Lawfare, le cas Mélenchon
Lire la vidéo
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Lawfare, le cas Mélenchon

Entre le 16 octobre et le 19 décembre 2019, 28 projections du film documentaire suivies d’un débat ont été organisées en France, à Bruxelles et à Copenhague. Au total, plus de 2500 personnes ont vu Lawfare, le cas Mélenchon et ont débattu en présence de Sophia Chikirou, Jean-Marie Vaude, Antoine Léaument, Alexis Corbière, Bernard Pignerol ou Jean-Luc Mélenchon. Beaucoup ont témoigné de ce qu’ils ont vécu ou observé notamment avec la vague de répression contre les Gilets jaunes. Souvent, la question revient : « que faire contre cette pratique du lawfare ? » et « Comment stopper cette dérive autoritaire ? ».

Réalisateurs : Sophia Chikirou et Jean-Marie Vaude. Sortie le 16 octobre 2019 Durée : 70 minutes Langues : français, sous-titré en anglais et en espagnol, portugais à venir

Synopsis

Vous ne savez pas ce qu’est le lawfare ?

C’est une arme juridique et médiatique pour détruire des réputations et nuire à des opposants aux régimes néo-libéraux en pleine dérive autoritaire. L’exemple le plus célèbre d’un lawfare est bien-sûr celui de Lula. L’ancien président brésilien accusé de corruption et condamné sans preuve par le Juge Moro, qui sera récompensé en devenant le Ministre de la Justice du Président fasciste Bolsonaro.

La calomnie médiatique, les procédures judiciaires sans fin, l’hypocrisie des prétendus défenseurs des droits de l’homme et la violence policière, s’abattent sans vergogne sur Pablo Iglesias en Espagne, Cristina Kirchner en Argentine, Rafael Correa en Equateur, Biram Dah Abeid en Mauritanie ou encore sur des lanceurs d’alerte, des syndicalistes, des Gilets jaunes, des écologistes.

Jean-Luc Mélenchon, leader de l’opposition à Emmanuel Macron subit depuis plus d’un an un lawfare : après avoir réalisé près de 20% à l’élection présidentielle de 2017, il s’est vu condamné, en décembre 2019, pour la première fois de sa vie, à la prison avec sursis pour « rébellion ». Le 16 octobre 2018, une opération sans précédent l’avait visé : tout son entourage a été perquisitionné par une centaine de procureurs et de policiers sous les ordres du Ministère de la justice. Du jamais vu en France. Le Procureur qui a orchestré cette opération, François Molins, proche du Président Emmanuel Macron, fut récompensé moins d’un mois après en étant nommé à la plus haute charge de la magistrature. Tout cela est rendu possible par la complicité des médias et le silence mesquin des autres formations politiques. Le but : éliminer Mélenchon, l’empêcher d’être une alternative en 2022 à la prochaine élection présidentielle.

Ce documentaire veut alerter l’opinion publique sur le lawfare et provoquer le débat. Traduit dans plusieurs langues, il a déjà été diffusé au Mexique, sur la chaîne Canal 14 et 2500 personnes l’ont vu en avant-première entre octobre et décembre 2019 en France, à Bruxelles et à Copenhague.

Il inaugure une série de documentaires intitulée : « Récits alternatifs », produite par la société L’Internationale et dont l’ambition est de raconter et documenter les expériences vécues par le camp de l’humanisme dans le monde.

Dans les dossiers