l'article

Le soutien sous conditions de Alexandria Ocasio-Cortez à Joe Biden

Les primaires démocrates ont été effacées par la crise du Coronavirus mais l'enjeu n'en demeure pas moins important. Pour Alexandria Ocasio-Cortez, députée,qui représente la mouvance socialiste démocrate, Joe Biden doit donner des gages : la santé pour tous, l'annulation de la dette étudiante ou encore l'augmentation du salaire minimum. S'il persiste à refuser d'intégrer ce volet social à sa candidature, sera-t-il vraiment en mesure de convaincre les soutiens de Bernie Sanders ? AOC fait tout pour l'influencer.

Cet article a été publié le 19 avril 2020 sous le titre " La pression d’Alexandria Ocasio-Cortez sur Joe Biden". Accessible en français.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Alors que la rumeur d’une suspension de campagne courait déjà depuis quelques semaines, Bernie Sanders l’a officialisée jeudi 9 avril dans un message vidéo publié sur les réseaux sociaux. Plusieurs éléments ont rendu la poursuite du combat politique du sénateur du Vermont difficile, en premier lieu l’épidémie du Covid19 qui frappe de plein fouet les États-Unis, nouvel épicentre mondial. Les images de longues files d’attente lors du récent scrutin du Wisconsin illustrèrent la nécessité de stopper ce potentiel carnage, Bernie Sanders conseillant lui-même la veille de ne pas s’y rendre. Par Théo Laubry.


Joe Biden est donc désormais seul à la barre d’un navire démocrate qui semble bien fragile. Le capitaine parait inspirer peu d’engouement aux passagers de celui-ci comme le montre une étude du média ABC datant de mi-mars où seuls 24 % des démocrates le soutenant se sentent « très enthousiastes » à propos de sa candidature[1]. À titre indicatif, en 2016, 36 % des soutiens d’Hillary Clinton se définissaient ainsi. L’apathie qui traverse les électeurs démocrates pro-Biden dénote une chose : priorité donnée au candidat prétendument désigné comme le plus à même de battre Donald Trump. Pour le programme politique on verra plus tard. Cette stratégie n’est pas sans risque contrairement à ce qu’elle laisse paraître, notamment car il sera nécessaire, pour envisager la victoire en novembre prochain, de reconquérir les états ouvriers de la Rust Belt (ceinture de rouille) acquis pendant des années aux démocrates avant d’être ravis par Donald Trump lors de la dernière élection présidentielle.

Si Joe Biden semble pourtant moins clivant qu’Hillary Clinton aux yeux des Américains, il paraît néanmoins peu enclin à mettre un coup de barre à gauche essentiel afin de resserrer les rangs derrière sa candidature et de limiter la fuite vers l’abstention des électeurs démocrates progressistes très favorables à Bernie Sanders. Des signes timides de main tendue apparaissent malgré tout : annulation des dettes étudiantes et gratuité de l’enseignement supérieur pour les familles modestes, augmentation du salaire minimum à 15 dollars net de l’heure (7,25 dollars aujourd’hui à l’échelle fédérale, beaucoup d’états ont par ailleurs déjà commencé à augmenter ce taux sous la pression de mouvements comme Fight For 15$) ou encore l’abaissement à 60 ans de l’âge d’obtention de l’assurance santé publique Medicare (actuellement 65 ans). Par ailleurs, dans une vidéo-conférence avec Bernie Sanders, Joe Biden a annoncé que des groupes de travail communs entre les deux équipes de campagne seraient mis en place afin d’échanger sur les grands thèmes politiques. L’espoir donc à terme de voir émerger des propositions plus ambitieuses.

AOC sans filtre

Derrière cette apparence d’unité, la fracture au sein du Parti Démocrate entre « progressistes » et libéraux est pourtant bien visible. Alors qu’on a vu précédemment que le candidat Biden n’arrivait pas à faire grimper au rideau ses propres supporters, il est aisé d’imaginer que les électeurs plus à gauche ont un enthousiasme proche de zéro. Les réseaux sociaux, bien que parfois peu représentatifs, voient fleurir des messages tels que we will not endorse Joe Biden (« nous ne soutiendrons pas Joe Biden ») émanant de diverses organisations ou électeurs pro-Bernie Sanders. Si le fort militantisme de ces derniers pour des idéaux très progressistes peut expliquer ce refus de soutenir l’ancien vice-président plus conservateur, il faut bien souligner que le nouveau candidat démocrate désigné n’y met pas du sien.

Ce malaise est d’autant plus palpable lorsque l’on lit l’interview du 13 avril d’Alexandria Ocasio-Cortez pour le New York Times[2]. La représentante du 14ème district de New-York et nouvelle coqueluche de la gauche américaine dépeint de façon très froide et réaliste la situation actuelle. D’entrée on y apprend notamment que les équipes de Joe Biden n’ont jamais cherché à prendre contact avec elle. Plutôt surprenant en cette période d’union qu’aucun signe ne soit envoyé à celle qui compte des millions d’abonnés sur les réseaux sociaux et dont l’influence au sein du parti est de plus en plus importante. Rappelons tout de même à ce stade qu’Alexandria Ocasio-Cortez a toujours exprimé sa volonté de soutenir le candidat démocrate qui gagnerait la primaire, position qu’elle rappelle d’ailleurs dans cette interview de façon on ne peut plus claire : « J’ai toujours dit que je soutiendrais le nominé démocrate (…) Sortir Donald Trump est une question de vie ou de mort pour beaucoup de communautés ». Pour autant, son constat sur le résultat de cette primaire est sans appel : « Même s’il est le nominé, nous savons aussi que Joe Biden n’a pas gagné grâce à son positionnement idéologique ». Propos qu’elle illustre plus loin : « Je ne sais pas si le message de retour à la normalité qu’il prône va fonctionner envers des gens pour qui la situation était déjà vraiment mauvaise avant ».

Ce retour à la normale est un des piliers de la stratégie de Joe Biden. Pour lui, Donald Trump est la cause de la crise que traversent les États-Unis. Il propose donc un retour aux années Obama et joue sur la fibre nostalgique d’une partie des électeurs démocrates pour l’ancien président. Pourtant, n’est pas Barack Obama qui veut et de façon indirecte Alexandria Ocasio-Cortez pointe une différence majeure entre l’un et l’autre : « Joe Biden a eu de mauvais résultats chez les jeunes et les latinos, deux segments très importants pour le vote de novembre ». Mais au-delà même du choix stratégique, la critique de la jeune congresswoman porte avant tout sur le fond et illustre les désaccords profonds au sein du Parti démocrate entre les membres de l’establishment et la nouvelle génération d’élus très proches politiquement de Bernie Sanders voire d’Elizabeth Warren. Sans pincettes ni même éléments de langage, Alexandria Ocasio-Cortez jette un pavé dans la mare lorsqu’elle évoque les récentes concessions progressistes du candidat démocrate en particulier en ce qui concerne la santé : « La proposition d’abaisser à 60 ans l’âge d’accès au Medicare est presque insultante. Hillary Clinton proposait déjà mieux en 2016 avec 50 ans. C’est une concession progressiste qui a 10 ans de retard ». En réalité, l’ancienne candidate à la présidentielle proposait un abaissement à 55 ans[3], mais peu importe l’approximation, pour cette nouvelle génération de démocrates favorables à l’assurance santé publique pour tous Medicare For All, Joe Biden semble vivre dans un passé lointain. Malgré ces propos corrosifs, la fin de l’interview est essentielle pour bien comprendre que la fracture semble avant tout entretenue par l’establishment démocrate et son candidat désigné : « Ce que j’aimerais c’est sortir et pouvoir dire « ce plan est pour nous tous ! » mais c’est compliqué de faire cela si le plan ne nous inclut pas ». Si on ajoute à cela les images de communication sur les réseaux sociaux de la campagne Biden où le mot « socialiste » est barré et mis au même niveau que le mot « ploutocrate »[4] le rassemblement post-élection présidentielle est, pour l’instant, mal embarqué.

Le lendemain, le 14 avril 2020, la jeune démocrate poursuit ses confidences au journal Politico[5]. A priori, sa sortie dans le New York Times a réveillé l’équipe de campagne de Joe Biden. Moins de 24 heures auront suffi pour qu’elle prenne contact avec Ocasio-Cortez. Pour autant, cela est loin d’être suffisant pour la pousser à tresser des louanges au candidat démocrate : « Nous allons voir ce que donneront ces conversations politiques ». Elle donne par ailleurs plusieurs pistes à suivre afin que son engagement pour Joe Biden soit plus enthousiaste notamment vis à vis des réformes du système de santé : « Il doit avoir une politique de santé plus ambitieuse, sa concession sur l’âge du Medicare n’est pas suffisante pour nous » et du Green New Deal « Je ne pense pas que les propositions du vice-président sur l’environnement soient pour l’instant suffisantes ».

Elle l’incite aussi à choisir une vice-présidente progressiste pour équilibrer le ticket. Mais ce n’est pas tout. Alexandria Ocasio-Cortez n’hésite pas à évoquer les accusations d’attouchement de Joe Biden sur une ancienne membre de son staff, Tara Reade, dans les années 1990[6]. Cet épisode a été jusque-là très clairement peu évoqué que ce soit dans les médias ou chez les démocrates. Elle met donc les pieds dans le plat en exprimant de façon très claire son attachement à la prise en compte de la parole des femmes : « Il est légitime d’en parler. Et si nous voulons être intègres nous ne pouvons pas dire « nous croyons les femmes et les soutenons » jusqu’à ce que cela nous gêne » en référence à Joe Biden qui, bien avant cette accusation, avait expliqué qu’il fallait prendre en compte la parole des femmes se disant victime de violences sexuelles.

Une réflexion à court et long terme

AOC applique donc une stratégie de pression médiatique sur Joe Biden afin de tirer son programme vers la gauche et d’éclaircir son passé. Elle joue un jeu d’équilibriste : faire entendre la voix des progressistes afin de pouvoir apporter un soutien moins gêné à l’adversaire de Donald Trump. Elle sait aussi qu’il faut manœuvrer habillement afin de préserver toutes ses chances pour être potentiellement une candidate future du parti, comme le réclame déjà un grand nombre de militants de gauche. Elle suit là l’exemple de son mentor Bernie Sanders. En jouant le jeu au sein du Parti Démocrate sans pour autant infléchir sa ligne de pensée, elle garantit une tribune médiatique importante à sa vision politique. Reste que les libéraux tiennent encore les rênes mais il n’est pas à exclure que leur temps soit peut-être compté.

Le Parti démocrate et son principal représentant vont-ils donc prendre en compte la nécessité d’inclure la lame de fond qu’a représenté le mouvement de Bernie Sanders ? Il est certain que cela sera essentiel pour faire de Donald Trump le président d’un seul mandat. Plus de six mois nous séparent du scrutin final, l’actualité est obstruée par la crise sanitaire, le moment semble donc idéal pour Joe Biden afin de prendre le temps de coconstruire un mouvement « arc-en-ciel ». Les électeurs les plus engagés à la gauche du Parti démocrate ne s’en satisferont sûrement pas, mais cela peut être suffisant pour les pousser à se déplacer aux urnes. Va-t-il saisir cette opportunité ? Rien n’est moins sûr.

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos