promet une enquête approfondie, les procureurs, local et fédéral, ont expliqué jeudi soir qu’ils n’avaient pas encore décidé de mettre en accusation et de poursuivre les 4 policiers, dans l’attente de leurs enquêtes préliminaires.

Mais Donald Trump lui n’a pas tardé à réagir à ces manifestations et à menacer par la voie de tweets qui ont été signalés par Twitter comme « des appels à la violence » :

« Ces VOYOUS déshonorent la mémoire de George Floyd et je ne laisserai pas faire cela. Viens juste de parler au Gouverneur Tim Walz et lui ait dit que l’Armée est tout à fait à ses côtés. En cas de difficultés, nous assumerons le contrôle mais, quand les pillages commencent, les fusillades commencent. Merci. » a écrit sur Twitter le Président des États-Unis. Tweet signalé par la plateforme comme contrevenant à ses règles. Une décision qui ne va pas arranger ses relations tendues avec les géants de la tech qu’il accuse de parti pris et qu’il a mis sous pression avec un décret présidentiel…

Lire la suite sur Nos Lendemains.

Minneapolis: When racism leads to death and chaos.

Police violence is certainly the most despicable of its kind.. It delegitimizes the actions and stains the uniform of those who commit it. Police violence is unbearable when it goes unpunished. In the United States, the latest victim died under the crushing pressure of a white policeman’s knee, remaining stone faced as he took a life. We all are under the shock of these images and this plea: « I can’t breathe ». Anger erupted in Minneapolis. Trump and the authorities’ answer has been repression and threatening. We suggest you read this article by Rémy Lasalle to analyse the situation.



In Minneapolis, New York and many other cities in the U.S.A, Americans went out in the street to protest the atrocious death of George Floyd. The unacceptable death of this afro-american man, strangled by a policeman and filmed live, rose strong emotions everywhere in the world.

The american protestors demand justice for George Floyd, new afro-american victim of a long list that won’t cease growing in spite of the protests and the movement « Black Lives Matters ».

In Minneapolis, city where George Floyd’s lethal arrestation took place, protests turned into riots. A police station was assaulted and burned down by rioters.
« Our city is full of anger and hurt », declared Jacob Frey, the mayor of the city, adding that these sackings were  « unacceptable ».

In New York City, the Union Square protests led to dozens of arrestations, and the protests infront of the capitols of Denver, Colorado and Colombus, Ohio also took a chaotic turn leading to the « confinement » of the two assemblies. A representative of Colorado reports to the New York Times that the protests went on calmly until someone shot in the crowd of protestors.

These events are taking place, even when the Minneapolis town council had promptly reacted by sacking the 4 policemen incriminated in George Floyd’s death. This, without waiting for the investigations, as the images are incriminating.
Though, even if the Justice department has promised an in-depth investigation, the prosecutors, local and federal, have explained Thursday evening that they have not yet decided to accuse and pursue the 4 policemen, waiting for preliminary investigations. 

But Donald Trump did not wait to react to these protests and to threaten though tweets signaled by Twitter as « calls for violence »:
« ….These THUGS are dishonoring the memory of George Floyd, and I won’t let that happen. Just spoke to Governor Tim Walz and told him that the Military is with him all the way. Any difficulty and we will assume control but, when the looting starts, the shooting starts. Thank you! » wrote the president of the United States on Twitter, tweet reported by the platform as breaking it’s rules. A decision that won’t improve it’s already tense relations with the tech giants he accuses to be biased and that he put under pressure with an executive order…

Read the entire article on Nos Lendemains.

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos