l'article

L’extrême centre fait la guerre à la gauche, mais il ne gagnera pas

Si l'extrême centre a réussi à mettre un point final aux moments Sanders et Corbyn, la guerre n'est pas perdue. Il faut tenir les positions, les renforcer et continuer à faire corps avec le peuple, les mobilisations qui fédèrent. La détermination qu'on les libéraux, même de gauche à annihiler les composantes les plus radicales atteste que le socialisme n'est pas fort, même si Corbyn a été exclu, même si Bernie Sanders n'a pas pu prétendre devenir le 46ème président des États-Unis.

Cette analyse a été rédigée par Grace Bakeley dans Jacobin. Elle a été publiée le 12 novembre 2020.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Corbyn, Sanders, Ocasio-Cortez, autant de noms qui font trembler les libéraux et l’establishment des partis traditionnels. S’ils sont extrêmement populaires, s’ils attirent de nouveaux électeurs, s’ils permettent de remporter une élection, les establishments parviennent à les bloquer. La gauche social-démocrate parvient à garder la main sur les partis, même si elle ne soulève pas les foules. Voilà tout le paradoxe de la gauche anglo-saxonne aujourd’hui : le peuple plébiscite les éléments les plus radicaux mais l’extrême centre parvient à garder la main. Ces derniers sont malheureusement les garants de gauche du système capitaliste. Quand les éléments les plus radiaux deviennent menaçants, ils parviennent à les discréditer voire les éliminer. La détermination qu’ont les libéraux, même de gauche, à annihiler les composantes les plus radicales atteste que le socialisme n’est pas mort, même si Corbyn a été exclu, même si Bernie Sanders n’a pas pu devenir le 46ème président des États-Unis.

La victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine et la décision de Keir Starmer de suspendre Jeremy Corbyn du Parti travailliste ont représenté le point final des « moments » Sanders et Corbyn respectivement. Aux États-Unis, la gauche se bat contre les démocrates d’entreprise qui cherchent à leur faire porter la responsabilité des échecs de Joe Biden aux élections. Au Royaume-Uni, les socialistes se battent pour le droit d’exister simplement au sein du parti travailliste.

Les mouvements qui ont émergé au cours de ces moments-là, cependant, continuent à vivre. Le défi auquel les socialistes des deux côtés de l’Atlantique sont confrontés aujourd’hui est de savoir comment transformer le pouvoir du mouvement en quelque chose de plus durable, à savoir développer une base institutionnelle pour le socialisme dans leurs contextes nationaux respectifs. Les socialistes ne doivent pas se faire d’illusions sur le fait que les sections libérales de ces partis politiques de centre-gauche voudraient les détruire.

Lors d’une conférence téléphonique post-électorale aux États-Unis, l’ancien agent de la CIA et actuelle membre du Congrès Abigail Spanberger a même exigé que les démocrates ne prononcent plus jamais le mot « socialisme ».

C’est une tentative flagrante de réécrire l’histoire. Comme l’a récemment souligné Alexandria Ocasio-Cortez dans une interview cinglante, les progressistes ont joué un rôle central dans la victoire de Biden. Leurs efforts d’organisation à la base ont contribué à produire des taux de participation record dans tout le pays. Cela a été particulièrement le cas dans des États charnières comme le Minnesota, où le Washington Post a couvert les efforts du député Ilhan Omar dans les semaines qui ont précédé le jour de l’élection. Selon Ken Martin, le président du parti démocrate des travailleurs agricoles du Minnesota,

Elle n’a pas besoin d’augmenter le taux de participation ici pour gagner sa course. Elle pourrait prendre des vacances et elle serait réélue, facilement. Mais elle reconnaît qu’elle a la responsabilité de faire augmenter la participation ; c’est vraiment important pour toutes les courses de l’État, en particulier la course à la présidence. Elle a des contacts très intensifs, en face à face, avec beaucoup de relations personnelles, et elle construit un pouvoir à long terme avec les communautés de couleur. Et, écoutez, beaucoup de politiciens ne font pas cela.

Il y a également une ligne directe entre les énormes manifestations de Black Lives Matter au début de l’année et l’augmentation de la participation des communautés afro-américaines, en particulier dans les grandes zones urbaines comme Detroit et Philadelphie, qui ont été cruciales pour le succès de Biden. De manière générale, la gauche a joué un rôle important au sein de la coalition démocrate : les candidats qui ont soutenu l’initiative « Medicare for All » – même dans les régions qui penchaient pour les républicains – ont été réélus dans tous les cas. Fox News a même publié un sondage de sortie de scrutin le soir de l’élection, montrant que plus de 70 % des électeurs étaient favorables à une forme de plan de santé géré par le gouvernement, et que le même nombre était favorable à un investissement public dans la décarbonisation.

Vous pouvez lire la suite de l’article sur Jacobin

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos