dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

Le Mexique va aider la Venezuela

Le Président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a annoncé que son pays était disposé à fournir du pétrole au Venezuela. Cette position courageuse et souveraine intervient alors que les États-Unis de Trump s'acharnent à un blocus quasi total. Les privations infligées au peuple vénézuélien sont jugées par la communauté internationale et les ONG comme inhumaines.

Cet article a été publié le 16 juin 2020 sous le titre " Le Mexique prêt à aider le Venezuela" dans le Matin (Suisse).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a déclaré lundi que son pays était prêt à vendre du pétrole au Venezuela en proie à des pénuries d’essence, malgré la pression des États-Unis.

Le président de gauche a précisé que les autorités vénézuéliennes n’avaient pas demandé l’aide du Mexique. Mais «si elles nous faisaient cette demande et qu’il s’agisse d’un besoin humanitaire, nous le ferions», a-t-il ajouté devant des journalistes lors d’une visite à Xalapa, capitale de l’État de Veracruz (est).

Malgré les énormes réserves en pétrole du Venezuela, la production s’est effondrée. Les habitants sont confrontés à de graves pénuries d’essence, exacerbées par l’impact de la pandémie due au nouveau coronavirus sur l’économie. Le gouvernement du président Nicolás Maduro a récemment limité les subventions de l’État qui, pendant des années, ont permis aux Vénézuéliens de faire le plein de carburant pratiquement gratuitement. L’Iran a envoyé cinq bateaux-citernes de combustibles au Venezuela.

Sanctions américaines

Andrés Manuel López Obrador a écarté le risque éventuel de sanctions américaines en cas de vente de carburant au Venezuela. «Nous ne nous mêlons pas des politiques des autres pays», a-t-il déclaré, ajoutant que les «peuples» avaient le droit à «l’autodétermination». «Personne n’a le droit d’opprimer les autres. Aucune hégémonie ne peut écraser un pays», a-t-il dit.

Lire la suite sur lematin.ch


Mexico to help Venezuela

Mexican President Andres Manuel López Obrador announced his country’s willingness to supply oil to Venezuela. This courageous and sovereign position comes at a time when Trump’s United States is pursuing an almost total blockade. The hardships inflicted on the Venezuelan people are considered to be inhumane by the international community and NGOs.

Last Monday, Mexican President Andrés Manuel López Obrador said that his country was ready to sell oil to Venezuela, which is experiencing fuel shortages, this, despite pressure from the United States.

The left-wing president said Venezuelan authorities had not been asking for Mexico’s help. But « if they asked us and it was a humanitarian necessity, we would do it, » he told journalists during a visit to Xalapa, the capital of the eastern state of Veracruz.

Despite Venezuela’s huge oil reserves, production has collapsed. Residents are facing severe fuel shortages, exacerbated by the economic impact of the new coronavirus pandemic. President Nicolás Maduro’s government has recently limited the state subsidies which, for years, have allowed Venezuelans to buy fuel almost free of charge. Iran has sent five fuel tankers to Venezuela.

US Sanctions

Andrés Manuel López Obrador dismissed the possible risk of US sanctions for selling fuel to Venezuela. « We do not interfere in the policies of other countries, » he said, adding that « peoples » had the right to « self-determination« . « No one has the right to oppress others. No hegemony can crush a country », he said.

Dans le même dossier

Les vidéos