l'article

Les entreprises doivent agir contre le réchauffement climatique : la demande d’une société de conseil

Le service des actionnaires de l'ISS conseille certains des plus grands gestionnaires de fonds du monde. À l'heure où les regards se tournent vers les grandes entreprises pour les exhorter à adapter leur fonctionnement, la plus grande société de conseil aux actionnaires du monde commence à adapter son discours.

Cet article a été publié par Kalyeena Makortoff dans The Guardian, le 15 février 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La plus grande société de conseil aux actionnaires du monde doit exhorter les grands investisseurs financiers à voter contre les membres des conseils d’administration des entreprises s’ils ne s’attaquent pas au problème du réchauffement climatique dans leur rôle, alors que la pression se fait de plus en plus forte sur les entreprises ayant de mauvais antécédents en matière d’environnement.

L’Institutional Shareholder Services (ISS), qui conseille certains des plus grands gestionnaires de fonds du monde, a mis à jour sa politique de vote par procuration en y incluant des changements qui lui permettent de recommander des votes contre les directeurs d’entreprises en cas de « défaillances importantes … notamment une surveillance manifestement insuffisante des risques liés aux questions environnementales et sociales, y compris le changement climatique ».

Ce changement de politique, qui est entré en vigueur le 1er février, influencera les recommandations de vote dans les 44 000 rapports d’entreprise produits chaque année par l’ISS.

ISS, fondée en 1985, représenterait environ 61 % du marché du conseil par procuration et, avec son rival Glass Lewis, elle a tendance à détenir environ 20 % des votes des actionnaires utilisés pour régir le fonctionnement des sociétés cotées en bourse.

La société couvre des entreprises dans 115 pays et compte parmi ses clients 2 000 investisseurs institutionnels, dont des gestionnaires d’actifs, des fonds de pension et des fonds spéculatifs. ISS prend également environ 10,2 millions de décisions de vote par an pour ses clients, ce qui représente 4,2 milliards d’actions.

Selon un rapport du groupe de campagne ShareAction, les principaux gestionnaires d’actifs, dont Legal and General Investment Management (LGIM), BlackRock, HSBC et Schroders, utilisent régulièrement les rapports de l’ISS pour éclairer leurs décisions de vote lors des assemblées annuelles des actionnaires.

Mais ShareAction a déclaré que le SSI aurait dû aller plus loin dans sa politique climatique, qui est plus faible que sa position sur l’égalité des sexes. Wolfgang Kuhn, directeur des stratégies du secteur financier de ShareAction, a déclaré : « La timidité sur le changement climatique est décevante ».

Vous pouvez retrouver l’article en intégralité sur The Guardian

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos