dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

« La solidarité internationale a fait une fois défaut au peuple chilien. Aujourd’hui, elle ne doit pas échouer »

Des députés et des personnalités de plus de 15 pays s'unissent pour défendre la démocratie chilienne à l'approche des élections du 19 décembre. Parmi eux, Noam Chomsky, Yanis Varoufakis, Jeremy Corbyn, Naomi Klein, et Jean-Luc Mélenchon. Notre collaborateur Christian Rodriguez, également signataire, a traduit la tribune que nous publions ici.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

« Nous vous écrivons pour vous faire part de notre vive inquiétude concernant l’élection présidentielle du 19 décembre au Chili. Pour la première fois depuis la transition du Chili vers la démocratie en 1990, un candidat présidentiel important, José Antonio Kast, a non seulement endossé l’héritage du dictateur chilien Augusto Pinochet, mais a proposé un programme politique pour le faire revivre. Les gouvernements étrangers ont joué un rôle sordide en finançant, facilitant et légitimant l’ascension et le règne de Pinochet. Nous, députés et personnalités du monde entier, ne répéterons pas leur erreur.

José Antonio Kast n’a cessé de défendre la dictature militaire et le coup d’État violent qui l’a portée au pouvoir en 1973. « Je les remercie de nous avoir donné la liberté », a déclaré M. Kast. Lors de la campagne présidentielle de 2017, il a déclaré : « Dans le gouvernement militaire, beaucoup de choses ont été faites pour les droits humains d’autres personnes », niant carrément les horreurs perpétrées contre des milliers de Chiliens. Kast ne cache pas son affinité avec Pinochet. « Si Pinochet était vivant, il voterait pour moi », a déclaré Kast.

Kast ne défend pas seulement le pinochettisme, il promet également de restaurer son héritage au sein du gouvernement. Le projet de gouvernement proposé par Kast prévoit de supprimer le ministère des femmes et d’interdire l’avortement, d’introduire une CIE chilienne pour détenir les migrants et de déployer les forces de sécurité pour persécuter les dissidents politiques, de se retirer du Conseil des droits de l’homme des Nations unies et de gracier les tortionnaires de la dictature militaire, et d’introduire de nouveaux pouvoirs présidentiels d’urgence pour déployer les forces de sécurité. Ce même programme nie le changement climatique, « redéfinit » le statut des peuples indigènes et met fin à leurs droits internationalement reconnus à la consultation préalable, et privatise radicalement les ressources naturelles du Chili.

Les élus du parti républicain de Kast ont déjà donné quelques indications sur ce que représenterait son gouvernement : une menace extraordinaire pour les femmes, les immigrants et les nations indigènes. Le député nouvellement élu Johannes Kaiser s’est récemment demandé si le droit de vote des femmes « était une bonne idée ». Pour le citer en entier : « Les femmes cessent d’aller au parc parce qu’elles ont peur des immigrants qui pourraient les violer, mais elles continuent de voter pour les mêmes partis qui font entrer ces gens, et on se demande vraiment si le droit de vote [des femmes] était une bonne idée », a-t-il déclaré.

Pendant des décennies, le peuple chilien a lutté pour enterrer l’héritage du pinochettisme dans son pays. Des milliers de personnes ont perdu la vie pendant la dictature et des millions d’autres se sont mobilisées pour renverser Pinochet et restaurer la dignité du pays. Trois décennies plus tard, dans le mouvement de protestation qui a débuté en octobre 2019, le peuple chilien s’est à nouveau levé pour défendre la souveraineté populaire, en gagnant le droit à un processus de Convention constitutionnelle auquel José Antonio Kast s’est opposé depuis le début et qu’il promet aujourd’hui de violer.

La solidarité internationale a accompagné le peuple du Chili de Pinochet. Et elle ne doit pas faire défaut aux Chiliens aujourd’hui. Nous écrivons maintenant pour défendre la démocratie chilienne, pour défendre le vote écrasant en faveur de la rédaction d’une nouvelle constitution et pour défendre les femmes, les nations indigènes, les migrants et les principes démocratiques que la victoire de Kast pourrait une fois de plus trahir. »

Retrouvez tous les signataires sur le site Internacional Progresista.

Dans le même dossier

Les vidéos